Isolation extérieure : un expert conseille d’abandonner le pare-vapeur de polyéthylène

ComfortBoard-IS-289x300

L’isolant ComfortBoard (R-4 par pouce d’épaisseur), de Roxul, est vendu dans les centres de matériaux.

  Plus on accroît l’épaisseur des isolants plastiques à l’extérieur des murs, plus on doit penser à éviter de poser un pare-vapeur de plastique ou d’aluminium du côté intérieur, conseille le docteur en génie ontarien John F. Straube, expert en enveloppe du bâtiment de renommée internationale.

Professeur d’architecture et de génie à l’Université de Waterloo, Straube mesure la performance des assemblages muraux depuis plus de 20 ans dans le sud de l’Ontario, où le climat plus chaud favorise un peu moins la condensation hivernale dans les cavités murales que dans le sud du Québec. Il a constaté que certaines maisons modernes sont plus à risque de pourriture que d’autres, leurs matériaux peu perméables à la vapeur réduisant la capacité d’assèchement en saison chaude des cavités murales mouillées en hiver.

La pire option, selon lui : la paroi dotée d’un véritable double pare-vapeur, avec polyéthylène intérieur et panneau de polyisocyanurate revêtu d’aluminium à l’extérieur. « Elle sèche très lentement lorsqu’elle est mouillée, l’assèchement étant dû uniquement aux petites fuites d’air accidentelles. »

Le nouveau Code de construction québécois exige qu’un isolant R-4 soit posé à l’intérieur ou à l’extérieur des murs des maisons neuves ou agrandies pour réduire la condensation et les pertes de chaleur dues aux ponts thermiques à travers l’ossature (peu isolante). La plupart des codes provinciaux, même celui de la Colombie-Britannique, requièrent un bris thermique d’au moins R-5 ou le feront bientôt, précise le professeur Straube.

Papier kraft

L’architecte André Bourassa, qui vient de quitter la présidence de l’Ordre des architectes du Québec, utilise généralement dans ses murs un pare-vapeur type 2, de marque Scutan 25/25/25, en papier kraft non laminé d’aluminium. John Straube confirme qu’il s’agit d’une bonne stratégie : « Si vous pouvez obtenir du papier kraft, je l’utiliserais certainement (ou une peinture pare-vapeur) à l’intérieur d’un mur recouvert d’un pouce de polystyrène extrudé (PSX R-5). »

Le PSX est souvent utilisé à l’extérieur des murs modernes, de type Novoclimat, avec un pare-vapeur de polyéthylène 6 millièmes de pouce (0,15 mm) à l’intérieur du mur, derrière le gypse. En général, ce genre de mur ne pose pas problème, car en réchauffant l’extérieur du mur, le PSX a l’avantage de réduire les risques de condensation. Par contre, si le pare-vapeur est scellé avec un ruban gommé, il réduira les fuites d’air favorisant la condensation, mais il empêchera aussi l’assèchement vers l’intérieur de la condensation ou de l’eau qui pourrait s’infiltrer dans la cavité murale, phénomène de plus en plus fréquent en raison des changements climatiques (pluies et vents violents, cycles gel-dégel plus fréquents, etc.).

Le polyéthylène et le PSX sont moins perméables à l’humidité qu’une peinture pare-vapeur ou un pare-vapeur en papier kraft. Quant au polystyrène expansé (PSE, R-4 au pouce), il est un peu plus perméable que le PSX, pour une même épaisseur. Notez toutefois que si une membrane pare-air polyoléfine (de type Tyvek ou Typar, par exemple) est laminée sur l’isolant, elle réduit sa perméabilité à la vapeur.

Conclusions

Voici les résultats des analyses du professeur Straube :

• Mur avec PSX 1 po (25 mm) à l’extérieur et aucun polyéthylène à l’intérieur : condensation et mouillage de la cavité murale nord pendant l’hiver en raison du taux élevé (45 %) d’humidité relative dans la maison. Ce mur a toutefois séché assez rapidement en saison chaude;

• Mur avec PSX 1 po (25 mm) et peinture pare-vapeur : peu de problèmes d’humidité en hiver, assèchement rapide en été;

• Mur avec PSX 1,5 po (38 mm) et polyéthylène : a séché assez rapidement, car le PSX permet encore une certaine diffusion de la vapeur utile. Les colombages de bois mouillés avant l’installation n’ont montré presque aucun signe de mouillage lorsque le mur a été ouvert.

