Intolérance aux ondes : le témoignage d’une mère

| 28 septembre 2013 | 2 Commentaires

EHSVoici le témoignage de la Montréalaise Hélène Keyser qui a rédigé un guide pour savoir si l’on est sensible aux radiofréquences et micro-ondes et que faire dans l’affirmative.

Les effets du compteur d’électricité émetteur de radiofréquences (RF) et des antennes sur ma santé s’atténuent avec le temps. Je ne m’expose plus aux ondes, à moins de nécessité. J’ai trouvé des trucs, au fil du temps, en lisant sur le sujet et en écoutant les personnes électrosensibles. Je souffre encore des ondes lorsque j’ai des congrès, des sorties et des déplacements qui impliquent la présence des antennes et de la Wi-Fi et autres appareils sans fil émetteurs de RF. Mais j’ai dorénavant le loisir de choisir ma vie, mon quotidien à l’intérieur de certaines limites très acceptables. Et je sais quoi faire pour récupérer. Mon détecteur de RF m’a aidé à analyser tout mon environnement. Je ne vais plus aux endroits avec du sans fil, sauf par obligation.

Je réfléchis actuellement sur mon cas. Moins je m’expose aux RF, moins je ressens leurs effets. Et c’est pareil pour ma fille cadette qui est épileptique. Par exemple, auparavant, pour se rendre à ville LaSalle, en traversant toutes les antennes érigées sur les boulevards Métropolitain et L’Acadie, une crise était déclenchée automatiquement. Même chose à chaque fois que l’on traversait le pont Champlain. À ce moment, les appareils sans fil étaient omniprésents dans notre maison. Aujourd’hui, elle a besoin de plus d’expositions pour déclencher une crise.

L’autre jour, ma plus jeune m’a dit une phrase qui me porte à réfléchir : « Tu sais maman, depuis que tu as enlevé tout le sans fil dans la maison, je n’aime pas ça, j’ai mal au cœur lorsque je vais chez mes amies. » Heureusement, elle ne ressent jamais d’autres effets des ondes, sauf sur son humeur, son sommeil et quelques étourdissements le matin.

Nous sommes tous sensibles aux ondes. Et je sais que plus l’on est exposé, plus ça s’aggrave.

Vivre dans un milieu sain est devenu une priorité pour nous. C’est notre santé, après tout. J’ai aussi vécu quelques rechutes intenses à cause de la négligence des autres. Les aventures reliées aux compteurs n’en finissent plus. Un locataire a enlevé le papier d’aluminium que je lui ai recommandé de placer sur son compteur afin d’atténuer les micro ondes qu’il émet. Il pense qu’Hydro-Québec ne peut plus faire la lecture de son compteur, ce qui est faux. Depuis, j’ai une acouphène dans l’oreille lorsque je suis dans ma cuisine. J’essaie donc de l’éviter le plus possible. Un autre a déchiré le papier d’aluminium devant son compteur et ne m’a pas prévenu. Il a fallu plusieurs crises d’épilepsie de ma fille pour que je mesure les RF et que je comprenne ce qui se passait. J’allais l’hospitaliser après six crises consécutives.  Nous devons maintenant dormir au salon pour ne pas subir les méfaits des ondes de nos voisins. Et ce sera le cas jusqu’à ce qu’Hydro-Québec vienne remplacer les compteurs « intelligents » pour des modèles non communiquants. Mon ancien compteur analogique n’avait que dix ans d’utilisation, j’aurais préféré le garder. Si j’avais su ! Et si j’avais su qu’ils prendraient autant de temps pour les remplacer !

Au contraire de plusieurs d’entre vous, je ne suis ni végétarienne, ni proche de la naturopathie ou autre médecine naturelle. Ma mère l’est et ma sœur est diététicienne. Mes proches prennent soin de leur santé plus que moi depuis toujours. Je respecte donc toutes les croyances. Ce sont des choix personnels. Je me permets de donner mon opinion parfois, mais les végétariens sont aussi braqués dans leur croyances que ceux qui ne le sont pas. J’ai choisi de ne pas vivre en marge de la masse pour conscientiser mes enfants sur leurs choix futurs. On fait des choix santé ensembles. Mais jamais dans l’extrême.

Je crois que si j’étais si mal en point, c’est aussi parce j’avais autrefois des appareils sans fil partout dans la maison. Je n’avais donc aucun espace pour récupérer. Le compteur d’Hydro-Québec, installé à cinq pieds de mon espace de travail, m’a tout simplement achevé. Les rechutes que je vis au contact du sans fil sont maintenant vite récupérées.

