Vaincre la douleur par l’alimentation

Vaincre la douleur par l’alimentation

 

vaincre la douleurLa Dre Jacqueline Lagacé, Ph. D. ne pouvait plus se servir normalement de ses mains. Elle n’arrivait plus à les refermer à cause de l’arthrose, une forme d’arthrite qui provoquait chez elle des douleurs chroniques insupportables et de l’insomnie grave. Professeure d’immunologie et de microbiologie et directrice d’un laboratoire de recherche dans ces mêmes domaines à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal de 1986 à 2003, Dre Lagacé a dû prendre sa retraite en 2003 pour des raisons de santé. À partir de 2004, ses symptômes se sont aggravés davantage. Elle a vécu l’enfer pendant trois ans en raison de cette maladie qui présentait plusieurs caractéristiques de la polyarthrite rhumatoïde et pour laquelle « la médecine traditionnelle s’était avérée complètement impuissante », comme elle le décrit dans son récent livre, Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation (Éd. Fides, 2011).

La troisième médecine

En 2007, cette scientifique découvre le site Internet du Dr Jean Seignalet (1936-2003). Ce chirurgien français, pionnier de la transplantation rénale, chercheur spécialisé en immunologie, en rhumatologie et en nutrithérapie, est l’auteur du célèbre livre L’Alimentation ou la troisième médecine, dont la dernière édition fut publiée en 2004. Le Dr Seignalet préconise un retour à une alimentation de type ancestral. Son régime repose sur une approche essentiellement qualitative de la diététique. Il écarte les aliments qu’il considère potentiellement nocifs pour l’organisme humain : tous les produits laitiers d’origine animale et toutes les céréales à l’exception du riz, du sarrasin et des graines de sésame.

Il démontre le danger des aliments cuits à haute température (à partir de 110 °Celsius, soit 230 °Fahrenheit) en raison des glycotoxines qui se forment lors de la cuisson des protéines de la plupart des céréales et des aliments d’origine animale. Finalement, il privilégie les aliments biologiques. « Il a consacré les dix-huit dernières années de sa carrière de médecin-chercheur à élaborer et à tester une méthode nutritionnelle capable d’aider réellement à combattre la douleur chronique et à contrôler l’évolution de plusieurs maladies inflammatoires », raconte Jacqueline Lagacé dans son livre. Le Dr Seignalet a traité quelque 2 500 patients atteints de 115 maladies inflammatoires chroniques. Son régime nutritionnel a eu un effet positif sur 91 de ces maladies, et sur environ 80 % des patients qui l’ont suivi correctement. « Il a ainsi observé chez la grande majorité des patients traités une rémission de la maladie ainsi qu’une disparition généralement totale de la douleur. » Exaspérée de souffrir, n’ayant plus rien à perdre et trouvant les arguments scientifiques du Dr Seignalet plausibles, cette chercheuse curieuse décide de suivre son régime.

Elle abandonne complètement la consommation quotidienne de produits laitiers et de céréales, y compris celles de grains entiers, soit « les deux variétés d’aliments désignés comme cofacteurs susceptibles de déclencher des maladies inflammatoires chroniques lorsqu’il y a prédisposition génétique ». Comme elle avait essuyé plusieurs échecs avec les traitements pharmacologiques qu’elle avait essayés, les attentes du Dr Lagacé n’étaient pas très élevées. « La surprise fut donc totale, avoue-t-elle, lorsque j’ai constaté après seulement 10 jours de cette nouvelle alimentation que mes douleurs aux mains avaient complètement disparues. » Pendant les seize mois suivants, elle réussit graduellement à plier les différentes articulations de ses doigts sans avoir fait aucun exercice d’assouplissement. Elle constate de plus des améliorations importantes dans les articulations de ses genoux et de sa colonne vertébrales, atteints d’arthrose depuis plusieurs années.

Une synthèse remarquable

Ces résultats ont motivé le Dr Lagacé à entreprendre la vulgarisation des enseignements du Dr Seignalet dont le livre, qui comptait 600 pages, était peu accessible au grand public car trop technique. C’est là tout le génie de cette auteure québécoise, tel que le décrit dans la préface du livre le Dr Christine Angelard, médecin d’origine française qui est également spécialisée en médecine traditionnelle chinoise, en homéopathie et en naturopathie : « Madame Lagacé nous livre ici un superbe travail proposant des outils pratiques qui permettent d’entrevoir la lumière au bout du tunnel de la douleur et de la chronicité…

Après avoir lu ce livre, vous saurez que votre santé dépend en bonne partie de vous, et de vous uniquement. » Cet ouvrage, avec ses 460 notes bibliographiques, est des plus convaincants puisqu’il témoigne des nombreuses études qui ont confirmé les découvertes du Dr Seignalet. Ce livre s’adresse avant tout aux gens qui souffrent de maladies inflammatoires chroniques (arthrite, asthme, colite, diabète de type 2, eczéma, gastrite, maladie coeliaque, maladie de Crohn, sclérose en plaques, tendinite, etc.), ainsi qu’aux professionnels qui les traitent. Ceci pour « leur redonner une qualité de vie qu’ils ne croyaient plus possible ». On savait déjà que la génétique, les accidents, les infections, les polluants, les chocs émotifs et les habitudes de vie pouvaient nuire à la santé.

