Comment se remettre de l’électrohypersensibilité – 4e partie

Suite de https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/comment-se-remettre-de-lelectrohypersensibilite-3e-partie.html

Le traitement médical de l’électrohypersensibilité

Elle-même hypersensible à l’environnement chimique et électromagnétique, Dre Stephanie McCarter s’est fait construire une maison avec le moins d’électrosmog possible. Guérie par son mentor, feu Dr William J. Rea, fondateur de l’Environmental Health Center de Dallas, au Texas, cette spécialiste de la médecine interne pratique la médecine de l’environnement depuis 13 ans dans cette clinique médicale exempte de polluants chimiques et à faible électrosmog. En plus de diagnostiquer et de traiter les carences en vitamines et oligominéraux de ses patients, elle utilise plusieurs outils qui ont fait leurs preuves sur les plus de 30 000 patients du Centre, dont la thérapie par oxygène administré avec un masque en céramique, car plusieurs ne tolèrent pas les vapeurs chimiques.

Comme l’électrohypersensibilité est nourrie par les produits chimiques, elle utilise aussi la méthode de provocation-neutralisation qui consiste à injecter sous la peau une substance fréquemment non tolérée ou allergène. La dilution qui ne provoque pas de rougeur est la dose thérapeutique que le patient s’injectera lui-même. Utilisé depuis 40 ans à travers le monde, cet autovaccin est extrêmement efficace et fait disparaître plusieurs symptômes sans médication pharmaceutique.

La Dre McCarter recommande aussi les matelas en caoutchouc naturel Samina qui sont mis à la terre ainsi que les souliers et mocassins Soft Star aux semelles de cuir qui permettent de se grounder. Étant mis à la terre, le corps reçoit les électrons libres anti-inflammatoires venant du sol mais qui sont bloqués (isolés) par l’asphalte et nos semelles synthétiques, selon les études scientifiques réalisées par les chercheurs de l’Earthing Institute, dirigé par l’ancien Montréalais Gaétan Chevalier, un diplômé en génie de Polytechnique. L’idéal pour se grounder est évidemment de marcher pieds nus dans l’herbe humide ou, encore mieux, dans la mer, car le sel est conducteur.

À ses plus de 2 000 patients intolérants aux ondes, l’oncologue parisien Dr Dominique Belpomme recommande d’ailleurs, entre autres traitements pour favoriser leur désintoxication, deux séances quotidiennes de cinq minutes de cette technique appelée Earthing. Celle-ci peut se faire avec des tapis, des draps ou d’autres dispositifs de mise à la terre, et pour être sécuritaire elle doit être effectuée selon les règles de l’art. Lire tous les détails sur le site de l’Earthing Institute.

Dans son avis Position Paper on Earthing and Grounding Mats, le très respecté baubiologiste californien Oram Miller dit qu’il recommande ces produits, mais il souligne que certains clients hypersensibles ne les tolèrent pas. « Lorsque vous êtes mis à la terre, c’est-à-dire lorsque vous êtes en contact avec un tapis de mise à la terre sur votre lit ou votre chaise, votre corps devient ce que l’on appelle une cage de Faraday, explique-t-il. Les électrons du tapis de mise à la terre s’alignent sur votre peau en protégeant vos cellules et vos organes internes à l’intérieur du corps contre les effets indésirables des CEM externes… J’ai ressenti des picotements au début, mais seulement au début. Clint [Ober, fondateur de l’Earthing Institute et inventeur des produits de mise à la terre corporelle] nous a assuré que cela faisait partie du processus de guérison, car les électrons dont nous avions grandement besoin ont commencé à couler de la terre vers la peau de mes pieds et de mes jambes. Le coussin de mise à la terre s’étend sur le tiers inférieur du lit, sur le drap inférieur. Depuis que je l’utilise, je ressens encore plus d’énergie le matin que lorsque j’ai commencé à couper les cordons et les circuits électriques dans ma chambre, il y a des années, lorsque je suis devenu biologiste du bâtiment. »

