Projet de recherche sur la maison ULTIMA ÉCO : repousser les limites de la construction saine et durable au Québec

La maison ULTIMA-ÉCO est dotée d’une charpente en bois massif et de murs-bois intérieurs fabriqués en atelier et isolés au chanvre.

Publireportage

Par Émilie Robitaille et Dominique Pépin-Guay

Article 1 de 4 : Innovations technologiques, patrimoine bâti et aménagement du territoire.

Depuis sa fondation en 2005, LINÉAIRE a développé un concept unique d’écoconstruction à charpente interne de bois massif. Issu du métissage des méthodes ancestrales et des techniques contemporaines de charpenterie et d’écoconstruction, ce type d’habitation durable recèle de nombreuses innovations technologiques. Caractérisé par une esthétique et une qualité de construction remarquables, il assure une haute efficacité énergétique, une parfaite qualité d’air intérieur et vise un objectif zéro déchet.

En 2019, l’entreprise devenue un leader québécois dans la conception et la fabrication de charpentes massives (Timber Frames) se lance dans un projet porteur pour l’avenir de la construction au Québec : la réalisation de la maison ULTIMA ÉCO. Cette habitation est située aux abords du fleuve Saint-Laurent, à L’Islet, en Chaudière-Appalaches. Excellente vitrine pour présenter le travail et la vision de LINÉAIRE, elle est également offerte en location à des fins touristiques. Cependant, l’aspect innovant et particulièrement intéressant de la maison réside dans le fait qu’elle est le haut lieu d’un important projet de recherche, soutenu notamment par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, le Conseil national de recherches Canada et la MRC de L’Islet.

 « La construction de la maison modèle ULTIMA ÉCO vise à mettre de l’avant notre vision de l’habitation d’aujourd’hui. Celle-ci englobe tant le design évolutif, les techniques de construction novatrices, la qualité de vie des habitants, les écomatériaux et leur cycle de vie, l’efficacité énergétique et la séquestration carbone. Bref, elle tient compte d’un ensemble d’aspects importants, trop souvent négligés dans le monde de la construction conventionnelle. » – Samuel Pépin-Guay, cofondateur et copropriétaire

Samuel Pépin-Guay, cofondateur de LINÉAIRE.

Pour mener à bien ce projet d’envergure, LINÉAIRE a formé un impressionnant consortium de recherche. À titre de partenaire, le SEREX est responsable de l’instrumentation et de l’analyse du démonstrateur ULTIMA ÉCO. Le Cégep de Rimouski ainsi qu’une dizaine d’autres experts provenant de différents domaines de la recherche et du développement, de l’analyse environnementale et de la certification écologique, complètent le tableau. Ensemble, ils ont à cœur le projet de démontrer, mesurer et certifier le concept ULTIMA ÉCO.

Afin de mieux comprendre la teneur du projet de recherche et son aspect innovant, Samuel Pépin-Guay, cofondateur et copropriétaire de LINÉAIRE, et Yvan Croteau, travailleur autonome dans le domaine de la planification écologique du territoire et expert au sein du consortium de recherche, répondent à quelques questions.

  1. Quels sont les objectifs du projet de recherche?

S.P-G : L’objectif principal du projet est de réaliser la démonstration en situation réelle du système constructif de la maison ULTIMA ÉCO. La plupart des éléments du système ont déjà été testés individuellement, mais il s’agit du premier projet intégrant l’ensemble des innovations de LINÉAIRE.

Au terme du projet, LINÉAIRE désire attester de la performance d’une maison ULTIMA ÉCO grâce à la certification Living Building Challenge (Défi du bâtiment vivant), qui assure la transformation vers un monde axé sur l’équité sociale, la richesse culturelle et la restauration écologique. 

Les données recueillies permettront également de démontrer clairement les avantages économiques, la valeur écologique (cycle de vie et bilan carbone) et les avantages sociaux du système. Et, finalement, dans le but de transmettre nos connaissances et démocratiser l’écoconstruction, des outils inédits destinés à la vulgarisation, la diffusion et la promotion de cette technique novatrice, performante et durable seront développés.  

