autisteSeulement 38 % des cas d’autisme seraient d’origine génétique (on croyait autrefois que c’était 90 %) alors que les facteurs environnementaux seraient impliqués dans 58 % des cas, selon une étude portant sur des jumeaux signée en 2011 par des psychiatres californiens qui ont ébranlé le monde scientifique.

Notre collaboratrice Maria Acosta enquête depuis plusieurs années sur l’impact de la pollution chimique et électromagnétique sur l’explosion de maladies neurologiques. « Les statistiques nous le confirment, les pays industrialisés ont le taux des maladies dégénératives plus haut », dit-elle en ajoutant que cela n’a « rien à avoir avec la couleur de notre peau, c’est plutôt notre accès à une panoplie de toxines dû à notre mode de vie trépident et notre dépendance à la nouvelle technologie, particulièrement celle sans fil. »

Cliquez ici pour lire son dossier explorant les cas de l’autisme, de la maladie de Parkinson et de l’Alzheimer.

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
C’est confirmé : le cellulaire cause les mêmes types de tumeurs chez les rats que chez les humains
Une crise aux proportions épidémiques : les preuves
Lecture d’automne (2018)
Premier retrait d’un cellulaire hors norme au Canada

3 Responses

  1. Site web d’une neurologue qui a soigné son fils autrefois autiste, qui a une clinique pour soigner les troubles de santé mentale par l’alimentation. J’ai lu le livre et il est excellent.

  2. Cette diète a bien marché pour son fils, mais elle sera inefficace pour les autistes que j’ai rencontrés. Plus de 50 % des autistes sont intolérants aux produits laitiers, et aussi à des salicylates et benzoates. La diète de l’autiste doit être personnalisée en étudiant l’enfant et en connaissant son groupe sanguin, ses préférences et en essayant différentes approches pour ainsi arriver à une diète appropriée. Les poisons et algues sont hautement contaminés avec des métaux lourds… je ne recommanderais pas cette diète à personne.

Laisser un commentaire