Électrohypersensibilité : références essentielles

EHSÀ la demande populaire, voici les hyperliens permettant d’accéder à plusieurs des meilleurs articles, rapports et études scientifiques  sur le Syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM), aussi appelée hypersensibilité électromagnétique, électrohypersensibilité (EHS) ou syndrome des micro-ondes. Ce syndrome est bien expliqué ici par Pierre Le Ruz, docteur en physique et en physiologie animale, directeur scientifique du CRIIREM (Centre de Recherche et d’Information Indépendantes sur les Rayonnements électromagnétiques), expert accrédité par le Parlement Européen et Consultant du Conseil de l’Europe. Bien qu’il n’existe pas de consensus scientifique sur cette question, ce diagnostic fut posé pour la première fois en 1932 par un médecin allemand et les effets non thermiques des champs électromagnétiques (CEM), toujours ignorés par les limites d’exposition internationales, ont été reconnus en 1986 par le National Council on Radiation Protection & Measurements américain

Mes articles les plus complets  

Quand le vase déborde : l’intolérance aux ondes

L’intolérance électromagnétique élucidée

L’électrohypersensibilité due à des agressions répétées au cerveau

Électrohypersensibilité : un colloque démystifie la controverse

Électrosensibilité : comment se désintoxiquer

Il faut réduire l’exposition des enfants au Wi-Fi, dit un expert du cancer

Radiofréquences : le professeur Paul Héroux témoigne

Champs électromagnétiques : douze façons de se protéger

La Californie savait les compteurs « intelligents » nocifs

Compteurs intelligents : des experts dénoncent la « désinformation flagrante »

Sans fil et cancer : Santé Canada dénoncé dans le Journal de l’Association médicale canadienne

Politiques et mises en garde En 2000, les pays nordiques (Suède, Norvège, Finlande et Danemark) ont reconnu les hypersensibilités chimique et électromagnétique comme des handicaps donnant droit à des accommodations : The Nordic Adaptation of Classification of Occupationally Related Disorders (Diseases and Symptoms) to ICD-10, Nordic Council of Ministers.

En 2007, la Commission canadienne des droits de la personne publiait le rapport Le point de vue médical sur l’hypersensibilité environnementale ainsi qu’une Politique concernant l’hypersensibilité environnementale.

Le 17 juin 2015, le Comité fédéral canadien sur la Santé publiait le rapport Le rayonnement électromagnétique de radiofréquences et la santé des Canadiens, visant à protéger les enfants et autres personnes hypersensibles et recommandant d’investir dans la recherche sur cette condition.

Ce rapport fait suite à l’adoption par la France, en février 2015, de la Loi relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques. Entre autres choses, cette loi interdit l’usage du Wi-Fi dans les garderies, exige qu’il soit éteint dans les écoles lorsqu’il n’est pas utilisé, et commande au gouvernement un rapport sur l’électrohypersensibilité qui doit être remis au Parlement d’ici février 2016.

Cette loi française a notamment pour origine la Résolution 1815 (2011) Assemblée parlementaire du Conseil d’Europe, Le danger potentiel des champs électromagnétiques et leur effet sur l’environnement et le grenelle des ondes, consultation lancée « en France dans un contexte particulier ; l’explosion du nombre de téléphones mobiles (et donc d’antennes relais) et la contestation accrue de riverains sur l’implantation de ces antennes, qu’ils soupçonnaient d’être à l’origine d’impacts sanitaires, explique Justine Arnaud, attachée parlementaire de la député des Verts Michèle Rivasi. L’Etat français a donc souhaité réagir car des recours administratifs aboutissaient à la condamnation d’opérateurs de téléphonie mobile, contraints d’enlever des antennes relais. Le rôle principal de ce grenelle était de tester l’application du seuil de 0,6 volts par mètre carré considéré par le CRIIREM (co-fondé par Michèle Rivasi) comme un seuil ne provoquant pas d’effets sanitaires, mais qui peut rester gênant pour les personnes dites électro hypersensibles. Dans des villes test comme Grenoble, ce seuil a été appliqué : l’expérimentation a conclu au fonctionnement quasi normal de la téléphonie mobile, sauf dans quelques bâtiments. La recommandation finale essentielle mentionnait la possibilité d’appliquer ce seuil mais avec la mise en place de pico-antennes, plus nombreuses et moins puissantes, pour mieux mailler la couverture réseau. Cette solution, jugée trop coûteuse par les opérateurs, n’a pas été retenue, à notre grand désarroi… »