Jacqueline Lagacé nous apprend que l’alimentation moderne basée sur la consommation de produits laitiers, de céréales, de grandes quantités de viande et d’aliments transformés acidifie l’organisme, ce qui provoque de l’acidose métabolique. « L’acidose métabolique, explique-t-elle, est impliquée dans le développement des maladies d’inflammation chronique. En fait, tous ces aliments que nos enzymes digestives n’arrivent pas à digérer complètement rendent l’intestin grêle encore plus perméable aux grosses molécules provenant des microbes de ces aliments qui deviennent alors toxiques et se répandent dans le sang puis dans tout le corps où elles font des ravages en induisant des phénomènes d’inflammation chronique. »

Aujourd’hui, l’organisme du Dr Lagacé est si bien désencrassé qu’elle peut se permettre de consommer, de façon ponctuelle toutefois, certains aliments proscrits par son alimentation hypotoxique, et ce, sans effet négatif sur sa santé. Toutefois, elle doit toujours éviter ses pires ennemis, les produits laitiers, à l’exception des fromages au lait crû. « À l’été 2009, j’ai éprouvé de la douleur douze heures après avoir mangé un seul gros cornet de crème glacée molle », raconte-t-elle. Bref, il revient à chaque individu d’être à l’écoute de son corps et de respecter les sensibilités qui lui sont propres. « En conclusion, termine la chercheure, les sacrifices que m’impose le régime hypotoxique ne sont rien en comparaison des bienfaits qu’il m’apporte. »

Un menu santé anti-inflammatoire

Voici les aliments privilégiés par le régime hypotoxique du Dr Jean Seignalet :
• Riz (brun de préférence), sarrasin, sésame, quinoa et tapioca.
• Tous les légumes, de préférence de culture biologique et idéalement mangés crus ou après une cuisson à la vapeur douce.
• Fèves, haricots blancs ou rouges, lentilles, pois et pois chiches.
• Tous les fruits, dont les fruits secs mangés crus.
• Graines germées de soja, de lentilles, de pois chiches, de haricots, de luzerne et de riz.
• Probiotiques sous forme de yaourt à base de soja ou de riz (tel le Bio-K+) ou sous forme de capsules entérosolubles.
• Poissons gras (saumon, flétan, hareng, maquereau, anchois, sardines, etc.) et la viande blanche.
• Huiles vierges (d’olive, de noix, de canola, de soja, etc.) utilisées crues.
• Sucres complets (miel, sirop d’érable, sucre brun non raffiné) et chocolat noir idéalement cru, mais consommés en petite quantité.
• Eau, boissons à base de riz, d’amande et modérément de soja, ainsi que les eaux minérales riches en calcium et en bicarbonate et pauvres en sulfate. Préférer le soja fermenté (miso ou natto). Le café, le thé et l’alcool (autre que la bière) en quantité raisonnable et privilégier la chicorée, excellente pour la digestion et l’élimination des déchets.
• Tous les condiments y compris le sel complet (de l’Himalaya, par exemple) en dose modérée.
• Des suppléments de vitamine D pour compenser le manque de soleil dans notre climat.

Source :
Lagacé, Jacqueline, Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation, Éditions Fidès, 2011, 24,95 $, 300 pages.

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Lectures hivernales 2017 : des micromaisons aux huiles essentielles
Lectures d’automne 2017
Les OGM : promesses non tenues
Santé! Le guide pour toute la famille

14 Responses

    1. André Fauteux

      http://jacquelinelagace.net/livres/cuisiner-pour-vaincre-la-douleur-et-linflammation-chronique-recettes-et-conseils/

      Nouveau livre : Cuisiner pour vaincre la douleur et l’inflammation chronique: Recettes et conseils

      Jacqueline Lagacé, Ph.D.
      Avec la collaboration de Diane Duchesne, Louise Labrèche et Gabrielle Samson

