La certification LEED, la norme chez KnightsBridge

Projet AdHoc, 2015, certifié LEED Platine.

Projet AdHoc, 2015, certifié LEED Platine.

Tous les projets de KnightsBridge obtiennent la certification LEED or ou platine (les deux échelons les plus élevés sur une possibilité de quatre), et ce n’est pas une mince affaire! Le programme est offert par le Conseil du bâtiment durable du Canada à tous les entrepreneurs qui souhaitent construire selon ces normes très strictes.

Une équipe d’évaluateurs se rend sur les chantiers avant et après la construction. Le projet est noté sur une série de huit points spécifiques, de l’innovation à la gestion de l’eau en passant par les matériaux et l’aménagement des sites.

Simon et Charles-Antoine n’ont pas lésiné sur les efforts afin d’obtenir ces certifications, comme en témoigne Emmanuel Cosgrove, d’Écohabitation, un organisme à but non lucratif qui facilite l’émergence d’habitations saines en conseillant et formant tous les acteurs du domaine de la construction. « Nous voyons des centaines de personnes par année, et les gens de KnightsBridge se sont clairement distingués du lot. Ils ont la soif d’apprendre et ils travaillent toujours sur l’amélioration continue, sans s’arrêter sur une recette. Ce ne sont pas les seuls heureusement, les ÉcoEntrepreneurs [certifiés par Écohabitation] représentent l’élite qui possède en général ces mêmes réflexes », affirme M. Cosgrove.

La capacité d’adaptation de KnightsBridge s’avère une force exceptionnelle : tous les projets de la jeune entreprise passent par une évaluation complète des éléments qui rendront le bâtiment étanche et durable. Lorsque, par exemple, des panneaux solaires avaient été planifiés pour un bâtiment, l’équipe n’a pas hésité à modifier les plans une fois qu’on lui eut fait la démonstration qu’en isolant mieux et autrement, l’économie d’énergie sera supérieure. La certification LEED est en constante évolution, et il n’existe pas de recette parfaite qu’il suffit d’appliquer aveuglément à chaque projet. Chez KnightsBridge, rien n’est acquis : Simon et Charles-Antoine ont à cœur de repousser les limites, même s’il leur faut parfois sortir des sentiers battus.

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Notre Maison à Ormstown : un projet vert éducatif et communautaire
Collectivités viables : les modèles selon Emmanuel Cosgrove (réservé)
Fenestration : Michel Fafard fidèle à ses anciens employés
Maisons usinées vertes : vedettes et recrues prometteuses (réservé)

Laisser un commentaire