Constructions non conventionnelles: le défi des hypothèques et permis

Des citoyens allumés me demandent souvent s’il est difficile d’obtenir du financement pour une construction écologique. Tout dépend si votre maison fait l’objet d’un projet de recherche (esthétique, technique, etc.) ou s’il s’agit d’une construction classique plus respectueuse de la pérennité planétaire. Dans le premier cas, oui, il peut être difficile d’obtenir du financement, car certains prêteurs ne sont pas convaincus que les autoconstructeurs idéalistes maîtrisent les techniques élémentaires de la construction. Souvent, les plans soumis ne sont pas des plus convaincants, ni des plus professionnels. On ne rit plus : des croquis au plomb griffonnés sur l’envers d’un calendrier ont déjà été présentés avec une demande de permis!

Valeur en cas de reprise

Vous pensez qu’il est préférable d’aménager l’intérieur de la maison sur quatre  étages et demi parce que cela réduit l’empreinte au sol des fondations ? L’objectif du prêteur est de s’assurer que la garantie de prêt — soit l’immeuble que vous projetez de construire — aura une valeur prévisible suffisante sur le marché de la revente. Si le design de la bâtisse est tellement bizarroïde qu’il n’est susceptible de plaire qu’à un faible pourcentage d’acheteurs potentiels, sa valeur en sera grandement diminuée. Le revêtement extérieur de stuc, que vous trouviez si pittoresque lors de votre dernier séjour en Provence, risque-t-il d’être fissuré de partout et de laisser lapluie — plus abondante qu’en Provence — s’infiltrer par le haut des fenêtres, du côté du vent dominant ? Ce genre de maison, même si elle est écologique, n’aura pas une valeur de revente intéressante. Elle risque même de devenir un cas de vice caché, LE cas dont tous vos voisins risquent de parler

>> Découvrez l’article au complet d’André Bourassa.

Constructions non conventionnelles: le défi des hypothèques et permis
Size : 130.7 kB Format : PDF

 

 

 

Auteur

Dernières publications

Laisser un commentaire