L’intolérance électromagnétique élucidée

Belpomme.jpgL’industrie électrique et des cellulaires ainsi que l’Organisation mondiale de la santé prétendent qu’il n’est pas exclu que le Syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM, appelé hypersensibilité électromagnétique à tort selon lui) est psychosomatique, mais c’est un faux débat, selon le professeur en cancérologie parisien Dominique Belpomme.

Dans une interview sur France Inter, le directeur de l’Institut de recherche européen sur le cancer et l’environnement (Eceri) et président de l’Association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse (Artac), indique : « Il est clair qu’il y a un lien entre les différentes pathologies énoncées et l’environnement.(…) Le vrai problème c’est qu’il n’y a plus de polémique au niveau scientifique à ce sujet. Il n’y a qu’une polémique vis-à-vis des opérateurs qui nous disent que tous ceux-ci [les personnes intolérantes aux CEM] ne sont pas de vrais malades ou alors que ce sont des fous. Pas du tout, ce sont des gens qui sont comme vous et moi, tout à fait lucides, conscients et qui peu à peu, étant exposés à ces champs électromagnétiques, deviennent effectivement réellement malades ; ce sont de vrais malades qu’il va falloir prendre en charge, traiter, et surtout faire en sorte que cette maladie n’évolue pas vers un cancer. Vous savez que l’OMS vient de classer l’exposition non seulement aux basses fréquences et maintenant aux radiofréquences dans le groupe 2B, c’est-à-dire la catégorie « peut-être cancérigène. Nous avons aujourd’hui six études internationales qui montrent qu’il y a un lien entre exposition prolongées aux champs électromagnétiques et maladie d’Alzheimer… Heureusement, le stade est réversible. »

Mais le professeur met également en garde : « Si nous continuons à aménager le territoire sans tenir compte des problèmes de santé publique, nous risquons une véritable catastrophe sanitaire. Et là je pèse mes mots en disant cela : il faut que les pouvoirs publics prennent conscience de la gravité de la situation actuelle et fassent qu’on n’installe plus une antenne à côté d’une crèche ou d’une école maternelle. Ceci est absolument inacceptable en termes de santé publique. »

Dans une lettre qu’il a écrite à une personne atteinte de SICEM qui nous l’a fait suivre, le Dr Belpomme distingue l’électrosensibilité qui touche presque tous les organismes vivants à la perte de tolérance induite par l’exposition prolongée à des CEM.

Lisez ici l’entrevue avec le Dr Belpomme parue dans la Maison du 21e siècle en janvier 2011.

Présentation PowerPoint du Dr Belpomme sur le SICEM

Et lire : Les Québécois champions des cancers liés à l’électrosmog 

Vous aimeriez aussi
Maladies chroniques infantiles : la voie du rétablissement
Témoignage du conjoint d’une personne électrosensible
Un livre sur les biosignatures pour les 45 ans de la biogéométrie
Électricité Québec s’intéresse aux champs magnétiques

Laisser un commentaire