Le liège et le linoléum, les planchers les plus écoresponsables

Liège Duro-Design.

Les tuiles de liège et de linoléum sont les revêtements de plancher les plus écoresponsables. C’est ce que conclut une analyse du cycle de vie (ACV) comparative effectuée par la firme Ellipsos pour l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), dont les locataires et employés se plaignaient des tuiles de vinyle de composition (TVC) qui doivent être cirées.

Bien qu’importés d’Europe et plus dispendieux, le liège et le linoléum s’avèrent beaucoup plus durables et faciles d’entretien. L’étude consistait à comparer divers revêtements de plancher (liège, linoléum, porcelaine, vinyle en rouleau et en tuile, nylon et bois) selon les critères classique d’une ACV : impacts sur la santé humaine, la qualité des écosystèmes, les changements climatiques et l’épuisement des ressources, explique Nicolas Joly, directeur du développement durable à l’OMHM.

« En plus de ces critères ACV, nous avons ajouté des critères supplémentaires pour tenir compte de préoccupations des locataires en matière de qualité de l’air dans les logements et de transmission des bruits d’impact. Nous avons attribué une note de 1 à 5 pour chacun des critères étudiés incluant le coût total de propriété pour chacun des revêtements choisis (voir la dernière diapo du document ci-joint). C’est ainsi que nous retenons la tuile de liège et celle de linoléum avec couche de finition comme revêtements à expérimenter dans nos habitations. »

omhm3L’OMHM a approché deux fournisseurs locaux, soit Lusimat et Duro-Design, pour connaître le prix du liège en tuile, les planchers flottants s’avérant moins écoresponsables selon l’ACV comparative. « Sans parler de volume dans un contexte d’appel d’offre, relate Nicolas Joly, Lusimat a deux produits à 2,50$/pied carré. Duro-Design a une formule de prix différente puisqu’ils vendent leur tuile avec leur colle et leur vernis, pour 5$/pied carré. » Les notes de 1 à 5 dans le tableau comparatif représentent les coûts totaux (achat, installation, entretien) des produits au cours de leur durée de vie attendue. Le liège, avec une durée de vie de 40 ans, soit le double de la tuile TVC, revient le moins cher.

L’OMHM testera les tuiles de liège et celles de linoléum (marque Marmoleum MCT de Forbo) au cours de ses prochaines réfections d’appartements et d’aires communes et suivra leur performance dans le temps. L’étude s’insère dans le cadre du plan d’action de développement durable 2010-2014 de l’OMHM. Le propriétaire d’habitations à loyer modique (HLM) vise ainsi à implanter des pratiques d’acquisitions écoresponsables et à appliquer les meilleurs pratiques de développement durable dans la conception, la construction et la rénovation des immeubles.

« Ce dossier illustre comment nous avons intégré concrètement les principes du développement durable dans notre organisation, conclut M. Joly. Nous avons réellement considéré les critères environnementaux, sociaux et économiques dans notre processus de décision tout en consultant les parties prenantes. »

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
La maison des précautions
Comment assurer la longévité d’une installation septique
Comment régler les problèmes d’humidité au sous-sol (réservé)
En kiosque : printemps 2017

5 Responses

  1. Lise Archambault

    J’ai acheté des « tuiles » de liège. Il s’agit de deux couches de liège reliées par une mince couche d’adhésif. J’ai demandé si le produit comportait de la formaldehyde ou tout autre produit toxique ou non toléré par une personne hypersensible aux produits chimiques. On m’a assurée que non, le fabricant Torlys étant très « vert ». J’ai donc commandé et reçu livraison du produit dont la facture mentionnait qu’on ne rembourse pas les commandes spéciales (telle que la mienne, venant de l’entrepôt). Dès que la première boîte fut ouverte à la maison, j’ai réagi comme s’il se fût agi d’un produit chimique. Nous avons étalé les tuiles dans une piecee non utilisée de la maison et mis le chauffage pour tenter d’évaporer le produit. Àprès trois mois, pas de progrès. J’ai consulté le site de Torlys pour constater que la couche inférieure de la tuile est traitée au Microban, un antibactérien qui ne s’évapore pas. Je suis sensible à tous les biocides. Nous avons tenté de vendre les tuiles, d’une valeur de mille dollars, sans succès. Heureusement, le détaillant a été compréhensif et a remboursé.

  2. hélène leboeuf

    que penser du linoléum pour une cuisine et 5 chats dont 3 non dégriffés ?

    j’ai actuellement du vinyle et je dois le changer sous peu

    et le liège ?

    mais je ne veux pas de céramique, j’en ai déjà à plusieurs endroits dont une véranda et le sous-sol au complet

    merci !

  3. agfauteux

    Mes parents avaient du lino dans leur cuisine pendant 40 ans. Ce produit ne s’appelait pas Battleship pour rien : on l’utilisait sur les bateaux de guerre. Il devrait résister aux griffes de chat, si vous pouvez endurer quelques grafignes… Ce n’est quand même pas de la céramique, mais pas mal plus confortable pour faire la cuisine longtemps debout!

  4. Ginette Mondou

    Nous avons une construction neuve avec planchers en béton (chauffage radiant à l’eau chaude dans le plancher). Nous aimerions installer des tuiles de liège dans les chambres et des tuiles de linoléum dans les salles de bain. Est-ce une bonne idée? Y a-t-il du danger que la chaleur produite par le chauffage fasse sécher ces finitions de plancher?

Laisser un commentaire