Le mouvement européen fut précédé par des mises en garde faites par l’Agence européenne de l’environnement. Lire la conférence prononcée en septembre 2009 par l’ex-directrice de l’Agence, Jacqueline McGlade, ainsi que le rapport de 2013 sur le coût d’ignorer les signes avant-coureurs : Signaux précoces et leçons tardives, volume 2. 

Pour comprendre la désinformation véhiculée par l’industrie, les gouvernements et donc plusieurs grands médias, il faut lire le rapport Institutional Corruption in Dealing With the Risks of Radiofrequency Radiation in the Past 50 Years.

Études et rapports scientifiques Aux États-Unis, le President’s Cancer Panel recommandait d’agir en matière d’électrosmog dans le rapport de 2008-2009 Environmental Factors in Cancer.

Puis en août 2013, l’Académie américaine de pédiatrie créait un précédent en recommandant des normes d’exposition aux radiofréquences qui protégeraient les enfants.

Voir aussi les commentaires des villes de Boston et Philadelphie déplorant l’inaction qui nuit aux personnes handicapées par les CEM, présentés à la Commission fédérale des communications américaine (FCC) en novembre 2013.

Ces deux sites britanniques présentent les résumés des études scientifiques sur l’électrohypersensibilité :

http://www.es-uk.info/research-studies.html

http://powerwatch.org.uk/science/studies.asp (cliquer sur [Electromagnetic Sensitivity]

L’ensemble des études sur les effets biologiques des CEM sont répertoriées sur emf-portal.de Les deux articles suivants expliquent les nombreux facteurs déterminant les réactions biologiques aux radiofréquences, facteurs ignorés par les limites d’exposition et les études bidon citées par l’industrie et les gouvernements pour prétendre que l’EHS est d’origine psychosomatique :

1. Biophysical Mechanisms for Nonthermal Microwave Effects, par Igor Belyaev Directeur, Laboratoire de Radiobiologie, Institut de recherche sur le Cancer, Académie slovaque des sciences, Electromagnetic Fields in Biology and Medicine, 2015.

2. Cell phone radiation: Evidence from ELF and RF studies supporting more inclusive risk identification and assessment, par Carl Blackman, ex chercheur à l’US EPA, Pathophysiology, 2009.

L’ensemble des effets athermiques des CEM sur la matière biologique sont expliqués dans ce rapport de 419 pages en deux parties : Non-Thermal Effects and Mechanisms of Interaction Between Electromagnetic Fields and Living Matter, European Journal of Oncology, 2010.

Enquête sur la santé de riverains de stations relais de téléphonie mobile, Roger Santini et al, Institut national des sciences appliquées, Paris, Pathological Biology, 2002 et 2003.

L’une des meilleures études sur l’EHS, réalisée en double aveugle dans des conditions contrôlées, a permis d’identifier à quelles fréquences des individus réagissaient : Electromagnetic Field Sensitivity,  WJ Rea et al, Journal of Bioelectricity (1991).

Étude en double aveugle de l’équipe du pionnier Andrew A Marino, docteur en biophysique et professeur de médecine : Electromagnetic hypersensitivity: Evidence for a novel neurological syndrome. D.E. McCarty, S. Carrubba, A.L. Chesson, Jr., C. Frilot II, E. Gonzalez-Toledo & A.A. Marino, Int. J. Neurosci. 121:670–676, 2011. [PDF](Introduction audio).

