Comment favoriser les 3RV en construction

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le bois représente le tiers des rebuts de construction, rénovation et démolition.

Le milieu de la construction, de la rénovation et de la démolition (CRD) est l’un des grands générateurs de matières résiduelles au Québec. En effet, 22 % des matières que l’on retrouve dans les lieux d’élimination au Québec sont des résidus provenant de ce secteur. En 2011, ce sont 1,2 million de tonnes de résidus CRD qui ont été enfouis ou incinérés. La réduction de l’élimination dans ce secteur est une priorité, tant pour le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs que pour RECYC-QUÉBEC. Le plan d’action de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles vise entre autres à acheminer vers un centre de tri 70 % des résidus de construction, de rénovation et de démolition du segment du bâtiment.

Le bois (33 %), les agrégats (18 %), les bardeaux d’asphalte (19 %) et le gypse (15 %) sont les matières que l’on retrouve en plus grande quantité dans un conteneur de résidus de CRD. Pourtant, la plupart de ces matières ont un fort potentiel de recyclage, et, dans le cas du bois, un potentiel très intéressant de réemploi. En effet, le recyclage des résidus CRD prend de plus en plus de place dans l’industrie, mais encore trop peu de place est accordée à la réduction et au réemploi, qui représentent pourtant les deux premières étapes de la hiérarchie des 3RV.

Il est vrai que la pratique du réemploi recèle quelques défis. Par exemple, lors d’un processus de déconstruction, les matériaux doivent être préparés et classés pour pouvoir être réutilisés. L’échange de ces matériaux n’est pas toujours facile et nécessite souvent entreposage et temps pour établir des contacts. De plus, le coût de certains matériaux neufs demeure très bas, ce qui peut nuire à l’avantage économique du réemploi.

Par contre, ces embûches sont tout à fait surmontables et il existe plusieurs cas inspirants de grandes organisations ou de particuliers qui se sont engagés dans des processus de déconstruction et qui ont favorisé les 3RV dans leur processus de construction.

Un exemple concret

Dans le cadre du déménagement de ses bureaux de Québec, RECYC-QUÉBEC s’est engagé dans un processus d’aménagement qui favorise les 3RV. Voici quelques exemples de cette démarche.

Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas! Le premier « r »,  la  réduction, peut amener à avoir un point de vue nouveau sur nos projets. Nous avons souvent le réflexe de vouloir tout cacher, pourtant, pourquoi utiliser de la matière pour recouvrir des éléments qui n’en ont pas besoin? Dans le cadre de notre projet, les colonnes en béton par exemple n’ont pas été recouvertes de gypse et il a été décidé de ne pas mettre de tapis pour la salle des serveurs, puisque cela n’était tout simplement pas nécessaire. On réduit ainsi les coûts, mais aussi l’utilisation de matière.

Pour ce qui est du deuxième « r », le réemploi, l’objectif de notre organisation était d’utiliser le moins d’éléments neufs possible et de multiplier les fonctionnalités des matières utilisées. Pour ce faire, l’équipe de RECYC-QUÉBEC a eu recours à plusieurs ressources. Le magasin Québec Aubaines Recycle a permis de trouver des fenêtres en baie, qui délimitent certains espaces tout en faisant passer la lumière du jour, ainsi qu’un évier pour la cuisine. Un chantier de démolition d’un édifice patrimonial de la région a permis de récupérer de nombreuses portes d’armoires ainsi que des bases de tables qui ont été transformées par l’écodesigner, Mario Lambert, qui a pris soin d’y intégrer des résidus d’une usine de contreplaqué. La Matériauthèque des Bois-Francs a permis à l’équipe de s’approvisionner en bois récupéré, qui  en plus d’être placé de manière esthétique sur les murs des bureaux, permet aussi de créer un mur acoustique, alors que des caissons en mélamine usagés ont été utilisés pour refaire la reprographie.

Finalement il est parfois possible de s’approvisionner dans les surplus d’hôtels qui changent régulièrement la décoration et l’ameublement de leurs chambres ou encore sur les annonces classées. Après une visite chez le rembourreur, le mobilier redevient comme neuf. À ce titre, Réseau bureautique nous a permis de réusiner nos anciens bureaux de travail et nos filières.

Quant au troisième « r »,  le recyclage, il existe maintenant plusieurs produits à contenu recyclé facilement disponibles sur le marché. Dans le cas du projet de RECYC-QUÉBEC, nous avons favorisé le  gypse à contenu recyclé,  du contreplaqué fabriqué à partir de résidus CRD,  des tapis recyclés et recyclables ou encore du marmoléum fabriqué en partie de bran de scie. Dans ce type de projet institutionnel, les surfaces à peindre sont habituellement giclées au fusil. Des tests ont été effectués et il a été possible d’utiliser de la peinture Boomerang entièrement récupérée compatible avec cet outil pour l’ensemble des locaux, l’apprêt comme la peinture de finition.

Au-delà des 3RV, il est aussi bon de penser à la fin de vie des matériaux que l’on utilise et ainsi de favoriser les produits qui seront recyclables. Il faut savoir que le bois brut a une bien meilleure valeur en fin de vie et un plus grand potentiel de réemploi ou de recyclage que la mélamine, par exemple.

Une bonne gestion de vos déchets et de vos résidus lors de votre processus de construction, de rénovation et de démolition est primordiale. Prévoyez à l’avance le genre de déchets que vous comptez générer et les ressources disponibles dans votre région en termes de réemploi et de recyclage. Aussi, assurez-vous de bien informer les intervenants qui travaillent sur votre projet pour qu’ils puissent effectuer un tri dès le départ, pour qu’un maximum de matières puisse faire l’objet de réemploi ou encore être recyclées.

Lorsqu’on décide de faire de la réduction, du réemploi et du recyclage une priorité, il est vrai qu’il faut être prêt à investir un peu plus de temps lors de la phase de planification, pour trouver les matériaux et s’assurer de bien les intégrer dans notre projet.

De nombreux intervenants, dont RECYC-QUÉBEC, travaillent à développer des outils et des ressources afin de faciliter le processus des 3RV dans le domaine de la construction, de la rénovation et de la démolition. D’ici quelques années, nous espérons qu’une saine gestion des matières résiduelles devienne la norme sur tous les chantiers  pour aider à faire du Québec une société sans gaspillage.

Voici d’autres adresses qui pourraient vous être utiles dans votre démarche de 3RV :

Bourse des résidus industriels du Québec (annonces classées pour entreprises)
Portail Second Cycle (achat, vente de matériel usagé)
Portail Voir vert (offre et demande pour matériaux récupérés)
Écohabitation (section complète sur les 3RV)
Matériauthèque de la Maison du développement durable 

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Manifeste en faveur de l’habitation durable
Collectivités viables : les modèles selon Emmanuel Cosgrove (réservé)
La passion de Nicolas
Rebuts de chantier : soyez un as du 3RV des CRD (1ère partie) (réservé)

Laisser un commentaire