Les symptômes d’électrohypersensibilité des diplomates confirmés

Le 5 décembre 2020, les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine (NAS) des États-Unis confirmait que les symptômes ressentis par plusieurs diplomates américains étaient probablement causées par une surexposition aux radiofréquences (RF). La seule différence majeure entre les ondes pulsées par les armes électroniques et celles venant des antennes et appareils sans fil qui provoquent de nombreux symptômes chez au moins 3 à 13 % de la population mondiale, c’est l’intensité élevée des doses reçues par certains diplomates. C’est pourquoi autant de gens ont subi autant de symptômes au cours d’une si courte période. Dans un récent courriel, Dre Beatrice Golomb m’écrivait : « Les niveaux mesurés à Guangzhou en Chine dépassaient la limite maximale de 1 milliwatt par centimètre carré », soit 10 millions de microwatts par mètre carré (μW/m²) (voir ce tableau de conversion des diverses unités de densités de puissance des radiofréquences). Comparativement, les Valeurs indicatives en baubiologie SBM-2015 pour les zones de repos de l’Institut de baubiologie recommandent de s’exposer à moins de 1 000 μW/m², idéalement même sous 10 μW/m², une cible difficilement atteignable en milieu urbain.

Explications du professeur Joel Moskowitz, directeur du Center for Family and Community Health à l’École de santé publique de l’Université de la Californie, à Berkeley. Source : https://www.saferemr.com/2020/12/national-academy-of-sciences-report-on.html
AF

Joel Moskowitz PhD

Le rapport de consensus des National Academies of Sciences (NAS), Une évaluation de la maladie chez les employés du gouvernement américain et leurs familles dans les ambassades à l’étranger, visait à informer le Département d’État américain (DOS) des symptômes jusque là inexpliqués vécus par ces personnes. Selon le rapport (1) :  « Fin 2016, le personnel de l’ambassade américaine à La Havane, à Cuba, a commencé à signaler le développement d’un ensemble inhabituel de symptômes et de signes cliniques. Pour certains de ces patients, leur cas a commencé par l’apparition soudaine d’un bruit fort, perçu comme directionnel. caractéristiques, et accompagné de douleur dans une ou les deux oreilles ou dans une large région de la tête, et dans certains cas, une sensation de pression de la tête ou de vibration, des étourdissements, suivis dans certains cas d’acouphènes, de problèmes visuels, de vertiges et de difficultés cognitives. D’autres membres du personnel attachés au consulat des États-Unis à Guangzhou, en Chine, ont signalé des symptômes et des signes similaires à des degrés divers, à partir de l’année suivante. En juin 2020, bon nombre de ces membres du personnel continuent de souffrir de ces problèmes et/ou d’autres problèmes de santé. Plusieurs hypothèses et mécanismes ont été proposés pour expliquer ces cas cliniques, mais les preuves font défaut, aucune hypothèse n’a été prouvée et les circonstances restent floues.

Le Département d’État a donc demandé aux NAS d’examiner les cas, leurs caractéristiques cliniques et leur prise en charge, les enquêtes épidémiologiques et les preuves scientifiques à l’appui des causes possibles, et de donner des conseils sur les approches pour l’investigation de cas potentiels futurs. Dans une évaluation de la maladie chez les employés du gouvernement américain et leurs familles dans les ambassades à l’étranger, le comité identifie les caractéristiques cliniques distinctives, examine les causes possibles, évalue les mécanismes plausibles et les efforts de réadaptation, et propose des recommandations pour la planification et les réponses futures. »

Le rapport des NAS a révélé que de nombreux symptômes aigus des patients étaient probablement causés par une audition des micro-ondes (effet Frey) et les symptômes chroniques étaient également dus à une exposition aux radiofréquences (RF) :

« Le comité constate que bon nombre des signes, symptômes et observations aigus, soudains et de phase précoce signalés par les employés du DOS sont compatibles avec les effets des RF. De plus, de nombreux symptômes chroniques non spécifiques sont également compatibles avec les effets connus des RF, tels que comme des étourdissements, des maux de tête, de la fatigue, des nausées, de l’anxiété, des déficits cognitifs et des pertes de mémoire. Il n’est pas nécessaire que les sources d’énergie RF produisent des dommages structurels importants pour provoquer des symptômes. Au contraire, comme avec l’effet Frey ou les ondes de pression thermoélastiques potentielles, les sources de RF peuvent déclencher des symptômes en induisant de manière transitoire des altérations du fonctionnement cérébral.