      Après le succès de son premier livre, Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation, qui présentait les bienfaits du régime hypotoxique dans le traitement des douleurs chroniques, Jacqueline Lagacé offre ici, en réponse à ses nombreux lecteurs, des conseils et des recettes pour faciliter leur passage à ce nouveau mode d’alimentation. Développé à l’origine par le docteur Seignalet, ce régime nécessite l’abandon d’aliments qui, selon nos traditions culinaires sont considérés comme les pilliers du mode d’alimentation occidental, basé prioritairement sur les céréales, les produits laitiers et de grandes quantités de viandes rôties. Même si, au départ, bousculer ses façons de s’alimenter peut être déstabilisant , ce livre prouve qu’il est possible de le faire en douceur. On y trouve de l’information sur les caractéristiques et propriétés des aliments substituts conformes au régime hypotoxique, une liste «garde-manger», des adresses pertinentes et 130 recettes qui favorisent une cuisine simple, nutritive et savoureuse. De plus, s’appuyant sur des travaux de recherche innovateurs, l’auteure vulgarise des informations récentes concernant des aliments anti-glycotoxines ainsi que d’autres à éviter, pour aider les personnes atteintes de diabète, d’obésité et de maladies chroniques à faire de meilleurs choix alimentaires. Ce livre vise également tous ceux qui se préoccupent de leur santé et qui, malgré le passage des années, veulent conserver une qualité de vie enviable. Les réponses aux questions des internautes fréquentant le blogue de l’auteure sont reproduites sous forme de capsules, de même que certains de leurs témoignages qui viennent confirmer l’efficacité de ce régime à vaincre la douleur et à améliorer de façon souvent surprenante des fonctionnalités gravement atteintes.

      Après plus de onze ans de formation universitaire en biologie, microbiologie et immunologie, Jacqueline Lagacé, Ph. D., de 1986 à 2003, a partagé son temps entre la direction d’un laboratoire de recherche en microbiologie et immunologie, la direction de thèses et l’enseignement de l’immunologie et de la microbiologie aux 1er, 2e et 3e cycles universitaires à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Auteure de quelque 35 articles scientifiques publiés dans des revues internationales avec comités de pairs, elle a également présenté plus de 50 communications dans des congrès scientifiques nationaux et internationaux.

  1. Anonyme

    j’ai participé avec votre confrère à l’élaboration
    d,un article sur la moisissure résidentiel:

    Due aux effets très néfastes sur ma santé J.ai été terrassé
    pendant 20mois par ce genre d’intoxication justement:

    Suite à la parrution de Mme Jacqueline Lagacé Phd à Denis Lévesque,
    et les recommendations du Maitre Naturopathe Dr. C. Limoges
    de la Clinique l,Aube J,ai suivi également ce régime Hypotoxique
    alcalin qui a fais toute la différence.
    Selon C. Limoge ND, sans ce régime je serai décédé en mars 2010.

    Mes salutations,

    Dan Seg
    514.944.6301

    —————–
    dan.seguin@videotron.ca

  2. Anonyme

    Moi je n,ai pas de commentaires sauf que je suis un peu découragé; le médecin a dit que mon taux d’enzime était à 126 alors que la nomale doit être de 46 et alors il pensait que j’avais une hépathyte ce qui après divers tests ce n’était pas le cas sauf qu’il a dit que je devait perdre du poids car mon foie était gras et gros ; j’ai perdu 73 lbs et je prenait *chili burn* mais après arrêt j,ai repris 25 lbs et lorsque je mange je me sens très lourde et le foie est très gros *j’ai une boss au foie très longtemps* et difficile aussi avec mes selles ;je bois beaucoup d’eau mais cela est toujours difficile même en mangeant des fruits et légumes
    Alors je suis découragé car je me sent vraiement pas bien après le repas même en prenant une tisanne ;alors donnez-moi des conseils SVP
    danbon@videotron.ca

  3. André Fauteux

    Le livre de Jacqueline Lagacé est intitulé
    Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation:
    http://www.jacquelinelagace.net/livres/livre/‎

    Alors qu’elle lutte contre l’arthrite/arthrose qui la fait souffrir sévèrement et la prive presque entièrement de l’usage de ses doigts, Jacqueline Lagacé découvre le régime hypotoxique du docteur Seignalet. Estimant n’avoir plus rien à perdre, elle décide de le suivre. Les résultats sont spectaculaires. En dix jours, la douleur a disparu et en seize mois, elle recouvre totalement l’usage de ses doigts. Elle constate parallèlement des améliorations sensibles dans les articulations de ses genoux et de sa colonne vertébrale, qui étaient affectés par de l’arthrose symptomatique depuis plusieurs années. Il n’en faut pas davantage pour que cette scientifique se plonge dans la lecture des articles de plus en plus nombreux qui paraissent — dans le monde anglo-saxon, notamment — sur l’alimentation en relation avec les différentes maladies d’inflammation chronique. Ayant rassemblé une abondante documentation, elle se consacre à l’écriture d’un livre « pour informer, écrit-elle, ceux qui souffrent de douleurs chroniques que des changements dans leur alimentation pourraient leur permettre d’éliminer leurs douleurs et leur redonner une qualité de vie qu’ils ne croyaient plus possible ».

    De 1986 à 2003, Jacqueline Lagacé, Ph. D., a partagé son temps entre la direction d’un laboratoire de recherche en microbiologie et immunologie, la direction de thèses et l’enseignement de l’immunologie et de la microbio­logie aux 1er, 2e et 3e cycles universitaires à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Auteure de quelque 35 articles scientifiques publiés dans des revues internationales avec comités de pairs, elle a également présenté plus de 50 communications dans des congrès scientifiques nationaux et internationaux.

Laisser un commentaire

Oui Non