Les ondes des antennes sont nocives pour les animaux, selon le Département américain de l’intérieur

Les radiofréquences ont plusieurs effets nocifs sur les oiseaux migrateurs. (Emagazine.com)

Les radiofréquences semblent avoir plusieurs effets nocifs sur les oiseaux migrateurs. (Emagazine.com)

Les normes américaines d’exposition aux radiations de téléphonie cellulaire – similaires aux normes canadiennes – sont désuètes depuis trois décennies, selon le haut fonctionnaire américain chargé de protéger les oiseaux et autres espèces menacées, Willie R. Taylor. « Les normes sur les radiations électromagnétiques utilisées par la Federal Communications Commission (FCC) sont toujours fondées sur les effets thermiques, un critère aujourd’hui dépassé depuis près de 30 ans et inapplicable aujourd’hui. »

M. Taylor est le directeur du Office of Environmental Policy and Compliance (Bureau des politiques et conformités environnementales) du Département américain de l’intérieur. Dans une lettre adressée le 7 février dernier au National Telecommunications and Information Administration du Département du Commerce, il souligne que les antennes de télécommunication nuisent aux oiseaux migrateurs de deux façons : les collisions et les émissions électromagnétiques non-ionisantes.

Les études sur l’impact du rayonnement des tours de communication cellulaires sur les oiseaux nicheurs sauvages ont débuté vers l’an 2000 en Europe. « Les résultats des études ont documenté l’abandon des nids et site de nidification, la détérioration du plumage, des problèmes de locomotion, un taux de survie réduit, et la mort (par exemple, Balmori 2005, Balmori et Hallberg 2007 et Everaert et Bauwens 2007). Les oiseaux migrateurs et leur progéniture ont apparemment été touchés par le rayonnement de tours de téléphonie cellulaire dans les plages de fréquences de 900 à 1 800 mégahertz (MHz) – 915 MHz est la fréquence de téléphone cellulaire typiquement utilisée aux États-Unis. »

Selon M. Taylor, les normes désuètes de rayonnement électromagnétique visant à seulement éviter les effets thermiques des radiofréquences sont inapplicables aujourd’hui car elles ne tiennent pas compte des effets des très faibles émissions des téléphones cellulaires et autres appareils sans fil qui sont inférieures à celles des fours à micro-ondes. Par exemple, dans les études de laboratoire, T. Litovitz (communication personnelle ) et DiCarlo et al . (2002 ) ont soulevé des préoccupations au sujet des répercussions non thermique des faibles rayonnements électromagnétiques de la fréquence de téléphone cellulaire 915 MHz sur les embryons de poulets domestiques – dont certains sont décédés (Manville 2009, 2013a ). Des rayonnements à des niveaux extrêmement bas (0,0001 du niveau moyen émis par un téléphone cellulaire numérique) ont provoqué des crises cardiaques et la mort de certains embryons de poulet soumis à des conditions hypoxiques en laboratoire, tandis que les contrôles soumis à l’hypoxie n’étaient pas affectées ( DiCarlo et al. 2002). »

Aucune étude indépendante n’a encore été menée en Amérique du Nord sur les impacts des rayonnements émis par les antennes de cellulaires sur les oiseaux migrateurs et autres animaux protégés par des lois fédérales. Selon Willie R. Taylor, les résultats des études en laboratoire et le nombre croissant de preuves anecdotiques d’effets non thermiques des radiofréquences justifient que de telles études sur le terrain soient menées par des tierces parties.

En Espagne, Balmori (2005) a trouvé de fortes corrélations négatives entre les niveaux de rayonnement des antennes et des problèmes de reproduction et autres problèmes chez des moineaux, des cigognes, des pigeons, des pies, des tourterelles et autres espèces. Balmori n’avait pas observé ces symptômes avant la construction et la mise en service des tours de téléphonie cellulaire.

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Une crise aux proportions épidémiques : les preuves
Enfin un détecteur de micro-ondes précis et accessible
Comment assainir son lieu de vie et de travail
Réseau 5G et internet des objets : un cheval de Troie

Laisser un commentaire