Il existe plusieurs types de données qui seraient utiles et pourraient améliorer à la fois les résultats et leur niveau de certitude. Bien qu’il existe plusieurs études sur les effets sur la santé des sources de RF à ondes continues et pulsées, il n’y a pas suffisamment de données dans la littérature ouverte sur l’exposition potentielle aux RF (caractéristiques de dosage) et les effets biologiques possibles pour les scénarios vécus par les employés du DOS. Des expériences spécifiques seraient nécessaires avec les caractéristiques de dosage (fréquence, fréquence de répétition des impulsions, largeur d’impulsion, angle d’incidence entre la source potentielle et le sujet, durée de l’exposition, nombre d’expositions répétées, etc.) pour quantifier les effets biologiques, mais cela serait éthiquement difficile à justifier. En l’absence de telles données, il est difficile d’aligner les effets biophysiques spécifiques dans le régime d’exposition potentiel aux RF qui pourraient expliquer les symptômes médicaux spécifiques signalés par le personnel du DOS et la variabilité des expériences ainsi que les délais de réaction spécifiques des individus. L’hétérogénéité clinique des patients pourrait être due à la variabilité des conditions posologiques d’exposition, aux différences d’interprétation des stimuli vestibulaires non physiologiques et aux différences anatomiques qui pourraient influencer l’exposition et / ou la réponse individuelles. »

Le rapport des NAS conclut :

«… après avoir examiné les informations dont il dispose et un ensemble de mécanismes possibles, le comité a estimé que bon nombre des signes, symptômes et observations distinctifs et aigus signalés par les employés du DOS sont compatibles avec les effets des fréquences radio pulsées dirigées. Des études publiées dans la littérature ouverte il y a plus d’un demi-siècle et au cours des décennies suivantes par des sources occidentales et soviétiques apportent un soutien circonstancié à ce mécanisme possible. D’autres mécanismes peuvent jouer des effets de renforcement ou additifs, produisant certains des effets chroniques non spécifiques signes et symptômes, tels que des étourdissements posturaux et perceptifs persistants, un trouble vestibulaire fonctionnel et des troubles psychologiques.

Le comité se retrouve avec un certain nombre de préoccupations. Premièrement, même s’il n’était pas en mesure d’évaluer ou de commenter la façon dont ces cas DOS sont survenus, comme une source possible d’énergie RF pulsée dirigée et les circonstances exactes des expositions putatives, la simple considération d’un tel scénario soulève de graves inquiétudes quant à un monde avec des acteurs malveillants désinhibés et de nouveaux outils pour nuire à autrui…

« Le comité estime que ces symptômes aigus sont plus compatibles avec une attaque d’énergie par radiofréquence dirigée, et a exploré les mécanismes connexes possibles. Simultanément, les symptômes chroniques qui ont été rapportés sont souvent observés chez les patients résultant d’une exposition à des produits chimiques, de maladies infectieuses ou de stress dans un environnement hostile. Il ne semble pas y avoir de preuves de formes habituelles de blessure traumatique, mais le comité a évalué les causes chimiques et infectieuses possibles ainsi que les causes psychosociales des symptômes chroniques. »

L’audition par micro-ondes a été appelée « l’effet Frey », du nom d’Allan Frey qui a signalé ce phénomène en 1961-1962. (2) L’annexe C du rapport des NAS indique que l’intensité moyenne des expositions RF nécessaires pour créer l’effet Frey était considérablement inférieure à celle requise pour produire des effets thermiques (1):

« Les densités de puissance moyennes associées à certains de ces effets (par exemple, l’audition à effet Frey) sont si faibles qu’elles ne perturberaient pas l’électronique à proximité d’une manière similaire aux micro-ondes haute puissance (HPM) (Hoad, 2007; Jinshi et al., 2008). L’absence de chauffage perceptif exclurait également d’autres systèmes HPM non létaux qui ont été développés pour le contrôle des foules (par exemple, le système de déni actif à 95 GHz du ministère de la Défense qui ne pénètre dans la peau qu’à 1/64 de pouce mais la chauffe à des niveaux inconfortables en quelques secondes) (D’Andrea et al., 2008; DoD, 2020; Nelson et al., 2000). »

