Feux mortels et assouplisseurs de tissus

Un deuxième coroner a conclu qu’un assouplisseur liquide pour textiles pourrait à nouveau avoir contribué à un décès par brûlure. C’est la deuxième fois en moins de deux ans qu’un coroner québécois fait ce genre de constat. Selon le rapport du coroner Jose Luis Labarias, Danielle Laveau, 38 ans, de Ville  Mont-Royal, est décédée huit jours après avoir subi des brûlures aux deuxième et troisième degrés sur 69 % de son corps le 22 octobre dernier. Mme Laveau cuisinait dans son logement quand sa robe de nuit a effleuré un rond de cuisinière et s’est embrasée. Un autre décès semblable est survenu en septembre 2001 à Saint-Basile-le-Grand. Jeanine Humblet, 65 ans, est décédée immédiatement, concluait pour sa part le coroner René-Maurice Bélanger.

Dans son rapport, le coroner Labarias note que la victime était une utilisatrice d’assouplisseurs liquides. Il rappelle également que le magazine américain Consumer Reports avait publié en 2000 une étude démontrant que ces produits accélèrent jusqu’à sept fois la propagation des flammes sur certains tissus. Le coroner Labarias recommande à Santé Canada de faire sa propre enquête. Certains fabricants ont pris soin de noter sur l’étiquette de leur produit qu’on ne devrait pas l’utiliser pour les vêtements d’enfants ou ceux dont l’étiquette mentionne qu’ils sont ignifuges.

>> Découvrez l’article au complet FEUX MORTELS ET ASSOUPLISSEURS DE TISSUS
Size : 142 kB Format : PDF

Publié dans notre numéro Hiver 2004

 

Auteur

Dernières publications

Laisser un commentaire