Autosuffisance énergétique : l’hydrolienne suit le courant

La première hydrolienne de rivière qui sera produite au Québec et vendue partout dans le monde fut lancée le 20 juin dernier.

La première hydrolienne de rivière au monde fut lancée en bordure du canal Lachine le 20 juin dernier. © Idénergie

Une entreprise québécoise a mis au point la première hydrolienne domestique au monde qui capte l’énergie fiable d’une rivière. Ressemblant à une petite éolienne immergée, ce système de 50 à 500 watts de puissance vous permet de rendre une habitation autosuffisante en énergie sans utiliser une génératrice polluante.

« Nous sommes les premiers à offrir aux particuliers une solution qui permet de générer de l’électricité à partir d’une rivière assurant une production stable et continue d’énergie », affirme Pierre Blanchet, président d’Idénergie. M. Blanchet a inventé cette hydrolienne dans le cadre de sa maîtrise en énergies renouvelables réalisée à l’École de technologie supérieure de Montréal (ETS).

Cette première hydrolienne de rivière domestique fut conçue en 2011 au Centre d’entrepreneurship technologique (Centech) de l’ETS. Démontable et facile à transporter, l’appareil qui mesure 26 x 52 po (0,66 x 1,3 m) et pèse 200 lb (91 kg) est facilement raccordé à un bâtiment éloigné. Deux personnes peuvent l’installer en une heure dans une rivière d’au moins deux pieds (0,6 m) de profondeur et dotée d’une vélocité d’au moins un mètre par seconde (m/s). L’hydrolienne s’appuie sur le lit de la rivière, mais un dispositif de flottaison sera bientôt offert.

hydrolienne idenergie2

Le générateur est étanche car sans arbre de transmission, ce qui limite l’entretien pour l’usager et assure la longévité du système. © Idénergie

Défi technologique

L’hydrolienne Idénergie est composée d’une double turbine Darrieus en aluminium recyclable choisie pour sa simplicité de fabrication et d’installation, ainsi que sa résistance à la corrosion. Elle est reliée à un générateur conçu sur mesure par Idénergie qui en est le seul fabricant au monde. Ce générateur performant à basse vitesse (60 à 150 rotations par minute) est étanche à l’eau car sans arbre de transmission. Cette innovation permet de minimiser l’entretien pour l’usager (qui est avisé par une alarme en cas de bogue) et assure la longévité du système. La turbine est conçue pour ne pas accumuler les débris comme le bois et les algues. Comme pour une éolienne, sa production augmente de façon exponentielle selon la vitesse de rotation : elle génère entre 2,5 et 12 kilowattheures par jour à une vélocité d’eau de 1,2 à 2,5 m/s.

Cette hydrolienne est aussi munie d’un convertisseur électrique intelligent qui régule la vitesse de rotation de la turbine afin de capter le maximum de puissance contenue dans l’eau. Le convertisseur adapte ensuite la puissance électrique obtenue avec la charge désirée, typiquement de 48 volts en courant continu stocké dans des batteries. Un onduleur y est typiquement greffé pour convertir la charge en courant alternatif utilisé par les appareils domestiques classiques.

Commercialisation

Idénergie vient de tester son troisième prototype avec succès sur un banc d’essai installé dans les rapides de Lachine. L’entreprise vient de produire son premier lot d’hydroliennes et est à valider le produit auprès d’usagers types lors de démonstrations offertes dans plusieurs régions du Québec. Une fois les hydroliennes produites et testées, l’entreprise compte les commercialiser à travers le monde. « Nous vendons présentement l’hydrolienne à 12 500 $ pour les « early adopters » [NDLR : acheteurs pionniers], relate le copropriétaire et directeur financier d’Idénergie, Denis Bastien. Nous lancerons une campagne de prévente au cours du mois d’octobre sur la plateforme Indiegogo et offrirons 5 hydroliennes à un prix spécial de 11 000 $ avant taxes et frais de livraison. »

Idénergie a également instauré le programme Power Up. Ce programme de soutien au développement vise à installer ses hydroliennes domestiques dans les pays émergents où 1,4 milliard de personnes n’ont pas d’accès à l’électricité. Une fois les hydroliennes produites et mises à l’essai au Québec, l’entreprise profitera de l’appui de ses partenaires pour entamer le déploiement de sa technologie à l’international.

« Dans les pays en voie de développement, l’hydrolienne peut soutenir l’agriculture locale en facilitant l’irrigation des champs. Elle peut aussi permettre l’utilisation d’insecticides électriques et contribuer, par le fait même, à réduire la propagation du paludisme dans les régions affectées. Enfin, elle peut améliorer l’accès à l’eau en favorisant l’installation de systèmes de purification d’eau. En plus d’être une solution fiable, notre hydrolienne est une solution propre répondant à la demande toujours croissante en énergie»,  conclut Pierre Blanchet.

Source : journalhabitation.com en collaboration avec André Fauteux

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Powerwall de Tesla : des batteries au lithium pour votre maison

4 Responses

  1. Norman Roy

    Invention intéressante pour quelqu’un qui n’a pas accès au réseau d’HQ, autrement il faut compter une période de remboursement entre 35 et 90 ans en supposant un taux de financement de 0% et un taux d’inflation du tarif de HQ de 2% par an.

  2. Sandra Bisson

    jaimerais bien pouvoir partager cet article svp creer un lien de partage! car cest interressant et les quebecois doivent etre mis au courant merci beaucoup pour votre temps

Laisser un commentaire