« Le meilleur mur que nous ayons testé dans le climat de l’Ontario était celui avec 1,5 po [38 mm] de PSX et aucun polyéthylène, dit John Straube. Ce mur ne présentait aucun problème de condensation en hiver et, s’il était mouillé, il séchait très rapidement au printemps. Deux pouces [51 mm] de laine de roche (ComfortBoard) ou 1,5 po [38 mm] de polyiso feront aussi l’affaire tant qu’on se passe du polyéthylène tout en s’assurant d’avoir une très bonne étanchéité à l’air et de ventiler la maison mécaniquement pour réduire le taux d’humidité. Ainsi, vous aurez un mur solide procurant confort et économie d’énergie. »

John Straube évalue présentement d’autres coupes de mur qui répondront aux exigences des prochains codes en matière d’isolation extérieure, notamment avec 2 po (51 mm) de polyiso, 2,5 po (64 mm) de PSX et 3 po (76 mm) de laine de roche, toujours sans polyéthylène intérieur afin de permettre un séchage vers l’intérieur. « Jusqu’à présent, dit-il, ces murs ont bien fait dans l’hiver ontarien avec des températures chutant jusqu’à -24 degrés Celsius [-11 oF] tout en restant très, très secs (10 % d’humidité ou moins). »

Pour en savoir davantage

Nouvelles normes d’isolation : des experts craignent que certains murs pourrissent

Les murs doivent-ils respirer?

Quel isolant préférez-vous? 

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Isoler son sous-sol
Comment choisir un pare-vapeur
Comment choisir une membrane pare-air (réservé)
Sous-sols humides : résumé des solutions

11 Responses

  1. madeleine longfchamps

    ont va se batir une maison cette automne en campagne dans la beauce ont aimerais savoir pour l.isolation de notre maison qu.elle est la bonne pour le plancher sous sol et les murs je vais avoir un toit cathedrale se sera une maison plain pied avec sous sol merci ….

  2. agfauteux

    Sous une dalle de béton, le polystyrène expansé (plus écolo que l’extrudé bleu ou rose) ou le polyuréthane donnent les meilleures performances. Pour les murs hors sol et les plafonds, la cellulose est mon premier choix mais on peut aussi ajouter un po des isolants mentionnés ci-haut pour couper les ponts thermiques, ou du carton fibre. Pour les murs de fondations, ces deux isolants plastiques sont excellents mais la laine de roche haute densité (Rockboard, de Roxul) fait de plus en plus d’adeptes chez les concepteurs et constructeurs verts.

  3. Norman Roy

    Est-il normal que la cellulose se tasse dans les murs au point de laisser un vide dans le haut du mur jusqu’à 1′ pour un mur de 9′?

    1. agfauteux

      C’est seulement «normal» quand la cellulose n’a pas été injectée selon les règles de l’art, soit à haute densité (au moins 3 livres au pied cube) ou sinon avec de la colle. J’ai bien peur qu’il faudrait ouvrir les murs si une thermographie infrarouge confirme que cela s’est produit partout dans votre maison.
      Contact : http://www.thermographiegg.com

  4. Oscar Michaud

    Bonjour, comment amélioré l’isolation d’un petit bungalow 24’X36′ construction 1973. Je dois changer le revêtement extérieur qui est en aluminium et j’en profiterais pour isoler si possible. je demeure sur la rive sud de Montréal. Merci Oscar Michaud

  5. C’est le moment idéal pour poser du polyuréthane giclé ou des panneaux de polystyrène extrudé ou expansé ou de fibre de bois (le nouveau panneau Sonoclimat ECO4) pour isoler l’extérieur du mur avant de poser un nouveau revêtement extérieur. Comme votre mur de 1973 doit être isolé environ R-12, ajoutez idéalement R-8 ou R-10 ou même R-15 ou R-16. Assurez-vous que le tout soit étanche à l’air – les joints des panneaux non chevauchés posés sur une garniture d’étanchéité de type l’etafoam puis recouverts d’un ruban gommé de qualité comme le nouvel Joint SealR d’Owens Corning. L’entrepreneur doit s’assurer de ne pas créer un double pare-vapeur en ajoutant trop d’isolant plastique à l’extérieur du mur si l’intérieur est doté d’un pare-vapeur de polyéthylène étanche, ce que je doute fut fait en 1973 toutefois.

  6. Hugues Duchesneau

    Je me construis cet été. EVR haut rendement, murs fait selon vos conseils. Donc j ai absolument confiance de ne pas avoir de problèmes l hiver. Par contre, ou j ai peur c est l été. Je vais climatiser et avec nos été chaud et humide je crois que le froid va attirer cette humidité vers l intérieur. Ai-je raison? et si oui quelle est la meilleur facon de faire pour ne pas avoir ce problème l été. Merci

  7. Durant les canicules, étanchéité, isolation et ombrage sont les clés pour conserver le jour la fraîcheur accumulée en ventilant la nuit, et aussi verdir nos propriétés évidemment!

  8. Bonjour , cet article date d’il y a quelques temps et parle de test sur des compositions avec une plus grande épaisseur d’isolant extérieur par M. John Straube. Avez-vous des nouvelles et conclusions sur ces test?

Laisser un commentaire