J’observe les gens : ils sont tout aussi léthargiques que moi en présence d’appareils sans fil, mais ils sont inconscients du lien avec les RF et ne veulent pas changer leur mode de vie. J’ai parlé aux enfants qui jouent dans ma ruelle qui ont de la Wi-Fi à l’école : ils ont des acouphènes et nous ne sommes qu’au début de l’année scolaire. J’ai des amis qui se plaignent de maux de tête à cause de leurs cellulaires, mais ils ne s’en débarrasseront jamais. D’autres ont installé un routeur dans la chambre de leurs enfants, parfois même sous leur lit. Malgré mes efforts de conscientisation, ils ne changeront rien du tout à leurs habitudes. Je ne me décourage pas, ce n’est pas mon réflexe. Mais je réfléchis.

Hydro-Québec a installé ses compteurs chez nous en 2011. Un an plus tard, je souffrais de fatigue chronique, j’avais énormément de problèmes de mémoire à court terme et j’avais beaucoup de difficulté à suivre une conversation. Un an après avoir pris des mesures pour me protéger des ondes, j’avais encore des problèmes de concentration et de pertes de mémoire en présence d’appareils sans fil, mais à un niveau plus acceptable. Je devais tout de même passer quelques heures par jour au sous-sol pour récupérer. Le béton protège des ondes extérieures. Ça va beaucoup mieux maintenant. Les pires effets de la technologie et des écrans sont les douleurs physiques, de l’hyperactivité et quelques fois, des problèmes de concentration.

Je ne crois pas être électrosensible comme ma fille. Je pense d’ailleurs qu’une personne électrosensible qui n’analyse pas bien son environnement ne peut pas récupérer. Sans outil de mesure pour détecter les RF, on ne peut pas s’en sortir. Peu importe, chacun doit faire ses propres choix. Aujourd’hui, j’ai parfois des rechutes et ces expositions me permettent d’analyser mes limites et de trouver de nouveaux trucs pour récupérer plus vite. J’ai même récupéré de la fatigue que je croyais due à mon âge… Vieillir fatiguée, distraite ou avec une mémoire à court terme défaillante, ce n’est plus une option pour moi. Mais c’est une nouvelle réalité pour plusieurs accros au sans fil.

Bell avait installé le routeur de l’ordinateur de ma mère dans sa chambre à coucher. Elle était tellement léthargique qu’on n’avait même plus de conversation. Et lorsque je lui disais que son compteur l’affectait, elle me répondait qu’elle était nécessairement en forme car elle dormait beaucoup! FOUTAISE. Il a fallut que je me fâche, que j’appelle Bell moi-même pour couper les émissions RF et que je lui achète un câble pour brancher l’Internet à son insu dans son ordinateur… Depuis, elle a récupéré, on peut maintenant converser, mais elle ne s’est rendue compte de rien du tout! Fait inattendu, elle m’a écouté lorsque je lui ai dit de ne plus se servir de son téléphone sans fil émetteur de RF. Depuis, elle a recommencé à aller au gymnase tous les matins. Elle pète le feu!

L’adaptation à mon nouveau mode de vie a été très difficile et ça l’est encore. Ne plus apporter mon portable partout, me promener sans cellulaire, me brûler sur le four parce que je n’ai pas l’habitude de m’en servir (j’étais accro au four à micro-ondes), ne plus avoir de téléphone sans fil, entendre les enfants se plaindre parce qu’ils n’ont plus la permission de jouer à la Wii ou de se connecter sur le routeur du voisin avec le iPAD, ce sont toutes des nouvelles réalités.

Voilà toutes les raisons qui motivent mon implication auprès de vous tous !

Mon mode de vie est en mutation et mon futur est à repenser.

Hélène Keyser

 

Mots-clé: ,

Catégorie: Électrosmog, Hypersensibilités environnementales, Maisons saines

À propos de l'auteur ()

Journaliste de profession, André Fauteux s’est spécialisé en maisons saines et écologiques en 1990. Il a lancé en 1994 le premier magazine canadien en la matière, la Maison du 21e siècle, dont il est toujours l'éditeur et le rédacteur en chef.

Commentaires (2)

URL de rétrolien | Flux RSS de commentaires

  1. augustin dit :

    c bien jolie votre temoignages mais il ni a pas trop de solution pour etre proteger,pouvez vous me dire comment on fait pour se proteger d’une antenne relais au dessus de votre tete,mme si vous n’avez pas de micro,onde tt filaire c assez difficile merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *