Hommage au champion du solaire Benoit Perron

Animateur de radio et chargé de cours en sciences de l'environnement à l'UQAM, Benoit Perron présidait l'association Énergie Solaire Québec depuis 1995.

Benoit Perron (15 février 1958-22 décembre 2015).

(Lisez plusieurs autres témoignages et ajoutez le vôtre au bas de cette page.)

Le solaire, c’était son rayon. La recherche de la vérité et des pistes financières derrières les carrières politiques également. « La lumière est trop douloureuse pour ceux qui vivent dans l’obscurité », disait Benoit Perron, président de l’association Énergie Solaire Québec (ÉSQ) depuis 1995. C’est avec tristesse et stupeur que j’ai appris, par un courriel envoyé par ÉSQ, que ce collaborateur et ami de longue date était décédé subitement dans son sommeil à l’âge de 57 ans, le 22 décembre dernier. (La famille accueillera parents et amis, en présence des cendres, le vendredi 15 janvier 2016, à 12 heures, en l’église Saint-Michel, 414 avenue Saint-Charles, Vaudreuil-Dorion, suivi du service religieux qui sera célébré à 14 heures. Il y aura une rencontre organisée à 15 heures au restaurant La Casa Greque, 110A rue Joseph Carrier, Vaudreuil-Dorion.)

La page Facebook de son fils Yannick.

La page Facebook de son fils Yannick.

C’est une énorme perte pour tous ceux qui le connaissaient ainsi que pour sa famille : ses enfants Yannick, 24 ans, et Karyne, 23 ans; ses parents Julien Perron, 84 ans, et Carmen Dumberry Perron, 80 ans, qui avaient déjà perdu une fille, Josée, en 1961, à l’âge de 6 mois; et ses soeurs Christiane, 58 ans, et Marie-Josée, 54 ans.

Avec l'ancienne députée Lisette Lapointe, mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard.

Avec l’ancienne députée Lisette Lapointe, mairesse de Saint-Adolphe-d’Howard.

Brillant, passionné, chaleureux, farceur, généreux et bienveillant, Benoit Perron ne laissait personne indifférent, avec son esprit vif et ses répliques souvent taquines ou cyniques, toujours pertinentes et inspirantes. Ce verbomoteur nous charmait par son enthousiasme contagieux pour les technologies d’énergies renouvelables et surtout pour les artisans pionniers qui les promeuvent trop discrètement. Grâce à ce grand bénévole et camarade, des dizaines d’entre eux sont sortis de l’ombre et ont rayonné dans le grand public.

J’ai connu Benoit en 1991. Après avoir effectué un stage de reporter au quotidien The Gazette, en 1988, j’étais depuis 1989 collaborateur à temps plein de l’hebdo Habitabec, pour lequel j’écrivais initialement des dossiers en anglais. (C’est dans ce même journal gratuit qu’est née en 1993 une chronique française que j’ai baptisée La Maison du 21e siècle.) Bachelier en design de l’environnement (1987), puis en sciences de l’environnement  (1989) à l’UQAM, Benoit y complétait, dans le cadre de sa maîtrise en sciences de l’environnement, un rapport de recherche sur l’économie d’eau et d’énergie dans les maisons québécoises. En fait, ce traité de 550 pages relevait davantage de la thèse de doctorat. À lire ses analyses et tableaux détaillés sur les caractéristiques et performances de multiples produits, notamment d’éclairage écoénergétique, on comprenait qu’il avait discuté longuement avec les représentants techniques de nombreux fabricants. Cette œuvre colossale témoignait des capacités intellectuelles et physiques herculéennes de l’individu.

Avec ses collègues d'ESQ Pierre-Michel Tremblay, Vanessa Laurin, Suzanne Richard, Jean-Marc Guitard et Patrick Goulet.

Avec ses collègues d’ESQ Pierre-Michel Tremblay, Vanessa Laurin, Suzanne Richard, Jean-Marc Guitard et Patrick Goulet.

Homme de cœur et grand défenseur de la justice sociale, il s’était bien préparé pour une lutte à finir, en gonflant ses muscles par un entraînement régulier aux poids et haltères et en lisant tout ce qu’il pouvait assimiler (des nouvelles technologies aux magouilles politico-économiques). Combinant langage populaire et expressions savantes, sa parole fluide révélait un esprit encyclopédique surprenant pour cet homme sans prétention, typiquement en t-shirt, jeans et espadrilles. Rêvant d’un monde durable, équitable et plus humain, il a fait carrière avec ses cordes vocales : d’abord copropriétaire d’une disco mobile et agent de sécurité, il était chargé de cours en sciences de l’environnement à l’UQAM depuis 1989, consultant en efficacité énergétique résidentielle depuis 1992, et producteur-réalisateur-animateur de radio depuis 1995 (à CIBL puis CISM).

Dans Habitabec avec Yannick.

Dans Habitabec avec Yannick.

Son mémoire de maîtrise était du bonbon pour le jeune journaliste que j’étais. Il m’a permis d’écrire plusieurs articles sur les façons de mettre fin au gaspillage éhonté de l’eau et surtout de l’énergie dans nos maisons. Benoit et moi sommes rapidement devenus complices dans la dénonciation des inefficaces programmes d’économie d’énergie d’Hydro-Québec, dont les responsables ne semblaient pas comprendre que l’électricité qu’on ne produit, distribue et consomme pas était la plus socialement, économiquement et environnementalement rentable. Benoit a aussi signé plusieurs textes dans La Maison du 21e siècle et nous nous plaisions à nous soutenir dans nos missions respectives. Cherchant sans cesse à faire évoluer les choses et les gens, il était d’ailleurs toujours le premier à renvoyer l’ascenseur à ses amis et collaborateurs.

Excursion solaire au Centre d'interprétation des énergies renouvelables, à Beloeil.

Excursion solaire au Centre d’interprétation des énergies renouvelables, à Richelieu.

Prenant le relais de pionniers comme les architectes Christian Ouellet et Richard Côté qui l’on précédé à la tête d’ÉSQ, Benoit Perron a propulsé cette petite association obscure sur l’avant-scène. Il a notamment convaincu les gouvernements provincial et fédéral de la soutenir, entre autres en finançant l’achat d’un stand et la location d’espace dans plusieurs salons de l’habitation à partir de 1996. Surtout, il a organisé près de 200 soupers-conférences, ateliers pratiques et excursions

solaires depuis 1997. Des évènements où, microphone à la main, il était à son sommet. Un poisson dans l’eau! Benoit fut aussi l’initiateur de quelques colloques sur les maisons performantes et du premier répertoire des intervenants québécois des maisons bioclimatiques et des énergies renouvelables. Ce phare a vulgarisé les aspects pratiques de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables avant qu’elles ne deviennent tendance.

L'animateur en action lors d'une excursion solaire.

L’animateur en action lors d’une excursion solaire.

S’il a formé à l’UQAM plusieurs pionniers, dont Robin Gauthier-Ouellet d’Écohabitations boréales (champion québécois des constructeurs d’unifamiliales certifiées LEED), Benoit a aussi instruit des milliers d’auditeurs dans le cadre de dizaines de conférences et de centaines d’émissions de radio. « Il a commencé son expérience radiophonique à Radio Ville-Marie ou il pourfendait le Vatican!, souligne Pierre-Michel Tremblay, membre du conseil d’administration (CA) d’ESQ. L’anecdote veut que les membres du CA aient voulût le mettre à la porte et que Claude Ryan, alors membre du CA de la radio, a pris sa défense, car, disait-il, ses sources étaient fiables et exactes! Ben m’a dit qu’il n’avait jamais rencontré Claude Ryan mais qu’il a pu continuer à cette radio grâce à lui. »

Hebdomadairement depuis 2001, Benoit animait Zone de résistance, « magazine socio-économique déchaîné et libre » diffusé internationalement sur CISM, en direct de l’Université de Montréal. Il y invitait des auteurs et autres personnalités pour « analyser de façon critique les principaux enjeux sociétaux et aborder des sujets négligés par les grands médias traditionnels ». Le pédagogue justicier ratissait large en proposant «  des pistes de solutions alternatives et conviviales pour démasquer les affidés du pouvoir et neutraliser leur propagande néolibérale ». Tout et tous y passaient comme en témoignent ces extraits Youtube de ses émissions : dégraissage de l’état par Stephen HarperJohn Charest, Brian Mulroney, la Commission Charbonneau, l’agroécologie, compteurs intelligents, etc. On peut aussi écouter ici les archives de Zone de résistance, dont la dernière enregistrée à CISM, le 15 décembre 2015, avec son invité l’ancien ministre péquiste Richard Le Hir, et l’hommage à Benoit Perron diffusé le 5 janvier 2016 sur la page d’accueil de l’émission.

En sa mémoire et pour dire à sa famille combien nous l’aimions, voici d’autres témoignages de gens qui ont voulu rendre hommage à monsieur Benoit Perron.

ben clé - copieLa tornade

Père de famille, DJ, gardien de sécurité, chargé de cours, animateur de radio, bodybuilder et, bien sûr, grand militant écologiste! Je sais, j’en oublie sûrement, j’en avais pour deux jours à m’en remettre à chaque fois que je rencontrais Benoit tellement il avait de choses à dire, tellement il était actif. Plusieurs d’entre nous l’avions affectueusement surnommé « la tornade », et avec raisons!

Selon l’agence de presse Bloomberg spécialisée en économie et en finance, les investissements dans les énergies renouvelables dépassent depuis 2013 ceux dans les énergies fossiles sur une base annuelle et je crois sincèrement qu’il y a un peu de Benoît là-dedans. Si ce rêve que nous caressons toutes et tous depuis si longtemps de voir les énergies douces prendre de plus en plus de place commence à se matérialiser, c’est grâce au dévouement et même à l’acharnement de gens comme Benoît.

J’aimerais te dire merci pour tout ce que tu as fait. J’aimerais également, en mon nom et celui d’Équiterre, offrir mes plus sincères condoléances à ta famille et tes proches. Ton passage, contrairement à une tornade, laisse de belles traces sur notre planète.

– Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre

Avec André Bourassa, en 2001.

Avec André Bourassa, en 2001.

L’allié

Je suis tellement triste de ce départ, les soldats de sa nature sont si rares. Benoit et moi n’avons pas gardé les vaches ensemble, comme on dit. Mais nous tentions d’avancer vers le même but, celui d’un monde meilleur, plus juste et plus durable.

Je pleure Benoit « plus que raisonnable », parce que je pleure la perte d’un allié, d’un compagnon d’armes. Ils sont si peu nombreux. Son arme, c’était  la parole, enjouée, dynamique. Attentif à tous, à tous ceux qu’il a accueillis, réseautés, toujours pour le mieux, désintéressé.

L’association Énergie  Solaire Québec (ÉSQ), il l’a portée à bout de bras. Même coupé de toutes subventions — un certain ministre l’ayant pris en grippe —, il a, avec ses proches du conseil d’administration, maintenu les activités contre vents et marées, et, il faut bien le dire, contre une certaine indifférence à certains jours.

Puisse ÉSQ poursuivre sa mission et rayonner plus que jamais. Il importe que cet héritage, farouchement empreint de liberté et d’intégrité, puisse croître. C’est un peu de ce que nous devons à sa mémoire.

Enfin, j’adresse mes plus sincères condoléances à ses enfants ainsi qu’à toute sa famille.

– André Bourassa, architecte, ancien président de l’Ordre des architectes (de 2005 à 2013)

Bern rieurL’infatiguable

Je ne sais plus trop quand j’ai rencontré Benoit Perron pour la première fois. Je suis assez certain par contre que c’est lui qui est venu à moi, à Greenpeace, où je travaillais sur la campagne climat. Mais je me souviens bien que devant un tel élan de générosité, une telle volonté d’agir, on ne pouvait que dire : vas-y mon Ben!

Il m’a vendu l’idée de scruter de près la surabondance de frigos au Québec, les vieux, devenus inefficaces, allant servir de cooler à bière au sous-sol de nos bungalows. Je lui ai commandé une courte étude sur le bilan frigo au Québec et nous avons fait la une du Devoir avec! Je vois encore le titre de Louis-Gilles Francoeur : L’équivalent de [la centrale hydroélectrique] SM-3 dans nos vieux frigos! L’âge moyen étant dans les 15 ans à l’époque. Il n’a pas mis deux semaines à rendre son rapport, du Benoit tout craché!

Mais plus que tout, il a mis pratiquement tout seul le solaire « sur la carte » au Québec. Infatigable, toujours en train d’organiser une visite ou un atelier, toujours le souffle du pusher invétéré de Galarneau! Quand je rentrais dans une pièce, visitais une exposition, je savais tout de suite s’il y était! Tiens! Voilà mon ami François Tanguay! D’un seul coup, tout le monde savait qui j’étais! Même les amis de Ben ne restaient pas anonymes.

Benoit Perron EST le solaire au Québec. Il reste à trouver comment l’immense vide, le silence de son départ, sera comblé. Pas mal certain que ça va prendre plus qu’une personne pour égaler son enthousiasme, sa fougue. D’un seul coup, avec la petite lumière de cette fin de décembre, nous sommes en grand manque d’un phare, d’une bouée. Le soleil est plus pâle…

– François Tanguay, consultant et auteur, ex-directeur de Greenpeace Québec et ancien régisseur à la Régie de l’énergie

Thérapeute de l’environnement

Merci Benoit, tu as été et seras toujours le vent de fraîcheur pour nous tous, car tu as été notre Eco-conscience à travers tes excursions.

Par ton charisme, tu étais le feu vivant qui a su susciter et maintenir l’intérêt de tous aux énergies renouvelables et aux technologies qui entourent celles-ci. Notre mère Terre est sensible et par tes actions concrètes, tu as transmis ta passion afin qu’on prenne soin d’elle.

Tu as été notre Aristote Québécois : « C’est par l’expérience que la science et l’art font leur progrès chez les hommes. »
Merci d’avoir parlé du CIER partout où tu allais!

– Claude Gauthier, président, Centre d’Interprétation des Énergies Renouvelables (CIER)

L’homme engagé

C’est un énorme choc pour toute l’équipe de CISM qui perd un grand membre de sa famille. Benoit était aimé de tous, sa joie de vivre était contagieuse à la station!  

Homme engagé et de franc-parler, Benoit Perron a régulièrement ébranlé les fondations de l’establishment par ses révélations et entrevues. Sa présence sur les ondes radiophoniques était sans égale. C’est avec une grande tristesse que nous devons aujourd’hui lui dire adieu.

– L’équipe de Zone de résistance

Le champion du solaire

Sans aucun doute, Benoit était le plus grand défenseur de l’industrie solaire au Québec et son décès représente une triste journée pour notre industrie. Ses demandes impartiales, désintéressés, fermes et persistantes auprès des politiciens pour des actions définitives sur l’adoption plus large des technologies solaires étaient inégalées au Canada.

Avec sa personnalité sociable et toujours attachante, on ne pouvait jamais dire non à Ben. Au cours des dernières décennies, ses soupers et excursions solaires étaient des rendez-vous réguliers qui aidaient chacun d’entre nous dans l’industrie à promouvoir nos entreprises, tout en augmentant la sensibilisation du public au sujet de la grande variété d’applications solaires au Québec ainsi que dans nos provinces et États voisins.

Il nous manquera tous profondément, tant dans l’industrie que parmi tous ceux qui l’ont connu personnellement.

– Brian Wilkinson, président de Matrix Energy

L’intrépide

C’est avec beaucoup de chagrin que j’ai reçu la nouvelle de la disparition soudaine de Benoit. Sa confrontation audacieuse et intrépide de l’ironie et de l’hypocrisie dans notre société civile nous manquera cruellement. En tant que président d’Énergie Solaire Québec, il a apporté la lumière du potentiel de l’énergie solaire dans les esprits et les cœurs de milliers de gens par ses soupers, ateliers et excursions solaires et au Salon national de l’habitation. Tous ceux qui ont eu le plaisir de le connaître seront en deuil de sa personnalité vive. Que les anges et muses l’accompagnent sur son chemin!

– Peter Kettenbeil, consultant en communautés durables et disciple de Buckminster Fuller

L’irremplaçable

Quand on dit qu’aucune personne n’est irremplaçable, c’est vrai la plupart du temps, mais je crois que cette fois, ce ne sera pas possible de remplacer celle-ci. Benoit nous manquera énormément. Son implication, son énergie, son dynamisme, son humour et tout ce qu’il faisait pour maintenir Énergie Solaire Québec actif nous manquera… Les excursions solaires étaient devenues un incontournable pour beaucoup de gens s’intéressant aux énergies solaires. Bref, c’est un gros morceau qui part. En tout cas, ça donne une belle leçon de vie, car il aura vécu en soutenant une cause importante pour lui et ce qu’il a fait restera. Il a influencé et instruit des centaines de personnes dans le bon sens.

– Lucie Langlois, architecte, cofondatrice de Maison Passive Québec

L’enthousiaste contagieux

J’ai toujours eu le plus grand des respects pour ce gars qui était un passionné de l’énergie solaire, parce que c’est clair qu’il ne faisait pas ça pour l’argent, mais bien pour la cause. Benoit communiquait l’enthousiasme. À cet égard, il en était contagieux – ce qui est une bonne chose pour notre planète. Un chic type. Il me manquera. 

– Jean-Pierre Finet, consultant en gestion de l’énergie et ancien directeur-fondateur du Fonds d’efficacité énergétique de Gaz Métro

Le généreux

Indéfectible, sans relâche, dévoué, rigolo, curieux, instruit, ouvert, bon gars, généreux, fidèle…. Je ne connais pas d’autres mots pour le décrire et me le rappeler. Après une absence de ma part, de plus de 20 ans, un seul appel téléphonique a suffi, son rappel fut immédiat, sa mémoire de moi était tout à fait limpide. Vingt ans ou 20 heures, pour lui c’était pareil!

J’ai posé une seule question et j’ai reçu mille réponses, par courriels, par la poste et j’en passe… Généreux et toujours plein d’énergie.

Maintenant il est mort, subitement, tout jeune, tombé comme une roche! Je n’en reviens pas ! Mes condoléances vous accompagnent.

– Roberpierre Monnier, architecte, maîtrise en urbanisme, ex-conseiller en innovation technologique de la construction au Conseil national de recherches du Canada 

Le prof justicier

Benoit fut un exemple dans la promotion des énergies vertes et renouvelables au Québec. Je garde également comme souvenir un homme qui recherchait la justice sociale dans ses recherches et ses enseignements à l’Université.

– Robin Gauthier-Ouellet, président d’Écohabitations boréales

Le taquin

Quelle tristesse! Une grande perte pour nous tous… Je garderai de lui son esprit taquin, sa grande capacité à communiquer et à rigoler.

– Pascal Morel, directeur d’Archibio et secrétaire du conseil d’Écohabitation

Avec l'urbaniste Marie Louise Roy et Alexandre De Gagné (de Maison passive Québec).

Avec l’urbaniste Marie Louise Roy et Alexandre De Gagné (de Maison passive Québec).

L’organisateur inimitable

Benoît nous manquera à tous, particulièrement les abonnés de ses excursions solaires. Il avait le don de rendre les projets visités excitants et savait les organiser de manière extraordinaire et humouristique.

Sa vivacité d’esprit, ses mises en perspectives de la nature humaine et de ses défis en tant que communauté étaient toujours uniques. Il avait une façon bien à lui de voir le monde. Il savait danser aisément à côté des grandes institutions gouvernementales pour leur montrer par l’exemple que tout est possible. Il suffit de le vouloir.

Benoît tu resteras dans nos coeurs.

Puisse la lumière « du Soleil » te guider dans cette nouvelle tranche de la destiné de ton âme.

– Marie Louise Roy, architecte et urbaniste

Avec Suzanne Richard, vice-présidente d'ÉSQ.

Avec Suzanne Richard, vice-présidente d’ÉSQ.

Il ne suffit pas de briller parmi les nôtres, mais surtout de veiller à éclairer la marche du monde.
Benoit Perron, novembre 2012

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Premières maisons solaires usinées nettes zéro
La Transition verte, la vérité qui dérange sur le tribut demandé à la Terre
Fermeture de piscine : mode d’emploi et trucs écologiques
Mes systèmes de chauffage idéaux

14 Responses

  1. Yves Perrier

    Il m’a suffit de quelques rencontres et de quelques lectures pour apprécier la chaleureuse énergie et la bienveillance de Benoit Perron. Même si je l’ai peu connu personnellement, il a été une référence pour tout ceux qui s’intéressaient de près ou de loin à l’énergie solaire. Repose en paix Benoit, ta tâche fut bien accomplie.

  2. je suis flabergastée par cette nouvelle. Je considère Benoit comme étant avant tout un homme de coeur et de justice. Il avait une grande sensibilité et une empathie hors du commun, il aimait les gens pour ce qu’ils étaient sans les juger. Malgré le peu de temps que j’ai passé avec lui, j’ai l’impression qu’il aurait pu se dévouer non seulement pour les causes qu’il défendait mais aussi pour les gens qu’il aimait. Ça me rend vraiment triste. J’envoie mes sincères condoléances à ses proches qui vont vivre avec un vide certain.

  3. Une douce détermination
    C’est avec regret que je salue le départ de Benoît. Il m’a toujours impressionné par sa douce détermination à instruire, offrir et partager sa joie et sa passion. Que Lifebreath soit associé à ESQ, c’est bien à cause de lui !
    Toutes mes condoléances à la famille et aux ami-e-s.
    Francois Vanasse
    Airia Brands inc

  4. Alain Léonard

    Benoit Perron, mon mentor en énergie solaire est parti dans son sommeil, trop jeune. Quelle intelligence, fougue et expertise il avait. Je l’ai côtoyé pendant des mois chez Énergie Solaire Québec. Il était dans le bon domaine pcq c’était un gars brillant et rayonnant. J’ai même eu le plaisir et l’honneur d’enregistrer une émission avec lui à la télévision communautaire de Belœil. Nous avions aussi fait une série de tournages dans différentes maisons solaires un peu partout au Québec dans le but d’en faire un documentaire. Ca n’a jamais été monté ni diffusé, par manque de fonds. Dommage!
    Je vais bien finir par l’avoir, un jour, ma maison solaire, et ce sera bcp grâce à toi! Salut Ben! On se revoit dans le sud solaire! 😉

  5. Le départ de Benoit est une triste nouvelle pour toute notre communauté. Il était un coordonnateur très efficace, pouvant organiser des événements avec quelques coups de téléphone dans le temps le dire. Avec de bonnes tapes dans le dos et des petits trophées, il a su consolider la communauté solaire et la faire vivre, un souper ou une visite à la fois. Benoit laisse un grand vide, et nous allons tous devoir dédoubler d’effort pour avancer la cause en sa mémoire.

  6. Martin Drapeau

    Je suis très peiné par cette nouvelle.
    J’ai connu Benoit via la Maison du 21 siècle. Au fil des années, il m’avait donné des conseils, notamment sur la récupération d’un vieux système solaire de Pétrosun. En passant, après près de 40 ans, un des panneaux fonctionne toujours.
    En grosse partie par l’effet du hasard, je suis le premier québécois et canadien à avoir obtenu le rejet d’une poursuite-bâillon à l’aide d’une loi visant à contrer ce genre d’abus juridique. J’ai eu l’occasion d’établir davantage de liens avec Benoit, qui, via son émission radiophonique, était sensibilisé ce problème. En fait, presque tous les écolos le sont. Je dis à la communauté environnementale que je suis toujours disponible pour &&donner au suivant&& et aider les gens qui pourraient être victimes de poursuites bâillons.
    Étant toujours impliqué dans le milieu comme secrétaire-trésorier d’Enviro Mille-Iles, j’ai eu l’occasion de parler à Benoit il y a 3 ans relativement au développement d’un immeuble à condos en bordure de la Rivière des Mille-Iles à Lorraine. Benoit a accueilli notre responsable du dossier à son émission radiophonique. Même si la bataille a été perdue, son aide a été fort appréciée.
    Le mouvement environnemental gardera longtemps un bon souvenir de ton implication, Benoit.

  7. Alexandre De Gagné

    L’uniquement généreux Benoit Perron

    Sous ses airs de Body Builder la vie a fait en sorte que Benoit Perron était avant tout un être humain de très grande qualité: Droit et inflexible comme un chêne, inébranlable sur ses convictions, son intelligence était aussi vive que ses propos. Le tout à la hauteur de son intellect allumé et curieux. Aussi de dire qu’il était taquin est vraiment un euphémisme.

    Benoit était aussi un gars de gang d’une très grande générosité et il nous l’a démontré de nombreuses façons tout au cours des différents événements qu’il a affectueusement préparés à titre de président d’Énergie Solaire Québec. En fait il était LA locomotive du solaire au Québec.

    Ayant eu justement la chance et le bonheur de le connaître depuis plusieurs années, nous avons travaillé coudes de coudes ensemble afin de faire briller un peu plus le soleil sur l’industrie solaire ici au Québec (et ce même si &&l’empire&& Hydro-Québec n’a pas toujours été un allié naturel à notre industrie).

    Car avec Benoit, ainsi qu’avec nos collègues Marco Deblois et Christian Vachon, nous avons coécrit en 2013 un mémoire sur l’avenir de l’industrie solaire au Québec, mémoire présenté ensemble devant la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec à l’automne 2013 à Sherbrooke.

    Finalement j’offre mes plus sincères sympathies à ses enfants Karyne et Yannick, ses parents et ses soeurs, aux collègues et amis d’ESQ et toutes autres personnes ayant appréciées Benoit.

    Et même si personne n’est irremplaçable, sache Benoit que de te remplacer restera quand même un défi colossal à la hauteur du grand homme que tu as été. Merci d’avoir été un soleil dans nos vies mon ami.

    Alexandre De Gagné
    président de l’AQUISOLAIRE (association québécoise de l’industrie solaire) de 2009 à 2014.

  8. Yves Poissant

    Grand rassembleur et communicateur, Benoît Perron aura été un phare pour la promotion des énergies solaires au Québec. Toujours au premier plan, il n’hésitait cependant pas à mettre de l’avant ses collaborateurs. C’est dans ce cadre que j’ai rencontré et collaboré avec Benoît et Énergie solaire Québec ces quinze dernières années. Son dynamisme hors du commun et sa vivacité d’esprit n’avaient d’égal que sa passion et sa générosité. Son départ prématuré est une perte importante. Mes sincères condoléances à sa famille et ses proches. Tu me manqueras Benoît.

    Yves Poissant, spécialiste en énergie solaire photovoltaïque, Ressources naturelles Canada

  9. Une bien triste et foudroyante nouvelle. Un homme profondément humain, passionné, énergique, brillant et débordant de joie de vivre nous a quitté. Un soleil s’est éteint. Cet homme inspirant m’invite maintenant au dépassement et à vivre avec encore plus d’intensité. Toutes mes condoléances à ses proches et à la grande famille qu’il a su réunir.

  10. Benoît portait à bout de bras son organisation. Il faisait tout et connaissait tout, nous assistions à chaque conférence et excursion autant pour le sujet traité que pour admirer son aisance et rire de ses blagues et anecdotes. Malgré le nombre, il se souvenait des prénoms de chacun, et manifestait un réel plaisir à nous revoir. C’est lui seul qui a su donner ce grand esprit de famille à ESQ, laissant un vide irremplaçable derrière lui. Son énergie contagieuse et inspirante demeurera sa marque laissée à tous. Celui qui a su transmettre des qualités profondément chaleureuses et humaines à travers son travail, qu’il a toujours réalisé avec passion. Même sous la pluie, Benoît a toujours su rendre hommage à l’astre qu’il le passionnait; soit briller lui-même de tous ses feux. Puisse-t-il reposer en paix, meilleures sympathies à la famille.

