Ces personnes décrivent les symptômes d’une maladie due aux rayonnements de micro-ondes qui pouvait être prédite grâce à des décennies d’études scientifiques internationales. Faites parvenir ce rapport aux médecins et aux décideurs. Essayez une solution que vous n’avez pas encore essayée. Ayez plus de compassion envers les personnes plus touchées que vous. Comprenez que tout le monde n’est pas également affecté. Nous ne cessons d’entendre les mêmes choses. « Je menais une vie normale jusqu’à ce que des compteurs intelligents soient installés sur mon mur… jusqu’à ce qu’une grande tour de cellulaire soit construite près de chez moi…. jusqu’à ce que soient installés plusieurs routeurs sans fil à mon bureau. Ma famille n’a pas compris ce que je vivais. Il m’a fallu du temps pour comprendre ce qui me rendait malade. Cela a déstabilisé mes relations. J’ai perdu ma liberté… »

Source : EMF Safety Network

Traduit et adapté par Jean Hudon

L’enquête de 2019 sur les effets des champs électromagnétiques (CEM) sur la santé s’est déroulée en ligne du 27 novembre 2018 au 27 janvier 2019 par le biais des listes de contacts du EMF Safety Network, de son site Web et de groupes affiliés. Elle comprend les témoignages de 876 répondants anonymes et plus de 1 300 commentaires. Merci à tous ceux et celles qui ont participé à cette enquête et contribué à la faire circuler !

Le rapport d’analyse des résultats de cette enquête fut rédigé par Ed Halteman, titulaire d’un doctorat en conception et analyse d’enquêtes. En résumé, ils nous apprennent que 52 % de tous les répondants ont déclaré être « gravement » ou « beaucoup » affectés par les CEM. En réponse à la question « À quel point l’environnement électropollué actuel (à cause des téléphones cellulaires, des compteurs intelligents, des appareils sans fil, et ainsi de suite) limite-t-il votre style de vie, votre capacité à travailler, magasiner, jouer ou passer du temps avec des amis et les membres de votre famille ? », 22 % des répondants ont déclaré qu’ils étaient affectés modérément, 15,6% un peu, et 10,5% pas du tout.

On a demandé aux répondants d’indiquer lequel des énoncés suivants, décrivant un état d’électrohypersensibilité (EHS) légère, modérée et grave, correspondait le mieux à leur situation personnelle.

1) « Vous avez conscience que les CEM et les rayonnements d’appareils sans fil affectent votre santé ou font en sorte que vous ne vous sentez pas bien. »

49,3 % ont déclaré être simplement conscients de l’effet des CEM sur eux.

2) « Votre santé a été compromise par des CEM basses fréquences et/ou des rayonnements d’appareils sans fil. »

27,5 % ont déclaré avoir vu leur santé se détériorer.

3) « Vous souffrez d’une maladie reliée aux rayonnements électromagnétiques, une maladie grave et chronique. »

19,1 % ont déclaré souffrir d’un maladie attribuable à ces rayonnements.

Pour 4,1% des répondants, aucune de ces réponses ne correspondait à leur situation.

Les principaux problèmes de santé éprouvés par tous les répondants, et qu’ils croient être liés à leur exposition aux CEM, sont les suivants : problèmes de sommeil, de fatigue, de concentration, de mémoire ou d’apprentissage, stress et anxiété.

Tous les répondants estiment que leurs problèmes de santé ont été causés ou aggravés par les principaux appareils émetteurs de CEM suivants : routeurs Wi-Fi, téléphones cellulaires, compteurs intelligents, antennes de téléphonie cellulaire ou de radio.

Les moyens que les gens ont essayés et considérés les plus utiles pour remédier à leurs problèmes ont été les suivants : l’évitement prudent des CEM; couper l’électricité au niveau du boîtier de disjoncteurs principal; et le blindage électromagnétique de leur foyer. Les ressources les moins utiles, selon eux, ont été les suivantes : les médecins, les médicaments sur ordonnance et l’assistance psychologique ou autres thérapies.

Quand on examine les résultats de l’enquête en les segmentant selon les descriptions fournies par les répondants, les chiffres changent. Les personnes souffrant d’une maladie reliée aux rayonnements sans fil avaient deux fois plus de problèmes de santé que celles se disant conscientes que les CEM affectent leur santé, et 50 % plus de problèmes que celles ayant vu leur santé se détériorer à cause des CEM.

94 % des personnes souffrant d’une maladie reliée aux rayonnements sans fil ont signalé avoir des problèmes de concentration, de mémoire ou d’apprentissage, contre 47 % des personnes se disant conscientes de l’effet des CEM sur elles. Les personnes souffrant d’une maladie reliée aux rayonnements sans fil étaient davantage affectées par les antennes de téléphonie cellulaire ou de radio.

Pour plus de détails sur tous les descripteurs et les divers résultats de ces trois groupes, lire le rapport d’enquête final Survey Design and Analysis (12 mars 2019) ci-joint ou disponible à l’adresse http://emfsafetynetwork.org/wp-content/uploads/2019/03/EMF_Wireless-Study-2019_Final-1.pdf. De plus, ce lien mène an résumé de l’enquête et à tous les commentaires reçus.