À mon avis, l’audition par micro-ondes (l’effet Frey) est l’explication la plus probable des symptômes aigus ressentis par les personnes touchées et l’hypersensibilité électromagnétique est l’explication la plus probable de leurs maladies chroniques. De plus, les maladies chroniques peuvent avoir été causées par une exposition à long terme à des champs électromagnétiques (CEM) non ionisants de faible intensité après une exposition initiale d’intensité modérée. Bien que le rapport des NAS ait cité un article de synthèse récemment publié sur l’hypersensibilité électromagnétique ou électrohypersensibilité (EHS), le rapport n’a pas abordé ce syndrome.

En 2017, j’ai dit à un journaliste du Daily Mail que je pensais que les symptômes aigus étaient attribuables à l’audition par micro-ondes et que les maladies chroniques étaient dues à l’EHS. De plus, j’ai émis l’hypothèse que les effets étaient probablement causés par un système de surveillance utilisant un rayonnement RF d’intensité modérée, plutôt que par une arme de haute intensité ou une « attaque d’énergie RF ».

« La découverte que les attaques ont conduit à des changements perceptibles dans leur cerveau est également l’un des nombreux facteurs qui alimentent le scepticisme croissant quant à l’implication d’une sorte d’arme sonique. Cela me fait penser que les victimes ont peut-être développé une hypersensibilité électromagnétique (EHS) à la suite de l’exposition aux champs électromagnétiques dans l’ambassade », a déclaré Joel Moskowitz, professeur de santé communautaire à l’Université de Californie à Berkeley, au Daily Mail Online. « Cela s’est produit pendant la guerre froide pour le personnel en poste à l’ambassade américaine à Moscou lorsque les Soviétiques bombardaient l’ambassade avec des micro-ondes pour surveiller les communications orales dans le bureau de l’ambassadeur. »

En 2018, William Broad a interviewé Dre Beatrice Golomb et moi pour un article sur ce sujet dans le New York Times. Il a rejeté mes hypothèses. Il n’a pas non plus fait référence à son entretien avec le Dr Golomb ou à l’article qu’elle partageait avec lui, La maladie mystérieuse des diplomates et les radiofréquences pulsées / rayonnement micro-ondes, publié par MIT Press.

L’article du Dr Golomb concluait (3) :
« Les faits rapportés semblent cohérents avec les RF/MW pulsés [radiofréquences de micro-ondes] comme source de blessure chez les diplomates affectés. Les non-diplomates citant des symptômes de RF/MW, souvent avec une exposition aux RF/MW pulsés, signalent des conditions de santé compatibles. L’hypothèse RF/MW, les leçons apprises pour les diplomates et pour les civils affectés par RF/MW peuvent s’entraider. »

La technologie cellulaire et Wi-Fi repose sur une énergie RF pulsée dirigée. Ce polluant environnemental est responsable des nombreuses personnes dans le monde qui souffrent d’EHS en plus de maladies liées aux CEM. Les enquêtes d’auto-évaluation estiment la prévalence de l’EHS entre 3 et 13% dans différents pays. Avec la prolifération massive de dispositifs et d’infrastructures RF et notre exposition croissante aux rayonnements RF, les gouvernements doivent s’attaquer à ce problème de santé publique croissant avec des stratégies réglementaires efficaces, des programmes éducatifs complets, des schémas thérapeutiques efficaces et des recherches approfondies.

Voir aussi : ILLNESS SUFFERED BY US DIPLOMATS LIKELY CAUSED BY PULSED MICROWAVES- NATIONAL ACADEMIES OF SCIENCES REPORT SAYS

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
5G : attendez-vous à des problèmes de peau et de santé généraux
Lectures d’hiver (2021)
De l’irradiation de l’ambassade américaine de Moscou à la 5G : les mêmes mensonges
Témoignage d’un hypersensible en cours de rétablissement

Laisser un commentaire