Matériaux de cuisson : lesquels choisir pour une cuisine saine ?

http://www.justebien.fr

Si vous essayez de manger sain, vous faites sans aucun doute attention aux aliments que vous mettez dans votre casserole. Mais avez-vous déjà pensé à la casserole elle-même ? En effet, de nombreux matériaux de cuisson contiennent des produits chimiques plus ou moins toxiques qui se mélangent à vos aliments sans que vous ne vous en rendiez compte.

Pour éviter de vous faire avoir, voici trois matériaux de cuisson que vous pouvez utiliser de façon sécuritaire tout en vous assurant de cuisiner sainement.

Cocotte en terre cuite. © Kijiji

La terre cuite

La terre cuite est vieille comme le monde et pourtant, face aux nouveaux matériaux de cuisson que l’on veut toujours plus performants, elle n’a pas à rougir. Il faut dire que, contrairement à nombre de ses concurrents, elle est entièrement saine et écologique.

En outre, bien qu’elle soit plus fragile que d’autres matériaux, elle résiste mieux à la chaleur que ce que l’on pourrait penser. Ce n’est pas pour rien qu’elle a été utilisée pendant des siècles !

Les plats et casseroles en terre cuite peuvent être utilisés au four, mais également sur une plaque électrique ou au gaz. Ils offrent une cuisson de qualité et présentent l’avantage indéniable de virtuellement éliminer le risque de brûler vos aliments. En effet, en raison de la porosité de la terre cuite, l’eau contenue dans la casserole est légèrement absorbée dans les parois avant d’être restituée petit à petit au cours de la cuisson. Ce phénomène naturel permet de garder un certain niveau d’humidité qui empêche les aliments de se dessécher sous l’action de la chaleur.

Toutefois, en termes de cuisson saine et écologique, toutes les casseroles en terre cuite ne se valent pas. En effet, nombreuses d’entre elles sont recouvertes d’une couche de protection qui, bien qu’elle permette de les rendre plus résistantes, n’est parfois pas aussi naturelle que ce qu’elle veut faire croire. De manière générale, évitez donc la terre cuite recouverte de vernis ou d’émail contenant du plomb ou du cadmium. De plus, assurez-vous de choisir une casserole qui soit fabriquée à base de terre de qualité. Comment le savoir?

Enfin, notez que, par rapport aux autres matériaux, deux précautions supplémentaires sont à prendre avec la terre cuite. Tout d’abord, il est important d’éviter les chocs thermiques car elle ne les supporte pas. Ainsi, après la cuisson, veillez à la poser sur un dessous de plat en liège ou en bois ou sur tout autre matériau qui ne sera pas trop froid. En outre, veillez à la laver à l’eau sans utiliser de liquide vaisselle. En effet, celui-ci pourrait être absorbé dans les pores de la terre cuite, qui ne le rejetteraient qu’à la prochaine cuisson !

Poêle en fer antique.
© Kijiji

Le fer

Aussi appelé « tôle d’acier », le fer est un matériau 100 % naturel qui fait son grand retour dans nos cuisines. Il avait en effet été mis en retrait suite à l’apparition des nombreux revêtements chimiques dont on a longtemps vanté les qualités (comme le téflon antiadhésif, polluant), mais il retrouve peu à peu sa gloire d’antan.

Il faut dire que, en plus d’offrir la garantie d’une cuisson saine, le fer présente de nombreuses qualités. En effet, il est indéformable et inusable, mais également recyclable si pour une raison ou une autre vous devez vous en débarrasser. De plus, il ne se raye pas, conduit bien la chaleur et devient naturellement antiadhésif au cours des utilisations.

Le fer demande cependant un peu plus d’entretien que d’autres matériaux. Ainsi, avant sa première utilisation, il est vivement conseillé de le culotter. En quelques mots, le culottage revient à y faire bouillir de l’eau et de l’huile, l’un à la suite de l’autre (détails ici). C’est ce processus qui rend le fer inusable car il permet de créer un revêtement naturel qui empêchera l’oxydation. Ce revêtement deviendra naturellement noir après quelques cuissons, ce qui rendra le fond très peu adhésif.

Les casseroles et poêles en fer peuvent être utilisées sur tous les feux et sont particulièrement efficaces pour griller et dorer les aliments. Elles sont toutefois moins recommandées pour les plats mijotés en raison de la vitesse de conduction du fer.

Poêle en fonte. © Home Depot

La fonte

La fonte est un mélange de fer et de carbone. Il est important de la choisir brute et naturelle, sans émail ni revêtement en tous genres. De cette manière, vous pourrez vous assurer d’avoir des ustensiles qui ne contiennent aucun produit toxique. Notez également que la fonte d’aluminium et la fonte d’inox, bien que portant presque le même nom, sont des matériaux très différents qui n’ont pas les mêmes qualités que la fonte seule. Quelles sont-elles?

Celle-ci présente de nombreuses caractéristiques qui la rendent semblables au fer : elle est inusable, ne se raye pas et doit être culottée à sa première utilisation. Pouvant être utilisée sur tous les feux, elle conduit et répartit également très bien la chaleur mais elle la restitue plus lentement que le fer. À ce titre, elle est donc particulièrement utile pour les plats mijotés. De plus, elle permet de conserver la chaleur jusqu’à 30 minutes après avoir éteint le feu !

Cependant, certains reprochent à la fonte d’être trop lourde et trop coûteuse (bien que son prix devrait facilement se faire oublier face à sa durée de vie). Il est aussi important de noter qu’elle chauffe plutôt lentement et que, si vous voulez éviter que les aliments ne s’y accrochent, il est préférable d’augmenter la température de manière progressive.

Et le reste ? D’autres matériaux sont également bons pour la santé. Parmi ceux-ci se trouvent notamment le verre et le silicone. Dans tous les cas, évitez l’aluminium, le cuivre et les revêtements en téflon.

Et vous, dans quels matériaux sont faits vos ustensiles de cuisine ?

Article invité de Guillaume Besson, webmestre du site justebien.fr

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Comment assainir son lieu de vie et de travail
Maisons saines : l’héritage de Virginia Salares
Que faire après un incendie?
La maison de recherche de la SCHL pour hypersensibles

Laisser un commentaire