Ajout d’antennes : des familles entières incommodées

L’ancienne journaliste Mona Nilsson, directrice de la Fondation suédoise de protection contre les radiations.

En plein confinement de la COVID-19, de nombreuses antennes 4G et 5G ont été érigées partout dans le monde sans que quiconque puisse s’y opposer, dénonçaient le 16 avril la toxicologue ontarienne Magda Havas et l’anesthésiologiste israélien Dr Yael Stein dans un échange de courriel. L’ancienne journaliste Mona Nilsson, cofondatrice et directrice de la Fondation suédoise de protection contre les radiations, raconte que dans certains appartement de Stockholm, les gens sont exposés à un rayonnement de micro-ondes dix fois plus élevé que celui mesurés aux mêmes endroit un an plus tôt. « Les rayonnements ont augmenté énormément dernièrement… et ce avant même le déploiement de la 5G » qui vient d’être lancée à Stockholm le 25 mai, dit-elle. Dans certains cas les ondes mesurées sont jusqu’à 100 fois plus élevées que ce que l’on mesure dans les bureaux du géant du télécom Ericsson ou de l’Organisation mondiale de la santé, raconte-t-elle. L’industrie et l’OMS ont beau nier les dangers des ondes cellulaires, ils s’assurent d’en protéger leur personnel… – André Fauteux

Des mesures effectuées à Husby, près de Stockholm, le 9 avril 2020, ont montré que les gens sont exposés à un rayonnement micro-ondes extrêmement élevé provenant de stations de base de téléphonie cellulaire situées à environ 40 mètres de distance : 270 000 microwatts par mètre carré (μW/m2) mesurés sur un balcon et 30 000 μW/m2 dans une chambre. La famille au complet vivant dans l’appartement souffre des symptômes typiques d’une exposition à des niveaux élevés de rayonnement micro-ondes : difficultés à dormir, maux de tête, vertiges, nausées, saignements de nez et problèmes respiratoires.

Dans une maison en rangée de Kista, 130 000 μW/m2 ont été enregistrés dans le jardin et 20 000 μW/m2 dans la chambre. Les résidents souffrent, entre autres, d’insomnie, de maux de tête, d’un rythme cardiaque élevé, de vertiges, de saignements de nez, d’acouphènes et de problèmes respiratoires.

© Anders Sydborg

Nous avons parlé à une femme qui vit dans un quartier de maisons de ville. Elle me dit que depuis deux mois que quelques stations de base y ont été installées, à une centaine de mètres de là, les familles vivant dans la rue ont développé les symptômes suivants : vertiges, nausées, troubles du sommeil, maux de tête, fièvre qui va et vient, acouphènes, troubles du rythme cardiaque, tachycardie et problèmes respiratoires.

« Tous les voisins, sept familles, ont les mêmes symptômes. Je n’arrive pas à respirer et j’ai l’impression que mon cerveau est en ébullition », me dit-elle. Plusieurs familles ont quitté leur maison en raison de problèmes de santé et dorment dans des chalets à la campagne ou même dans leur voiture dans les bois.

« On a l’impression de ne plus pouvoir respirer. Je peux me réveiller au milieu de la nuit parce que mon cœur bat incroyablement vite, comme après une course. Quand je me réfugie dans les bois, je peux à nouveau respirer normalement. Je n’ai jamais eu de problèmes respiratoires avant la mise en service des nouvelles stations de base, » m’a-t-elle dit.

En outre, cette femme nous dit qu’elle a observé que le rayonnement augmente à 22 heures et est plus élevé tout au long de la nuit jusqu’à environ 6 heures du matin, puis retombe au niveau du jour. Cela signifie que les radiations de nuit peuvent être encore plus élevées que les niveaux que nous avons mesurés pendant la journée.

Bien au-delà des niveaux de mauvaise santé

Des recherches ont montré qu’à partir de 100 μW/m2, il existe un risque accru de mauvaise santé, similaire aux symptômes actuellement signalés par les habitants de Husby et Kista. À long terme, le risque de maladies chroniques et de cancer augmente.

Les symptômes les plus courants, qui ont été décrits dans les recherches depuis 50 ans comme un effet de l’exposition aux rayonnements micro-ondes (syndrome des micro-ondes), peuvent être lus ici.

Selon la fréquence et l’impulsion, les chercheurs et les médecins recommandent donc que les personnes ne soient pas exposées à plus de 100 ou 10 μW/m2 environ pendant la journée pour les rayonnements provenant des stations de base de téléphonie mobile et pas plus de 10 ou 0,1 μW/m2 dans les chambres. Les valeurs inférieures s’appliquent en particulier aux enfants et aux autres groupes particulièrement vulnérables.