L’ensemble de ses publications : http://andrewamarino.com/journalarticles.html

Sa réponse aux critiques de son étude de 2011 : Electromagnetic hypersensitivity syndrome revisited again. A.A. MARINO. Int. J. Neurosci. 123:593–594, 2013

Excellente revue de la littérature : Hypersensibilité électromagnétique : Fait ou fiction ? par Stephen J. Genuis(a), Christopher T. Lipp(b)  (a) Université d’Alberta, Canada (b) Faculté de Médecine de Calgary, Science of the Total Environnement, 2011.

Version originale : Genuis SJ, Lipp CT, Electromagnetic hypersensitivity: Fact or fiction? Rapport

BioInitiative 2012 : la revue de la littérature la plus complète et recommandations pour des limites d’exposition basées sur les effets biologiques. Cliquer sur SECTION 24: KEY SCIENTIFIC EVIDENCE AND PUBLIC HEALTH POLICY RECOMMENDATIONS et lire les conclusions ici

Effets biologiques des radiofréquences et références, rapport de Cindy Sage et des Drs Lennart Hardell et Martha Herbert du Groupe BioInitiative, présenté en juin 2013 à la Commission fédérale des communications américaine (FCC). 

Autres documents importants

Toutes les présentations faites au 5e Colloque de l’Appel de Paris, organisé par le Dr Dominique Belpomme de l’ARTAC, le 18 mai 2015 à Bruxelles.

Autre site créé par le Dr Belpomme : EHS-MCS.org. Que vous soyez médecin ou professionnel de santé, que vous soyez malade, et/ou que vous pensiez être devenu intolérant aux champs électromagnétiques (CEM) ou aux produits chimiques, ce site vous est destiné.

Directive de l’Association médicale autrichienne pour le diagnostic et le traitement des problèmes de santé et des maladies liés aux champs électromagnétiques (syndrome CEM).

Version anglaise: Guideline of the Austrian Medical Association for the diagnosis and treatment of EMF related health problems and illnesses (EMF syndrome).

Résolution de l’Association médicale californienne demandant de limites d’exposition aux radiofréquences tenant compte des effets biologiques non thermiques

Environmental Medicine Evaluation of Electromagnetic Fields, par le Dr. Gerd Oberfeld du département de santé publique de Salzbourg (Autriche), 2007.

Letter to the Editor: Will We All Become Electrosensitive? par Örjan Hallberg et le Dr Gerd Oberfeld, qui documente le pourcentage des européens se plaignant d’intolérances aux CEM.

Bibliography of reported biological phenomena (‘effects’) and clinical manifestations attributed to microwave and radio-frequency radiation (plus de 2 000 références), US Naval Medical Research Institute 1971.

Excellente conférence donnée en 2014 par l’urgentologue britannique Dr Erica Mallery Blythe.

Electromagnetic Hypersensitivity A Summary by Dr Erica Mallery-Blythe December 2014 WORKING DRAFT Version 1

(cliquer sur 1st Draft with more sections to follow)

Biological and Health Effects of Microwave Radio Frequency Transmissions, A Review of the Research Litterature, rapport du Dr Paul Dart et autres médecins de l’Oregon présenté en juin 2013 au Eugene Water and Electric Board.

Rapid aging syndrome and PEMF treatments (professeur Magda Havas)

Vidéo sur les dangers du Wi-Fi: https://www.youtube.com/watch?v=6v75sKAUFdc 

Pour en savoir davantage 

http://c4st.org/news/category/ehs/ http://ehtrust.org/

http://www.magdahavas.com/category/health-issues/electrosensitivity/

http://www.magdahavas.org/category/presentations/electrosensitivity/

http://microwavenews.com/ http://www.next-up.org/

http://www.teslabel.be/ http://www.weepnews.blogspot.ca/ 

Auteur

Dernières publications

Laisser un commentaire