L’Association pour la santé environnementale du Québec (ASEQ) demande au ministère de la Santé et des services sociaux de rendre dès que possible tous les établissements de soins de santé du Québec sans parfum ni fragrance, tel que recommandé par l’Association médicale canadienne et comme l’ont déjà réalisé trois provinces. 

Lorsqu’exposés à des parfums ou fragrances, près de 30 % des Canadiennes et Canadiens ont des symptômes tels que des maux de tête, de la nausée, de la toux ou des éruptions cutanées, et des crises d’asthme peuvent être déclenchées chez 4 % de la population. L’exposition à des fragrances dans un milieu médical peut constituer une barrière pour accéder à des soins de santé. Des patients cardiorespiratoires peuvent devenir malades à un point critique lorsqu’ils sont exposés à des fragrances. Les personnes souffrant d’asthme et autres troubles respiratoires, de migraines, de dermatite et d’hypersensibilité chimique multiple (MCS) deviennent plus malades et certains s’abstiennent même d’accéder à des soins de santé en raison des effets de l’exposition à des fragrances.

Au Canada, 1 008 400 personnes ont été diagnostiquées comme souffrant d’hypersensibilité chimique multiple par un professionnel de la santé, et au Québec, ce sont 230 500 personnes qui ont reçu le même diagnostic médical (Statistique Canada, 2016).

L’application de parfums artificiels sur le corps est une pratique inacceptable dans les hôpitaux parce que 27 % des asthmatiques disent qu’il aggravent leur maladie, selon l’éditorial du 3 novembre 2015 paru dans le Journal de l’Association médicale canadienne, lequel concluait : « Il n’y a donc pas lieu de continuer de tolérer les parfums artificiels dans les hôpitaux (…) Il devrait être interdit de porter des parfums artificiels dans tous les hôpitaux, ce qui favoriserait la sécurité des patients, du personnel et des visiteurs. »

Toute personne a le choix de porter ou non du parfum. Mais la personne qui réagit aux fragrances, elle, n’a aucun choix ni aucun avertissement lorsqu’elle y est exposée. Ces produits sont socialement utilisés par plaisir; toutefois, ceux qui y réagissent souffrent sévèrement d’isolement social. L’accès à des services de base devient alors difficile, voire impossible, pour ces personnes.

Nous sommes fortement d’avis que les fragrances n’ont aucune place dans quelque milieu de soins de santé que ce soit, et qu’un air de qualité libre de fragrances est un droit humain fondamental. C’est pourquoi nous prions tous les établissements de soins de santé et les hôpitaux à travers le Québec de devenir libres de parfums et fragrances, en concordance avec un tel droit.

Les arguments en faveur de la création de soins de santé au Québec sans fragrances

Depuis de nombreuses années, l’ASEQ entend des histoires de détresse et des plaintes de la part d’un grand nombre de ses membres, qui, lorsqu’ils tentent d’accéder à des soins de santé, deviennent plus malades, en raison des substances chimiques présentes dans les hôpitaux et les cliniques, particulièrement les fragrances. Plusieurs membres vont jusqu’à éviter de se rendre dans des établissements de soins de santé, même lorsqu’ils en ont grandement besoin, seulement afin d’éviter d’être plus malades! Toutefois, il existe dorénavant de fermes données scientifiques qui démontrent que les fragrances synthétiques ont des effets néfastes sur la santé, non seulement pour les personnes ayant des hypersensibilités environnementales (HE) comme l’hypersensibilité chimique multiple (HCM) ou l’électrohypersensibilité (EHS) qui sont souvent combinées, mais aussi pour ceux souffrant d’asthme et autres conditions respiratoires, de migraines, et même de dermatite. C’est pourquoi les fragrances constituent une barrière à l’accès à des soins de santé, ce qui constitue un droit universel. En fait, le droit d’une personne de respirer de l’air pur est au-dessus de tout droit tel que fumer ou porter des produits qui rendent les autres malades…

Les fragrances chimiques sont fréquemment utilisées dans divers types de produits de consommation, tels que des parfums, des déodorants, des lotions, des produits de nettoyage, des assouplisseurs de tissus, des soi-disant « assainisseurs » d’air, etc. L’industrie des fragrances utilise près de 4 000 substances chimiques, et un seul parfum peut contenir jusqu’à 500 différentes molécules, la plupart d’entre elles synthétiques. Ainsi, les fragrances sont omniprésentes dans notre vie quotidienne, et nous savons maintenant qu’elles ont un impact négatif significatif sur l’environnement, la qualité de l’air intérieur (QAI), et notre santé. Cependant, à ce jour, il existe un manque de divulgation des ingrédients dangereux par les fabricants de produits parfumés au Canada, ce qui freine la recherche et empêche de protéger la santé de la population. Aussi, puisque les personnes sont exposées quotidiennement à un cocktail de fragrances et substances y étant reliées, une sensibilisation peut survenir et être le prélude au développement d’une condition de santé chronique, telles que celles mentionnées ci-dessus. C’est pourquoi la prévention de telles expositions devrait être une priorité. De plus, les effets adverses des fragrances ou des produits parfumés chez les enfants et les adultes implique de multiples systèmes, causant des problèmes respiratoires, neurologiques, dermatologiques, musculosquelettiques, cardiovasculaires et gastro-intestinaux.