  11. Kathya Heppell

    Depuis cette annonce, qui reste comme une agression violente sur mon coeur d’admiratrice, du départ soudain et inexplicable de Benoit Perron, je reste dans un état d’incrédulité et de surprise sans fin. Je veux croire à un canular ou un coup monté, comme ceux qu’il aimait mettre en lumière à Zone de résistance. Cet homme d’exception, d’abord collègue à CISM du temps de Jazarella, puis allié dans mes efforts à mettre au monde le Salon national de l’environnement, me séduisait sous toutes ses coutures. Des plus fines, dans son intelligence fabuleuse et son sens critique raffiné et pointu, aux plus rudes, dans cette force brute physique et mentale qui lui permettait de surmonter les obstacles et de décrier les injustices de notre monde. Un monde qui ne sera plus jamais le même sans Benoit Perron.

    Tristesse et tendresse,

    Kathya

  12. Marc Desjardins

    J’ai été estomaqué de son départ soudain, ce sont toujours les meilleurs qui partent avant les autres. Je l’ai connu à ESQ, par le biais des conférences, ateliers et excursions solaires. Mais aussi après une conférence, dans le bar ou on faisait les conférence, avec une bonne bière. On aimaient échanger et l’écouter ce verbomoteur, il était drôle, direct, une vraie encyclopédie.
    Je regrette ces derniers temps de ne pas avoir été aux conférences et excursions. Mais je souhaite le revoir en haut, en paix avec lui-même et tout souriant, car en haut tous sont des lumières qui brillent, tous échangent l’amour et la lumière entre eux, l’énergie est libre et bien utilisée. J’espère réellement le revoir ce grand homme qui a fait plein de bonne chose pour notre société. Une belle flamme, comme nous tous, s’est envolée. Bonne continuation Benoit Perron.

  13. Diane Bastien

    Comme tout ceux qui ont déjà croisé son chemin, Benoit Perron m’a beaucoup marqué. Non seulement par sa personnalité, mais aussi par toutes les personnes que j’ai rencontrées par l’entremise d’Énergie Solaire Québec, grâce à lui. Les rencontres que j’ai faites en participant à des activités d’ESQ ont fortement influencé mon cheminement professionnel. Doté de qualités sociales hors du commun, Benoit connaissait des personnes formidables et savaient comment les connecter.

    Après avoir terminé un bac en physique, je voulais étudier les énergies renouvelables. Ne sachant quelle spécialité choisir, assister à une clinique solaire d’ESQ m’a permis de rencontrer Benoit Marsan, un professeur qui travaille sur une cellule solaire électrochimique à l’UQAM, pour qui j’ai par la suite travaillé dans son labo quelques mois. Participer à une excursion d’ESQ pour visiter des maisons solaires construites par Maryse Leduc a confirmé mon désir d’étudier les bâtiments solaires au lieu des cellules photovoltaïques.

    Lors de mes études supérieures en génie du bâtiment à Concordia, je suis retournée à ESQ, cette-fois ci de l’autre côté: j’ai présenté deux cliniques solaires et le laboratoire de Concordia lors d’une excursion solaire. Encore une fois, j’y ai fait de très belles rencontres, dont Ginette Dupuy, avec qui j’ai travaillé sur sa maison de Terre et qui m’a ouvert sur un autre univers, presque underground, sur des façons alternatives de construire (détails sur http://ginettedupuy.com/). Benoit, par sa personnalité extraordinaire et ESQ qu’il a porté à bout de bras contre vents et marées, a profondément marqué mon cheminement.

    Benoit, je me sens privilégiée d’avoir pu croiser ton chemin. Merci pour ton dévouement sans borne pour la promotion des énergies solaires au Québec.

  14. G. Pharand

    J’ai connu Benoit par son émission radio à CISM et CIBL au début des années 2000. Le débit d’information, le ton cynique et aussi le rythme de ses propos m’a allumé et pour arriver a assimiler le tout je n’ai eu de choix que de concevoir des &&aides-mémoire&& sous forme de chansons car c’est la forme qui me vient naturellement… En 2004 je lui ai concocté la pièce Zone de Résistance, un topo sur Paul Martin, et la pièce s’est retrouvée dans le palmarès de CISM ! On s’est rencontré a quelques reprises lors de conférences et il m’a invité en août 2012 a une partie de football des Alouettes et on a passé une soirée mémorable = merci Big Ben ! Je suis désormais en sevrage et j’éprouve une réelle peine face à son départ… Merci pour tout mon chum !

Laisser un commentaire