Les toxines des moisissures multipliées par 600 sous l’effet des radiofréquences

moldDes chercheurs suisses ont laissé des cultures de moisissures exposées aux champs électromagnétiques (CEM) ambiants. Elles ont produit 600 fois plus de toxines – et les formes les plus virulentes – que lorsque les cultures étaient blindées des CEM.

Explications du médecin Dieter Klinghardt : http://www.buergerwelle.de:8080/helma/twoday/bwnews/stories/4895/

Le Dr Klinghardt et d’autres chercheurs soupçonnent que cela pourrait favoriser la survenue de problèmes neurodéveloppementaux chez les enfants. Ils craignent que les CEM ne stimulent des infections asymptomatiques chez les femmes enceintes, les radiations favorisant l’apparition de biotoxines altérant la structure génétique du fœtus. http://www.buergerwelle.de:8080/helma/twoday/bwnews/stories/432/

Article publié en septembre 2000 dans Medical Hypotheses
Mycotoxins, fungus and ‘electrohypersensitivity’.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10985910

On sait déjà que les CEM stimulent le candida, champignon microscopique peuplant notre intestin http://omega.twoday.net/stories/3831066/

EMR Induces Mold and Yeast Growth: The Evidence http://omeganews.wordpress.com/2008/06/18/emr-induces-mold-and-yeast-growth-the-evidence/ 

Rosemarie, une lectrice du site www.electricsense.com, qui a repris ces informations, témoigne: « J’ai vécu des problèmes majeurs à cause d’une infestation de moisissures et mes chiens aussi. Après avoir éliminé des niveaux très élevés d’interférence électromagnétique [hautes fréquences transitoires] en utilisant des filtres, tout le monde va beaucoup mieux : nous avons très peu d’indices d’allergies aux champignons ou aux moisissures. Je n’avais pas fait le lien avant de lire votre article. »

Mais pour le biochimiste J. David Miller, professeur à l’Université Carleton et considéré par plusieurs comme le plus grand expert en moisissures au Canada, l’étude présentée dans la vidéo du Dr Klinghardt est une absurdité. « Ce laboratoire n’est pas à McGill ou à l’UQAM et les levures ne se qualifient pas en tant que modèle animal pertinent. Ceci est important. « En ce qui concerne les toxines de moisissures et les champs électromagnétiques, de très petites choses peuvent changer selon la façon dont on produit une toxine, par exemple la vitesse à laquelle la culture sèche est différente dans une étuve par rapport à une condition ambiante (car cela change l’activité de l’eau du milieu). La lumière par rapport à l’obscurité change aussi des choses. Les toxines prennent beaucoup d’énergie à pour produire et il y a des limites à ce qui peut être produit. Si cette étude est publiée dans une revue scientifique, je ne peux pas le trouver. Je ne connais aucun chercheur suisse qui serait considéré comme parmi les meilleurs chercheurs de toxines fongiques en Europe. »

Qu’importe, plusieurs experts soupçonnent que de nombreuses maladies chroniques prenant des proportions épidémiques sont liées à la surexposition aux radiofréquences des appareils sans fil au 21e siècle. Par exemple :

Historical Evidence That Residential Electrification Caused the Emergence of the Childhood Leukemia Peak

Chronic or intractable medical problems associated with prolonged exposure to unsuspected harmful environmental electric, magnetic or electro-magnetic fields radiating in the bedroom or workplace and their exacerbation by intake of harmful light and heavy metals from common sources.

Electromagnetic fields in the home environment as potential contributing factors for the induction of oncogen C-fos Ab1, oncogen C-fos Ab2, integrin alpha 5 beta 1 and development of cancer, as well as effects of microwave on amino acid composition of food and living human brain.

Vous aimeriez aussi
Bilan du séminaire Building Biology 213
Une pédiatre pas comme les autres
Bilan d’une année à rouler électrique
La diète qui a renversé le diagnostic d’autisme de deux frères

Laisser un commentaire