Le bois Perdure: conservé à haute température

bois-perdureUtilisé par les Aborigènes australiens depuis 10 000 ans, le bois conservé à la chaleur nous arrive d’Europe dans une nouvelle solution de rechange moderne et plus durable au polluant et désuet traitement chimique standard, soit l’arseniate de cuivre chromaté (ACC).

Premier producteur nord-américain de bois torréfié à haute température (en moyenne 230 degrés C ou 450 F), Pluricapital (PCI), de Jonquière, achetait en 2000 les droits intellectuels du bois Perdure, du groupe français BCI-MBS. En 1995, BCI a fait breveter son four au propane inspiré qui brûle aussi les gaz émis par le bois. Celui-ci est cuit pendant six à douze heures selon l’essence, l’épaisseur du rondin ou de la planche, son degré d’humidité et l’usage auquel il est destiné. Sans danger pour les utilisateurs et l’environnement, 100 % recyclable, le bois Perdure ne rétrécit pas au soleil et ne nécessite aucun traitement protecteur.

 » Nous avons observé en France que les insectes et les moisissures boudent le bois, car les nutriments sont dégradés par la cuisson « , explique M. Stéphane Bergeron de Pluricapital Évidemment, ce bois peut pourrir s’il a constamment les pieds dans un sol humide, mais autrement il n’absorbe pas l’humidité et sèche rapidement. Le bois Perdure ne contient qu’entre 0 et 3 % d’humidité à la sortie du four, puis se stabilise entre 3 et 6 % selon les essences, ce qui lui donne sa stabilité dimensionnelle. Seul désavantage, il perd 13 % de son élasticité et n’est donc pas recommandé pour les structures de toiture, mais il convient parfaitement pour les patios et revêtements extérieurs.

Comme il durcit et brunit le bois, et qu’il coûtera jusqu’à 30 % plus cher que le bois traité chimiquement, Pluricapital vantera son pin gris du Lac-Saint-Jean davantage comme substitut abordable aux essences haut de gamme.

 » Nous avons envoyé un conteneur en France pour le faire traiter et, lorsqu’il nous est revenu, les ébénistes étaient convaincus qu’il s’agissait de cèdre rouge de l’Ouest, relate Stéphane Bergeron. C’est la même esthétique pour la moitié du prix et les échardes en moins. Notre bois est aussi plus dur que le cèdre et il résiste mieux aux talons aiguille. « 

Pluricapital compte installer son premier four de traitement au Québec en mai et mettre en vente le bois Perdure chez un détaillant majeur au printemps.

Pour en savoir davantage : www.perdure.com

>>Découvrez un autre article sur le bois torréfié.

bois-torrefie.pdf
Size : 1.2 MB Format : PDF

 

 

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
La liste rouge des ingrédients toxiques
En kiosque : printemps 2017
Bois traité à l’arsenic : idéalement le sceller à chaque année
Comment finir son bois traité?

1 Response

Laisser un commentaire