Blindage

Bien qu’ils puissent apporter une protection et un soulagement temporaire, la Dre McCarter déconseille de constamment vivre dans une pièce ou une maison dotée de matériaux de blindage contre les ondes, ou même de constamment porter des vêtements blindés imprégnés d’argent. « Dans les années 1970, la chercheuse Valerie Hunt, de l’Université de la Californie à Los Angeles, mesurait l’aura [énergie lumineuse émise par les corps] avec un oscilloscope. Elle a remarqué que dans ces pièces, cette énergie était éparpillée et les gens devenaient faibles. C’est mieux d’utiliser un baldaquin de tissu argenté parce qu’il permet à l’énergie de circuler. »

Ce médecin utilise plusieurs produits de médecine énergétique qui haussent la résistance corporelle, dont les pierres de shungite, la thérapie cranio-sacrée, les exercices de respiration, sans oublier de l’eau pure, de l’air pur, des aliments bio et la lumière naturelle. « La lumière bleue des écrans endommage la rétine, particulièrement chez les enfants dont la vision diminue de façon alarmante. Si vous utilisez un écran le soir, portez des verres de type Blublocker filtrant ces fréquences dommageables (autour de 450 nanomètres) ou un logiciel comme f.lux qui jaunit l’écran, sinon cette lumière perturbera votre sommeil en diminuant la sécrétion de l’hormone mélatonine (horloge biologique et anticancer) par votre glande pinéale, au cerveau.

En mode urgence, elle ajoute que les antihistaminiques comme le Benadryl et les benzodiazépines comme les antidépresseurs sont très efficaces contre les symptômes d’inflammation aiguë, « mais il faut trouver la ou les sources déclenchantes ».

Le site de l’EHC-D affirme : « La Dre McCarter pense que le corps est un système ouvert sur le plan énergétique qui échange de l’énergie et des matériaux avec son environnement et doit être traité comme tels pour atteindre le bien-être. Elle croit fermement qu’un tel traitement devrait concerner l’ensemble du corps, de l’esprit et de l’âme. »

Pour plus de détails, visionner les allocutions prononcées par Dre McCarther et plusieurs autres sommités dans le cadre de l’EMF Conference, une conférence médicale sur le diagnostic et le traitement des hypersensibilités environnementales tenue en Californie en septembre 2019.

Pour en savoir davantage, lire QUAND LE VASE DÉBORDE : L’INTOLÉRANCE AUX ONDES

ainsi que le site ehs-mcs.org du Dr Dominique Belpomme dont voici l’intégralité des pages : https://lharmoniedardew.fr/wp-content/uploads/2017/10/Version_complete_EHS-MCS-ARTAC.pdf

La première partie de cette série ici : https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/comment-se-remettre-de-lelectrohypersensibilite-1ere-partie.html

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Témoignages sur la shungite
Les chasseurs d’ondes
Une protection surprenante contre les ondes
Nos vidéos de 2019

2 Responses

  1. auvray

    bonjour,
    je suis consternée par cet article pas vous ??????? le seul remède à tout ce que dit cette dame bien nourrie par l’establisment c’est simplement l’arrêt de ces produits qui provoquent non pas de l’hypersensibilité mais du cancer des allergies que le corps rejette car la nature ne fait pas de mal elle guérit les produits dérivés chimiques que l’on trouve dans le blé (ogm) dans la nourriture, l’eau (le fluore entre autre etc) dans les vetemements les chaussures, dans l’habitacle de votre voiture les peintures de votre maison l’alluminium de vos capsule de café qu’on vous encourage à boire tous les jours bon je continue ????? mon fils est electrosensible au wifi cela lui donne tous les symptomes nefastes maux de tetes musuculaire etc. comme pour les produits que cette femme cite le meilleur remède est de ne pas consommer ces saloperie et de ne pas les respirer ou mieux imposer qu’on les arrete pour que le monde entier se porte mieux , pour mon enfant il se porte bien dès lors qu’il n’est plus en contact avec le wifi … à bon entendeur…salut !!!

    1. André Fauteux

      En fait comme elle est elle-même hypersensible, elle sait très bien qu’il faut s’efforcer d’éliminer toute exposition aux ondes, aux produits chimiques et aux moisissures pour en guérir. Mais les hypersensibles ont aussi souvent des carences enzymatiques qui mine leur résistance aux polluants chimiques et ils doivent aussi en minimiser l’exposition, d’autant plus que 80 % des électrohypersensibles sont aussi chimicohypersensibles.

Laisser un commentaire