Il y a beaucoup à apprendre et beaucoup à dire sur ces résultats. Quelle est la meilleure façon d’en tirer parti ? Faites parvenir ce rapport aux médecins et aux décideurs. Essayez une solution que vous n’avez pas encore essayée. Ayez plus de compassion envers les personnes plus touchées que vous. Comprenez que tout le monde n’est pas également affecté. Vous avez d’autres idées ? Laissez-nous les savoir !

En terminant, voici le commentaire de la chercheure Cindy Sage à propos de ce sondage :

« Les centaines de commentaires rédigés par les personnes qui ont répondu à l’Enquête sur les effets des CEM sur la santé – 2019 du EMF Safety Network sont révélateurs et profondément troublants. L’enquête elle-même est précieuse pour nous apprendre ce que c’est que de vivre avec des limitations liées à l’électrohypersensibilité. Peu importe que vous viviez aux États-Unis, au Canada, en Europe, en Scandinavie, en Asie ou en Australie, les situations rapportées sont tellement similaires. Les effets démoralisants sont les mêmes.

Ce qui est évident, c’est que ces personnes décrivent les symptômes d’une maladie due aux rayonnements de micro-ondes qui pouvait être prédite grâce à des décennies d’études scientifiques internationales. Les bases scientifiques des effets sur le cerveau et le corps résultant de l’exposition aux micro-ondes sont bien connues par la science. Il ne devrait donc pas être surprenant d’entendre tout cela. Au moins une douzaine d’études et d’examens majeurs sur les niveaux d’exposition (de 0,1 microwatt par centimètre carré ou plus) aux radiofréquences émises par les tours de téléphonie cellulaire ont identifié des effets sur la santé identiques à ceux décrits dans les commentaires personnels des répondants à cette enquête.

Nous n’avons pas souvent un tel aperçu intime de la vie des personnes atteintes d’EHS, permettant de voir à quel point ces gens sont isolés et marginalisés, et à quel point ils doivent vivre en reclus pour protéger ce qui leur reste de santé. Nous devons leur accorder toute notre attention. Cette problématique est bien réelle et ce sont de vraies personnes, et non des malades imaginaires, qui subissent ainsi une existence grandement diminuée. Imaginez-vous être obligé de dire adieu à une vie productive pour vivre en marge de la société, et que cette vie ne cesse de devenir de plus en plus marginale. Imaginez que vous soyez privé d’accès aux occasions d’affaires, à l’éducation, aux transports, aux soins de santé, à la participation à une vie publique normale, aux loisirs et aux lieux de célébration et de renouveau.

Nous ne cessons d’entendre les mêmes choses. « Je menais une vie normale jusqu’à ce que des compteurs intelligents soient installés sur mon mur… jusqu’à ce qu’une grande tour de cellulaire soit construite près de chez moi…. jusqu’à ce que soient installés plusieurs routeurs sans fil à mon bureau. Ma famille n’a pas compris ce que je vivais. Il m’a fallu du temps pour comprendre ce qui me rendait malade. Cela a déstabilisé mes relations. J’ai perdu ma liberté… »

Les personnes électrohypersensibles doivent renoncer à tant de choses que la plupart des gens considèrent comme allant de soi dans la vie. Faire ses courses, sortir dîner, assister à des réunions dans des lieux publics, assister à la remise du diplôme ou à un récital d’un de ses enfants, voyager sur une autoroute ou en train ou en avion. Les activités de tous les jours qui composent le tissu d’une vie sociale normale ne sont plus accessibles, du moins pas sans en payer le prix – un prix parfois très lourd.

Il s’agit d’une progression insidieuse et invisible dans laquelle les activités de la vie quotidienne sont graduellement diminuées par des expositions aux CEM qui s’intensifient avec le temps, sans aucun contrôle des effets sur la santé et la sécurité. Personne ne surveille la charge cumulative des radiofréquences auxquelles la population est exposée. Aucune agence gouvernementale n’effectue de suivi sur les rapports de maladies, ni ne déploie de sérieux efforts pour réviser les normes de santé et sécurité en vigueur.

Peut-être que la leçon la plus précieuse que nous puissions tirer de cette enquête est de développer une compassion née d’une meilleure compréhension. La première chose que nous devons faire est d’accepter le fait que l’électrohypersensibilité est une réalité. Puis, nous devons changer nos propres comportements. Et, ensuite, partout où nous pouvons exercer une influence, nous devons aider les autres à trouver des façons plus saines d’interagir avec ces technologies afin de tous nous en protéger. »
Cindy Sage, Sage Associates
Éditrice, Rapports BioInitiative
Lire ses publications scientifiques ici.

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Une conférence sur l’électrohypersensibilité truffée de sommités médicales
En kiosque (été 2019) Un fonds vert autochtone pour démocratiser l’énergie solaire
S’engager consciemment pour guérir de l’intolérance aux ondes
Les baromètres humains

1 Response

Laisser un commentaire