  1. En quoi le concept ULTIMA ÉCO présente un avantage déterminant par rapport aux solutions existantes sur le marché?

Elle est écologique, durable et saine. Le design intégré que nous proposons avec le concept ULTIMA ÉCO comporte de nombreuses caractéristiques innovantes telles que :

  • une charpente en bois massif apparente (tenon-mortaise et patrimoniale), interne, donc protégée de l’humidité des murs et autoportante (évolutive car les cloisons sont indépendantes de la structure);

  • une fabrication sur mesure et une flexibilité dans la conception et le style;

  • une préfabrication en atelier de la charpente et des murs-bois (finition intérieure) qui peuvent être teints ou peints sur mesure;

  • une installation rapide et efficace avec très peu de déchets sur le chantier de construction;

  • une durabilité et une pérennité des matières utilisées: bois massif, chanvre, fibre de bois, membrane perspirante.

  1. Yvan Croteau

    M. Croteau, pourquoi l’écoconstruction est une bonne chose pour le propriétaire, la société et la famille ?

  2. YC.: Les occupants d’une maison ULTIMA ÉCO (ce bâtiment-espace-vie) pourront devenir, nous l’espérons, des acteurs du changement social souhaitable. Cette maison offre aux nouveaux propriétaires des possibilités qui dépassent la dimension physique du bâtiment. Ses propriétés, sa performance, sa configuration multifonctionnelle, sa qualité architecturale et l’aménagement extérieur lui confèrent un rôle à la fois environnemental, social et culturel.  

Occuper l’espace urbain et rural dans le respect des seuils écologiques soutenables devrait être impératif et être réfléchi aux différentes échelles de temps et à différents niveaux de perception du territoire (échelle spatiale) et ce, tout au long du cycle de vie d’une maison.

Il faut penser l’habitation comme un véritable milieu de vie qui s’intègre dans un espace vivant, le territoire, et qui laissera aux générations futures un patrimoine collectif à faible empreinte écologique. 

Avec la maison ULTIMA ÉCO, LINÉAIRE souhaite contribuer à l’effort collectif pour bifurquer vers une société en symbiose avec ses espaces habités et ses territoires naturels. Cette conception de l’habitation devient donc aussi un levier pour développer un rapport plus écologique au territoire et faire partie des solutions pour contrer les bouleversements planétaires. 

Une société a pour caractéristique d’évoluer lentement. Cette lenteur n’est pas toujours en phase avec les défis contemporains qui exigent de l’agilité et de l’innovation. L’équilibre entre le besoin de sens, enraciné dans le passé, et le besoin de s’adapter au changement nous invite à explorer de nouveaux horizons.

À raison de 30 millions de mètres cubes de bois produit annuellement, le Québec pourrait construire l’équivalent de 850 000 unités familiales par année. Aujourd’hui, au Québec, l’accès à des matériaux de qualité et de fortes dimensions est de plus en plus difficile à trouver. Le diamètre moyen des arbres résineux et feuillus exploité n’est plus que de 22 cm. Pour le résineux, en 1977, il était de 19 cm, alors qu’aujourd’hui il est moins de 16 cm.  Depuis 1970 le sapin (un bois de faible qualité pour la construction) est en progression constante contrairement à l’épinette. Si l’on souhaite vraiment favoriser des habitations à faible empreinte écologique, il faudra des forêts plus âgées, capables de produire des matériaux de fortes dimensions et qui auront l’avantage d’être plus bénéfiques pour la biodiversité, la collectivité et les générations à venir.

Ce nouveau rapport entre aménagement écologique des forêts et habitations contribuera à concilier économie et environnement grâce à une relation responsable entre les besoins de la collectivité et les conditions des écosystèmes pourvoyeurs de biens et de services écologiques.

Pour conclure, si nous plaçons la maison ULTIMA ÉCO au cœur de la cellule familiale, nous y trouvons plus d’une dizaine de fonctions attribuables à ce bâtiment capable d’assurer une ambiance de sécurité, de créativité et d’efficacité pour le bien-être et l’avenir de ses occupants et son entourage. 


Vous aimeriez aussi
En kiosque : printemps 2021 (Habitat intergénérationnel)
Innovation : des murs et fondations en béton chaux-chanvre projeté (réservé)
Propositions phares 101 idées pour la relance
André Bourassa honoré par l’Ordre des architectes

Laisser un commentaire