La maison de l’éditeur : neuf ans de planification !

Voici l’histoire de la maison saine et écologique que nous avons fait construire à Sainte-Adèle (Laurentides), en 1998. Mais avant de débuter, permettez-moi de me présenter.

Diplômé en science politique, en communication et en journalisme, je ne connaissais rien à l’habitation – à part la tonte du gazon et la peinture de la maison de mes parents – avant d’être embauché par l’hebdo montréalais Habitabec, en 1989. Rapidement, je me suis passionné pour des concepts tels la qualité de l’air, l’efficacité énergétique et l’énergie solaire, initié par des professionnels, dont l’architecte Christian Ouellet, spécialisé en bioclimatique, ainsi que par les chercheurs de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), Chris Ives, Don Fugler, Virginia Salares et Jim White en particulier.

Surprise : c’est en lisant les recherches de la SCHL que j’appris que, chez mes parents, je m’étais probablement intoxiqué à petit feu en couchant non loin de l’entrée électrique durant mon enfance, puis à l’adolescence en déménageant au sous-sol moisi et sentant le mazout, en appliquant des pesticides, en utilisant de la peinture à l’huile dans des endroits mal ventilés et en me lavant au Varsol! De 1985 à 1990, ma conjointe et moi vivions dans un logement trop humide, trop chaud et mal ventilé, et nous respirions les vapeurs d’une moquette bas de gamme et d’armoires en panneaux de particules liées à la résine d’urée formol émettant des vapeurs de formaldéhyde irritantes et sensibilisantes. Leçon numéro un : j’étais un cordonnier mal chaussé !

Une maison de bois massif « chaleureuse » …

En 1991, ma conjointe et moi achetions une maison canadienne, bâtie en 1977 selon la technique pièce-sur-pièce par Les maisons d’autrefois du Québec : murs faits d’arbres équarris de cinq pouces (12 cm) d’épaisseur, empilés à l’horizontale, et joints scellés à la fibre de verre puis finis d’un ciment appliqué sur une latte métallique. Fait surprenant, la maison n’était pas trop confortable car, malgré le faible niveau d’isolation de ces murs (environ R-6,5, ou, en système métrique, RSI 1,45), ceux-ci étaient passablement étanches à l’air, pas trop vitrés et agissaient comme une masse thermique ralentissant les pertes de chaleur.

L’étanchéité (3,29 changements d’air à l’heure lors d’un test d’infiltrométrie à 50 pascals) n’était pas extraordinaire, mais suffisante pour que le ventilateur de salle de bain et la sécheuse aspirent la fumée du foyer dans la maison (la cheminée de maçonnerie prenait des heures à se réchauffer et donc à « tirer » la fumée dehors)! Leçon numéro deux : les ventilateurs d’extraction ont besoin d’une prise d’air extérieur.

… mais sombre

Autre imperfection : la maison était construite sur une dalle de  de blocs de béton et le plancher du rez-de-chaussée, mal isolé, était froid. Mais c’est le manque de lumière naturelle qui nous dérangeait le plus, dans cette maison. La plupart des fenêtres (étroites et à carrelages) étaient orientées au sud-est, mais la corniche de toit (de 4 pieds ou 1,2 m de largeur) empêchait le soleil de nous chauffer et de nous éclairer gratuitement.

Leçon numéro trois : le jour où je me construirais, je penserais au design solaire passif, mais surtout aux principes des maisons saines pour leurs habitants et la planète, développé par la SCHL.

Cliquer ici pour lire la première partie de la description de notre deuxième maison, bâtie à Sainte-Adèle en 1998. Et voici la deuxième partie.

Bonne lecture!

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
En kiosque (été 2019) Un fonds vert autochtone pour démocratiser l’énergie solaire
Victoriaville exporte son fameux programme Habitation DURABLE
Maison basse consommation : combien ça coûte?
Lecture d’automne (2018)

2 Responses

  1. Michèle Bordeleau

    Bonjour,

    Mon conjoint et moi sommes abonnés à votre revue que nous lisons avec un très grand intérêt. Il est cependant très difficile, voire impossible, d’appliquer des méthodes de construction ou d’utiliser des appareils plus respectueux de l’environnement et ce, à cause des règlements municipaux et des lois gouvernementales qui obligent des façons de faire. Il y a trois ans, nous avons acheté une ancienne terre à bois à La Macaza sur laquelle nous voulions construire notre habitation. Nous avions opté pour une habitation de petites dimensions et sur deux étages construite sur pieux.Mais la municipalité de La Macaza oblige la construction sur fondation de béton continu et d’une superficie minimale de 45 m2. Nous voulions utiliser les toilettes à compost et faire un champ d’épuration pour les eaux grises. La loi sur l’environnement oblige des installations septiques classiques. Suite à cela, nous avons vendu ce terrain pour acheter une petite maison toute faite.
    Merci.

  2. claire André

    Bonjour, J’ai acheté une maison de 1925 dont l’intérieur est tout en lambris de bois mais qui a un grand besoin d’isolation. J’ai lu votre article : &&Les maisons doivent-elles respirer?&& où vous décrivez le type d’isolation des murs de votre maison de 1998. Comment cette combinaison tentest /tyvek /tentest c’est-elle comporté dans le temps ? pendant combien d’années ? y-a-t-il eu des problêmes de condensation à la longue dans l’épaisseur des murs ? sur le tentest extérieur ? Merci de bien vouloir me partager votre expérience. Claire André

Laisser un commentaire