emagazine.com

emagazine.com

Plus d’une femme sur trois et près de la moitié des hommes seront un jour atteints du cancer qui est pourtant une maladie évitable, souligne le Dr Samuel S. Epstein, professeur émérite de santé publique à l’Université de Chicago et fondateur de la Prevent Cancer Coalition

Selon lui, les poisons que nous cotoyons quotidiennement sont responsables de la vaste majorité des cas de cancer mais on nous les cache, déplorait-il dans son livre The Politics of Cancer Revisited. Si l’American Cancer Society est si souvent muette au sujet de nombreux produits de consommation et interventions médicales qui augmentent les risques du cancer, c’est qu’elle est financée par les industries qui causent cette maladie, écrivait-il encore en 2010 dans le Huffington Post. Par exemple, voici ce qu’il qualifie de « sale douzaine du cancer du sein ».

Risques médicaux

• Les contraceptifs oraux, pris tôt et de façon prolongée.
• La thérapie de remplacement d’estrogène, à forte dose et à usage prolongé.
• La mammographie en préménopause, prise tôt et plusieurs fois.
• Les médicament non hormonaux prescrits, tels certains anti-hypertenseurs.
• Les implants mammaires en gel de silicone, particulièrement ceux enveloppés de mousse de polyuréthane.

Risques alimentaires et environnementaux

• Une diète riche en gras animal contaminé de produits chimiques cancérigènes et estrogéniques non déclarés.
• L’exposition résidentielle aux polluants chimiques domestiques ou provenant d’usines de produits chimiques et de sites de déchets dangereux.
• L’exposition professionnelle à une grande variété de produits cancérigènes.

Risques associés au mode de vie

• La consommation précoce ou excessive d’alcool.
• La consommation précoce ou excessive de tabac.
• L’inactivité et un mode de vie sédentaire.
• L’usage précoce ou prolongé de teintures à cheveux foncées.

Par ailleurs, le Dr Epstein dénonce quatre mythes persistants :

Mythe #1 : Le taux de cancer augmente parce que les femmes vivent plus longtemps. En fait, la prévalence du cancer du sein a augmenté de 55 % depuis 1950, date à partir de laquelle l’augmentation de l’espérance de vie a ralenti aux États-Unis. Les taux de cancer son ajustés en fonction de l’âge, ce qui reflète et exclut le facteur de longévité.

Mythe #2 : Le cancer du sein est mieux détecté et plus tôt qu’auparavant. En fait, la principale augmentation du taux de cancer du sein s’est produite avant l’introduction des programmes de mammographies à grande échelle, dans les années 1980, et même dans les pays qui n’ont pas implanté de tels programmes.

Mythe #3 : Le taux de cancer du sein plafonne. En réalité, il augmente en moyenne de presque 1 % par année depuis plus de 40 ans.

Mythe #4 : L’on ne peut prévenir le cancer du sein. Selon la Société et l’Institut américains du cancer, qui selon Epstein vivent une relation incestueuse avec les industries pharmaceutiques et radiologiques, les seules causes connues du cancer du sein sont héréditaires et biologiques (règles précoces et ménopause tardive). En fait, ces facteurs expliquent selon lui moins de 30 % des cas.

Source : The Breast Cancer Prevention Program, Samuel S. Epstein et David Steinman, avec Suzanne LeVert, NY : Macmillan, 1998.

Pour en savoir davantage sur les risques environnementaux du cancer :

Preventcancer.com

The Safe Shopper’s Bible, de Samuel S. Epstein et David Steinman.

Action cancer du sein de Montréal

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Sauvons nos filles en bannissant le cellulaire du soutien-gorge
Le sans fil : une grave menace pour la santé infantile, selon le rapport BioInitiative 2012

Laisser un commentaire