Maisons éconergétiques efficaces : quel surcoût?

Selon l’Agence de l’efficacité énergétique (AEE) du Québec, le coût des maisons neuves augmentera d’environ 2 % l’an prochain avec l’entrée en vigueur du Code du bâtiment québécois 2010 qui comprendra pour la première fois un chapitre Efficacité énergétique. Si l’on se fie à la stratégie énergétique québécoise de 2007, les maisons neuves dépenseront 20 % de moins en énergie.

Pour ce faire, le Code appliquera des exigences qui s’inspireront de celles du programme Novoclimat de l’AEE. La ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, doit annoncer les détails de la nouvelle version du Code cet automne. Toutefois, le Code pourrait ne pas exiger que les échangeurs d’air soient dotés de conduites rigides, contrairement à ce que fait le programme Novoclimat.

« Notre évaluation des surcoûts (environ 2 %) est basée sur les pratiques courantes des constructeurs en fonction d’une maison de grosseur moyenne, explique la porte-parole de l’AEE, Kim Ledoux. De plus, les nouvelles exigences réglementaires ne seront pas identiques aux exigences Novoclimat. Pour certains constructeurs, le surcoût peut être supérieur si leurs pratiques courantes sont moins efficaces et si la typologie et la géométrie de la maison sont inhabituelles. »

Les coûts de chauffage d’une maison certifiée Novoclimat typique sont environ 25 % moins élevés que ceux d’une maison ordinaire. Le surcoût de construction peut donc varier entre 3 et 5 %, selon le directeur technique de l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec, l’APCHQ, André Gagné. Selon lui, l’importance de la hausse des prix des maisons en 2011 dépendra de l’ampleur de la demande et des stratégies des marchands de matériaux qui vendront assurément plus d’isolants et autres matériaux de construction. Sur la base des prix de 2004, l’AEE affirme sur son site Web que le surcoût d’une maison Novoclimat variait entre 2,1 % et 3,1 %, par rapport à des maisons construites selon les exigences du Code national du bâtiment de 1990 ou de 1995.

10 000 $ de plus
Un entrepreneur de Beloeil, Construction Jasmont, estime qu’un consommateur devrait débourser 10 000 $ de plus pour que sa maison typique — qui lui coûte déjà 200 000 $ sans compter le terrain — réponde aux exigences Novoclimat. Ceci exclue toutefois la subvention de 2 000 $ accordée aux acheteurs de maisons neuves certifiées Novoclimat.

Construction Jasmont construit des maisons de grande qualité conçues pour les premiers acheteurs depuis 1976. L’entreprise a été reconnue pour la qualité de son service à la clientèle en 2007 et de nouveau en 2009 à la suite d’un sondage effectué auprès de ses clients par l’APCHQ. À chaque année, Jasmont construit environ 120 maisons dont le niveau d’étanchéité satisfait déjà la norme Novoclimat (maximum de 2,5 changements d’air à l’heure à 60 pascals). Toutefois, elle ne construit pas de maisons certifiées Novoclimat.

La maison Jasmont type contient la quantité minimum d’isolant obligatoire au Québec depuis 1983, explique un des associés de l’entreprise, l’ingénieur junior Stéphane Gariépy. Il s’agit d’un cottage de 32 pieds x 40 pieds auquel se greffe un garage double sur fondations de 26 pieds x 32 pieds.

Détails des améliorations
Pour qu’une telle maison puisse être certifiée par le programme Novoclimat de l’AEE, il faudrait lui ajouter 21 mesures. Les principaux surcoûts engendrés seraient :
• 2 000 $ de main d’œuvre
• 1 500 $ pour 3,5 pouces d’isolant de polyuréthane giclé sur la solive de rive
• 1 875 $ pour des vitrages à faible émissivité remplis d’argon
• 1 100 $ pour doter l’échangeur d’air de conduites rigides plutôt que flexibles
• 750 $ pour un pouce de polystyrène expansé posé sous la dalle
• 475 $ pour un carton fibre haute densité posé à l’extérieur de l’ossature murale
• 650 $ pour un pare-vapeur laminé d’aluminium (afin que le murs atteigne une résistance thermique de R-24,5)
• et 1 330 $ d’isolation additionnelle à divers endroits (pour atteindre, notamment, R-41 au plafond supérieur).

Lire tous les détails dans le document ci-joint.

Selon Stéphane Gariépy, les premiers acheteurs sont rarement intéressés par les options vertes. « Les gens ne sont pas prêts à payer plus cher. Sur plus de mille visiteurs de notre maison modèle, de 10 à 15 personnes se sont informées au sujet du panneau et des dépliants faisant la promotion du guide des Options écolos de l’APCHQ. Les gens préfèrent investir dans des armoires en bois plutôt que dans une isolation supérieure. Il est également plus difficile de revendre une maison certifiée Novoclimat lorsque la maison non certifiée du voisin coûte moins cher. »

Comme diverses études l’ont déjà démontré, il reste encore beaucoup à faire pour éduquer le consommateur au sujet des avantages de telles maisons, tant sur le plan du confort et des économies d’énergie que sur celui de la réduction des problèmes respiratoires< . L’ébauche d’un rapport d’étude rédigée par Santé Canada est d’ailleurs éloquente à ce sujet.

Pour en savoir davantage sur les maisons Novoclimat

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Coops d’habitation en mode développement durable
Une conversion d’église pas comme les autres
Solutions aux maisons neuves irrespirables
Échangeurs d’air à thermopompe : boîtes magiques

Laisser un commentaire