Ces recommandations ont été émises notamment par un groupe de médecins et de chercheurs européens réunis par l’Académie européenne pour la médecine environnementale (EUROPAEM) afin de rédiger en 2016 les Lignes directrices EUROPAEM pour la prévention, le diagnostic et le traitement des sujets atteints de problèmes de santé et de maladies en lien avec les champs électromagnétiques

En 2002, le ministère de la santé de la région de Salzbourg a recommandé que les personnes ne soient pas exposées à plus de 1 μW/m2 à l’intérieur.

En 2012, le groupe Bioinitiative a recommandé que les personnes ne soient pas exposées à plus de 3-6 μW/m2.

La Fondation pour la protection contre les radiations recommande un maximum de 10 μW/m2 pendant la journée et un maximum de 1 μW/m dans les chambres comme valeurs indicatives pour éviter les risques pour la santé.

Notre expert incommodé

Anders Sydborg, qui a fait les mesures, se sentait déjà très mal au bout de cinq minutes dans l’appartement supérieur avec l’immense groupe d’antennes sur le toit. C’est un homme en bonne santé qui a dit que c’était sa pire expérience et qu’il lui a fallu trois heures pour récupérer de la visite. 
Anders Sydborg s’est également rendu au siège social d’Ericsson à Kista, dans la périphérie de Stockholm. À notre grande surprise, le rayonnement y était très inférieur, le rayonnement supérieur le plus élevé était de 4 500 μW/m2 à 50 mètres des antennes sur le toit. Comparé aux environs de la villa où il mesurait 130 000 μW/m2 à la même distance de moins d’antennes une semaine plus tôt, ce résultat est étonnant d’autant plus que davantage d’antennes se trouvaient sur le toit d’Ericsson. 

Lisez aussi lire l’article de l’oncologue suédois Dr Lennart Hardell. À sa grande surprise, il a également mesuré de très faibles rayonnements à l’intérieur du siège de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève, seulement 21 μW/m2

Un leader mondial des stations de base et antennes, dans les années 1990 Ericsson fut aux prises avec plusieurs employés ingénieurs qui sont tombés malades en peu de temps du rayonnement micro-ondes. Un certain nombre de nouveaux ordinateurs venaient d’être acquis et une station de base fut établie à 40 mètres du bureau de sa division Ellemtel. Des mesures coûteuses de réduction des rayonnements ont été mises en œuvre, ce qui a permis à la grande majorité des ingénieurs de reprendre le travail. L’un des plus touchés fut Per Segerbäck, un ingénieur à la tête d’un groupe de conception de circuits intégrés avancés. On lui a donné une pièce recouverte d’une plaque de cuivre qui a effectivement réduit le rayonnement. Per Segerbeck a perdu son emploi chez Ellemtel/Ericsson à la fin des années 1990. Il a été président de l’association nationale suédoise des personnes électrosensibles et est encore membre de son conseil d’administration.

Comme l’écrivait en 2014 Meris Michaels du site Mieux Prévenir : « Segerbäck a utilisé l’équipement informatique et de télécommunications le plus récent et le plus avancé disponible, le genre de choses auxquelles seuls Ericsson et l’armée suédoise avaient accès. Il était, par conséquent, à la hauteur de ses globes oculaires dans un bain de rayonnement non ionisant, à partir d’ordinateurs, de lampes fluorescentes et de l’antenne de télécommunications située juste devant sa fenêtre. Il a remarqué ses premiers symptômes —vertiges, nausées, maux de tête, sensations de brûlure et taches rouges sur sa peau — à la fin des années 1980, une décennie après son travail de recherche en télécommunications. Tous les 20 autres membres de son groupe, sauf deux, ont signalé des symptômes similaires, dit-il, bien qu’ils soient de loin les plus graves.  » 

On peut également mentionner que l’ancien directeur technique de NokiaMatti Niemelä, est un autre exemple au sein de l’industrie des télécommunications dont leurs propres ingénieurs ont développé les maladies que les représentants et les agents de l’industrie des télécommunications nient être liées au rayonnement des stations de base mobiles et des téléphones mobiles. Niemelä est actuellement très sensible aux rayonnements et suite à une exposition chronique à un rayonnement intense au travail, entre autres par une utilisation intensive du mobile. L’ancien patron de Nokia, qui est dans la quarantaine, ne peut aujourd’hui se déplacer sans s’appuyer sur un déambulateur (une marchette). Il présente des symptômes graves dès qu’il est exposé à des radiations mobiles. Il a déclaré que le personnel de Nokia n’a pas osé dénoncer les risques radiologiques de peur d’être licencié. « Ces choses sont réduites au silence depuis trop longtemps », a-t-il déclaré.