Quiconque pourrait dire : « mais, les fragrances n’affectent que très peu de personnes, alors pourquoi en faire tout un plat? ». Quelle erreur ! En réalité, des recherches ont démontré que près d’un tiers de la population générale est affectée par des fragrances, alors que 40 % des asthmatiques et plus de 70 % des personnes souffrant d’hypersensibilité chimique peuvent devenir littéralement malades lorsqu’exposés à ces substances synthétiques (Caress & Steinemann, 2009). Ainsi, comme on peut le voir, les parfums portés par certains par plaisir peuvent être le poison de plusieurs autres…

De plus, au cours de la dernière décennie, la prévalence d’HE diagnostiquée par un médecin a augmenté de 300 %, et pour les cas autodéclarés, de 200 % (Steinemann, 2018). Entre 2015 et 2016, au Canada, elle a augmenté de 7 % (Statistiques Canada, 2016), ce qui constitue une préoccupation de santé publique majeure.

C’est pourquoi offrir des soins de santé sans fragrances au Québec est la bonne chose à faire : cela permet un accès sécuritaire à des soins médicaux pour les personnes les plus vulnérables de notre société, tout en protégeant la population générale et l’environnement. Si d’autres provinces (Ontario, Colombie-Britannique et Nouvelle-Écosse) ont réussi à relever le défi, le Québec est plus que capable de rendre ses établissements de soins de santé sans fragrances, et ce faisant, d’accommoder légalement les personnes souffrant d’HE, en concordance avec la Commission canadienne des droits de la personne (CHRC, 2014; Sears, 2007). Les établissements de soins de santé sont des lieux pour guérir, non pas pour devenir plus malade. Aucun travailleur de la santé ne souhaite rendre les gens malades, mais c’est ce qui arrive quand des fragrances sont utilisées. C’est pourquoi « les parfums artificiels n’ont aucune place dans nos hôpitaux » (Flegel & Martin, 2015).

Sur notre site Web, vous trouverez plus d’information sur les fragrances et leurs effets, une revue de littérature sur le sujet, des documents expliquant comment établir une politique sans-fragrance dans des établissements de soins de santé, ainsi que des ressources et conseils sur des produits sans-fragrance et santé, de même que des dépliants et affiches.

SVP : lisez, partagez, et passez à l’action! Nous avons aussi besoin de vos témoignages : nous pouvons les garder confidentiels, et même les prendre au téléphone. Il est important que tout le monde sache que le manque d’accommodation ‘sans-fragrance’ nie l’accès à des soins médicaux à beaucoup trop de personnes, et que cela engendre une grande souffrance.

Votre participation est le souffle qui peut donner de la force à ce projet. Il est temps de changer.

L’ASEQ remercie toutes les personnes impliquées dans ce projet.

Ce projet est réalisé avec la collaboration de :

Rohini Peris et Michel Gaudet de l’ASEQ

Clinique de santé environnementale, Hôpital Women’s College – Toronto, Ontario;

Dr. Lynn Marshall, présidente du conseil d’administration de l’Institut pour la santé environnementale du Canada, membre de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement, et médecin à la Clinique de santé environnementale, Hôpital Women’s College, Toronto;

Dr. Ken Flegel, professeur de médecine interne, Université McGill, Montréal, Québec;

Dr. John Molot, médecin, Clinique de santé environnementale, Hôpital Women’s College, Toronto;

Dr. Meg Sears, présidente du conseil d’administration de « Prevent Cancer Now »;

Farah Ahmed (BDS, M.Sc);

Faisal Mirza (M.Sc, MBA, P.G.D.AE);

Robert Morariu;

Mélanie Bélanger, M.Sc;

GreenHealthCare.ca;

Magazine La Maison du 21e siècle.

Pour en savoir davantage :

www.aseq-ehaq.ca/fragrances

www.HypersensibiliteEnvironnementale.com

www.ecoasisquebec.ca

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
En kiosque : printemps 2020 (Écoentrepreneurs)
En kiosque : 25e anniversaire (hiver 2019)
Notre Maison à Ormstown : un projet vert éducatif et communautaire
Maisons saines : l’héritage de Virginia Salares

4 Responses

  1. Claudine Lahaie

    Je suis tellement d’accord et heureuse de voir ce genre d’article. J’ai développé depuis quelques années, de sévères intolérances à tous ces produits toxiques, fragrances, petits parfums et compagnie, ce qui me complique la vie dès que je sors de la maison. Obligé de courir dans les magasins afin d’éviter d’étouffer vu la très grande utilisation d’odeurs diverses sans compter si chaque femme que je rencontre à un parfum différent, la sortie au magasin se transforme quasiment en safari et je me sens entouré de prédateurs! Lol! Je dois souvent me mettre un foulard et j’ai dû également cesser d’aller dans des rencontres entre amis, d’aller voir des spectacles et je dois choisir d’aller magasiner dans certains endroits, tôt le matin afin d’éviter les gens. Ce qui est dommage, c’est que la majorité des gens utilisant tous ces produits toxiques, ne réalisent pas l’ampleur du problème et trouve plus facile de nous considérer “malades” plutôt que de changer quelques-unes de leur habitudes afin que nous puissions au moins encore nous visiter!
    Comme j’aimerais que le message passe haut et fort, partout, à la télé, la radio etc… Nous n’en entendons pas parler! Je trouve ceci triste et frustrant! C’est un peu comme si mes droits n’étaient pas aussi important que les droits des autres.
    Merci pour vos informations. Je vous lis avec un grand plaisir!
    Claudine

  2. Manon Gagnon

    Bonjour,

    Je souffre d’hypersensibilité chimique multiple diagnostiquée en 2017 après 2 ans de symptômes de plus en plus intenses et diversifiés et développée au travail à cause d’un bureau sans ventilation et en présence quotidienne de personnes parfumées. Mon employeur a été obligé de me donner des accommodements pour que je puisse retourner au travail après une absence de 8 mois. Ce n’est pas facile, car malgré ce qui a été mis en place (changement de bureau, fenêtre, purificateur d’air, masque), je ne sors pratiquement pas de mon bureau que je considère ma cellule et mon lieu de travail, une prison. Ma vie sociale est quasi inexistante.

    Je comprends tout à fait Claudine qui a écrit ses commentaires plus haut, je vis la même chose.

  3. Ginette Langevin

    Je me bats contre le port du parfum du personnel de l’urgence de l’hôpital près de chez moi depuis plus de 6 ans. J’ai vécu l’aggravation de mon asthme alors que je me présentais à l’urgence pour un problème d’intestin. Ils ont dû me mettre en inhalothérapie d’urgence. Je vais résumer car c’est une longue bataille, pleine de tristes rebondissements. Même si le Protecteur du citoyen a exigé du CISSSO que le personnel de l’urgence de l’hôpital cesse de porter du parfum le 31 décembre 2018, j’ai vécu un autre événement d’intimidation et de négligence le 23 mai dernier. Je souffre d’encéphalomyélite myalgique, d’hypersensibilité aux parfums et fragrances, et récemment on m’a diagnostiquée une spondylo discopathie multi-étagée cervicale et lombaire. C’est justement le 23 mai dernier que c’est déclenchée l’une des pires crises de cette condition et c’est après être arrivée à l’hôpital en ambulance qu’un infirmier a décrété que j’étais une ”weirdo” et qu’à ce titre, je faisais semblant, et que je n’avais pas besoin d’être poussée en chaise roulante, malgré une douleur aiguë épouvantable de tout mon côté droit, tête-épaule-omoplate-bras… C’est comme être punie pour souffrir d’hypersensibilité et exiger des soins sans parfum pour protéger ma santé respiratoire, qui s’aggrave à chaque exposition aux parfums et fragrances. Isolée à la maison à 95 % du temps, j’essaie de sensibiliser quand je peux m’installer à l’ordi. Pas normal, selon moi, que j’aie eu à supplier pour que ne soit pas compromise, en milieu hospitalier, ma santé respiratoire. Et la cerise sur le sundae.. . Ma travailleuse sociale a essayé depuis janvier de me trouver une résidence pour semi-autonomes qui aurait une politique ou un code d’éthique disant que leur résidence offre des soins sans. parfum et fragrances. Dans ma région, aucune n’a voulu rencontrer ma travailleuse sociale et moi pour en jaser…

  4. geneviéve

    Les risques pour les voies respiratoires des parfums pour les esthéticiennes sont connus !
    Les produits utilisés (vernis et dissolvants pour ongles, huiles essentielles, parfums, …) sont très volatils. Les vapeurs restent longtemps en suspension dans l’air.
    Tout cela peut déclencher des allergies au niveau des voies respiratoires : rhinite, asthme. Les premiers symptômes d’irritations respiratoires sont les picotements du nez et de la gorge. Les sprays peuvent aggraver les symptômes d’hyperréactivité bronchique ou d’asthme : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=396

Laisser un commentaire à geneviéve Annuler le commentaire