Le programme Rénoclimat est notamment axé sur la mesure de l’étanchéité des maisons et donne droit à des aides financières. © Transition énergétique Québec

Le programme Rénoclimat victime de son succès 

Réginald Paquette savait dans quoi il s’embarquait en achetant une maison de patrimoniale construite en 1890, à Sherbrooke. Mais pas à quel point.

« La maison était mal isolée, elle perdait de l’air partout, raconte l’ancien constructeur d’habitations. Quand j’ouvrais la trappe dans le plancher du salon qui donne sur le vide sanitaire, il ventait dans la maison! On avait 3 000 watts de chauffage qui marchait sans arrêt de l’automne au printemps. »

Il l’a acquise en 2012 pour la moderniser et l’agrandir, de sa superficie originelle de 1 300 pieds carrés (pi2) habitables à 3 400 pi2 aujourd’hui. Malgré cet agrandissement, les améliorations énergétiques qu’il a effectuées ont réduit ses coûts d’énergie, autrefois aux environ de 5 500 $, à moins de 3 000 $ d’électricité et de propane par année.

 

Cet article est réservé à nos abonnés !

Vous-voulez lire la suite ?

Connectez-vous!Abonnez-vous!
Si vous êtes déjà abonné, simplement vous connecter.

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Lectures incontournables (hiver 2020)
Courrier du lecteur (hiver 2020)
Quel chauffage est l’idéal?
Planchers radiants : comment obtenir le confort recherché

Laisser un commentaire