Lignes directrices gouvernementales actuelles

Les valeurs de référence existantes de l’autorité de radioprotection suédoise, auxquelles l’autorité de santé publique fait également référence, ne protègent pas contre les risques sanitaires non thermiques démontrés et signalés. Elles ne protègent pas non plus contre l’exposition à long terme, mais se fondent unilatéralement sur l’idée établie par l’industrie militaire américaine dans les années 1950, selon laquelle le rayonnement micro-ondes n’est nocif que s’il est si intense qu’il provoque des lésions tissulaires immédiates dues à l’échauffement. Les valeurs de référence actuelles excluent donc la protection contre les effets nocifs dus à une exposition à plus long terme qui est actuellement assurée par les stations de base. Les limites russes représentent 2 % des limites internationales courantes et visent à « prévenir les effets biologiques qui ne sont généralement pas considérés comme un risque pour la santé dans les pays occidentaux ». Le tableau Exposure limits for radiofrequency fields (public) Data by country, disponible sur le site de l’OMS, démontre par exemple que pour la fréquence 1800 mégahertz, les limites d’exposition varient entre 100 000 μW/m2 en Bulgarie, au Chili et en Italie à 10 millions μW/maux États-Unis et au Japon.

Comme les valeurs de référence actuelles de l’ICNIRP auxquelles réfèrent la plupart des pays sont dépassées et clairement insuffisantes (comme l’affirmaient en 1993 trois organismes fédéraux américains) pour protéger contre les risques sanitaires, les médecins, les scientifiques et les organisations environnementales protestent de plus en plus contre le fait que les gens ne sont pas protégés contre les risques sanitaires de plus en plus avérés :

• 252 scientifiques, tous actifs dans le domaine de la recherche, ont demandé une révision de la valeur limite, car de plus en plus d’études montrent des effets nocifs à des niveaux inférieurs, alors que les gens peuvent être mieux protégés et largement informés des risques. Appel des scientifiques sur les CEM.

• Plus de 300 scientifiques et médecins ont demandé l’arrêt de l’extension 5G en raison de risques potentiels graves pour la santé, et la nécessité de nouvelles limites car les valeurs de l’ICNIRP sont obsolètes et inadéquates comme garantie. Appel 5G.

• 165 scientifiques et médecins et 95 organisations environnementales et sanitaires constatent que les valeurs de référence en vigueur sont nocives pour la santé publique parce qu’elles permettent une exposition sous l’argument non scientifique qu’elles protégeraient contre les risques sanitaires. Il est clair que les valeurs de la ICNIRP protègent l’industrie plutôt que les personnes et l’environnement. Elles doivent être revues. Appel CEM.

Commentaires de la Fondation suédoise de radioprotection

Ce sont des symptômes très graves dont les gens sont aujourd’hui témoins en raison de l’augmentation massive des radiations ces derniers temps. Contrairement au passé, où des familles ou des individus dans différentes régions étaient affectés par une mauvaise santé, selon nos informations maintenant toutes les familles d’un même quartier souffrent en même temps et rapidement après que les stations de base aient été mise en service.

Il est également extrêmement préoccupant que de nombreuses personnes témoignent de problèmes respiratoires, comme c’était aussi le cas d’une personne vivant dans un appartement de Stockholm exposé à un pic de 76 000 μW/m2, mesuré en octobre 2019. Cela pourrait être un effet des nouvelles technologies avec des niveaux de rayonnement plus élevés et des impulsions beaucoup plus intenses. Comme la technologie cellulaire 5G va encore augmenter le rayonnement et l’intensité des impulsions, ce qui se passe maintenant est un signal d’alarme très sérieux sur les effets néfastes du déploiement prévu de la 5G.

La responsabilité incombe maintenant aux entreprises de télécommunications, aux autorités, aux gouvernements et aux principaux médias qui dissimulent la vérité et les risques des radiations et prétendent au contraire qu’elles seraient inoffensives. Bien sûr, la responsabilité incombe particulièrement aux entreprises de télécommunications, qui sont en fin de compte responsables des risques pour l’environnement et la santé et de leurs conséquences sur la santé humaine et l’environnement.

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
La 5G : entre sécurité, utilité et santé
Lectures d’automne (2020)
De l’irradiation de l’ambassade américaine de Moscou à la 5G : les mêmes mensonges
Un physicien de l’Université McGill dénonce le vandalisme anti-5G

1 Response

  1. legolas

    bonjour et merci pour cet article qui confirme nos craintes concernant la technologie 5G.
    En effet, les enjeux sont pour le moins flous, entre de sois disant avantages sur le très haut débit et la pression des lobbys, on ne voit pas bien l’interêt pour la population.
    La 4 G est déjà suffisante pour la plupart de nos usages au quotidien et le wifi actuel est satisfaisant alors pourquoi nous imposer cette technologie si ce n”est pour des intérêt purement commerciaux et politiques.
    Des rumeurs courent sur la volonté d’utiliser cette 5 G afin de mieux observer et controler la population.
    Etant donné la manière dont ils s’y prennent pour mettre en place sournoisement leurs dispositifs, ces rumeurs ne peuvent qu’être suivies et encouragées. Merci en tous cas aux défenseurs de notre santé.

Laisser un commentaire