Filtres à eau : trois fournisseurs chevronnés

La qualité de l’eau potable est une préoccupation croissante dans notre monde moderne caractérisé par la pollution industrielle qui contamine notre planète d’un pôle à l’autre. Les consommateurs inquiets et mal informés ne savent toutefois pas vers qui se tourner pour savoir si et comment ils devraient traiter leur eau domestique. Le CAA Habitation s’avère notamment une ressource incontournable pour trouver des fournisseurs tout aussi fiables. Bien qu’il facture les entrepreneurs qu’il recommande, l’organisme s’assure d’abord de sonder 25 de leurs clients qui doivent se dire hautement satisfaits de leurs services. Par ailleurs, il existe plusieurs autres entreprises très expérimentées qui comptent de nombreux clients satisfaits. Voici trois d’entre elles que vous pouvez consulter.

Solutions limpides

DoucEau-ScaleBuster-gamme-1

Le détartrer DoucEeau (Scalebuster en Angleterre).

Microbiologiste de formation, Didier Plaat a travaillé en recherche universitaire et pharmaceutique pendant 23 ans avant de fonder son entreprise, Solutions Limpides, en  2006. Sa mission : « contribuer à la protection de l’environnement en fournissant des alternatives économiques, saines et écologiques aux traitements conventionnels de l’eau pour ses applications domestiques et commerciales ». Pour Didier Plaat, cela passe par le traitement de l’eau sans produits chimiques.

Par exemple, il propose le détartreur DoucEau, l’appellation de Solutions Limpides pour un produit du Royaume-Uni, le ScaleBuster qui ne requiert aucun courant et ne génère donc aucun champs électromagnétique, explique M. Plaat : « Il s’agit d’un réacteur dynamique qui fonctionne avec trois principes actifs physiques : la cavitation, la galvanique (rapprochement de charges ioniques) et la friction (production de charges électrostatiques). Cet appareil est certifié NSF 61 pour contact avec l’eau potable et le laiton qu’il contient est sans plomb. »

oxyfere3000

L’Oxyfère 3000.

Solutions Limpides propose également diverses technologies pour retirer le soufre, le fer, l’arsenic, les nitrites-nitrates, les tanins, les ions calcaires et autres polluants de l’eau. Par exemple, l’Oxyfère, « un filtre actif qui fonctionne selon un principe d’oxydoréduction qui permettra de précipiter les métaux dissous et agira ensuite comme un filtre au sable conventionnel ». Ce système coûte entre 2 200 $ et 3 200 $ selon le modèle et requiert un changement de média aux 5 à 10 ans pour 1 000 $.

Pour purifier l’eau de consommation, le système PurEauMax UF PDU (ultrafiltration au point d’utilisation) se pose sous un évier. Il élimine le chlore, le goût métallique, les odeurs de soufre et divers produits toxiques comme les acides haloacétiques et les trihalométhanes tel le chloroforme. Ce système d’ultrafiltration coûte environ 285 $ plus l’installation (configurée selon chaque maison) et comprend trois cartouches : un filtre à sédiments, un charbon activé en bloc, une membrane d’ultrafiltration à fibres creuses.

« L’osmose inverse est un traitement plus drastique qui retire tous les minéraux de l’eau, bénéfiques ou non, explique M. Plaat. Ce système sous l’évier coûte environ 400 $ avant installation. Il comprend une membrane différente de l’ultrafiltration et une cartouche de polissage au charbon activé granulaire supplémentaire. Pour l’ultrafiltration, on change les trois cartouches aux deux ans si la consommation est de faible à modérée, chaque année si elle est plus élevée. »

Le système NaneEauDouce.

Le système NaneEauDouce.

Le NanEauDouce, un système de nanofiltration tangentielle, est le mieux adapté aux applications résidentielles, ajoute Didier Plaat. « À l’instar du PurEauMax O.I., on l’installe au point d’entrée. Il permet véritablement d’adoucir l’eau en retirant jusqu’à 90 % des ions-calcaires préalablement rendus sous forme de colloïdes, sans régénérations périodiques au sel. Il retirera aussi une grande partie des ions métalliques bivalents ou plurivalents comme le plomb, l’arsenic, le fer, le manganèse, le calcium, le magnésium et d’autres ions ou molécules organiques nuisibles comme les nitrites-nitrates, les complexes organo-argileux et les tanins. Il permet aussi souvent de réduire les odeurs de soufre désagréables dues aux ions sulfates ou à l’hydrogène sulfureux (H2S) responsables de l’odeur d’œuf pourri. Bref, on obtient ainsi une eau douce, sans inconvénients de taches ou de dépôts colorés, sans goût ou odeurs désagréables et enfin, non corrosive car mieux équilibrée, par une présence résiduelle ionique bénéfique, que l’eau osmosée. »

Ce système coûte au moins 4 000 $ et l’entretien minimal consiste à changer les filtres (entre 15 $ et 30 $) aux six mois et la membrane (325 $) environ aux trois ans.

www.solutionslimpides.com

 

Purismeau

Depuis 1993, le diplômé en plomberie Daniel Oligny vend, installe et entretient divers systèmes haut de gamme de traitement de l’eau domestique. Il est réputé parmi ses clients (dont je suis) pour la qualité de son service. Que l’eau soit fournie par un aqueduc ou un puits, il s’occupe de tous types de problèmes — contamination bactérienne ou chimique, dureté, entartrage, corrosion, fer, taches sur les vêtements, la vaisselle ou les appareils sanitaires, odeur de soufre, eau argileuse, etc. Il offre des tests de qualité d’eau effectués par un laboratoire indépendant homologué par le ministère de l’Environnement du Québec.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le système à osmose inverse installé chez moi par Daniel Oligny est complété par une cartouche de reminéralisation et un ioniseur.

Pour l’eau de consommation, l’osmose inverse est sans contredit son produit phare. Il l’a installé chez quelques centaines de clients préoccupés par les pesticides et autres contaminants chimiques non filtrés par les municipalités. Il propose un système à six stades de filtration coûtant environ 975 $ incluant l’installation. À l’usage, cela est plus abordable et écologique que l’eau embouteillée. Ce système comprend un préfiltre à sédiments, deux préfiltres au charbon (un granulé et un bloc dont le contact avec l’eau est plus grand), une membrane d’osmose inverse, un postfiltre au charbon granulaire (qui élimine le goût de caoutchouc que certains perçoivent et qui provient du réservoir de stockage de grade alimentaire) et un postfiltre de grade pharmaceutique qui capte les bactéries qui pourraient provenir du réservoir de stockage.

Trois facteurs expliquent le coût de ce système :

Premièrement, le second préfiltre au charbon sert à mieux protéger la membrane d’osmose inverse qui peut être brûlée par une surdose de chlore. M. Oligny dit avoir déjà vu cela à Longueuil après que la ville eut traité un aqueduc contaminé.

Deuxièmement, la membrane d’osmose inverse a une capacité élevée de production de 80 gallons US par jour à une pression de 60 livres par pouce carré et à une température de l’eau de 70 oF (21 oC). En hiver, à cause de la basse température de l’eau, la membrane a une capacité de production d’environ 40 gallons US. Malgré cela, la vitesse de remplacement de l’eau utilisée reste adéquate pour la plupart des ménages.

Troisièmement, le postfiltre de grade pharmaceutique 0,2 micron absolu (aucun trou n’est plus gros) capte toute bactérie qui pourrait provenir du réservoir de stockage non stérile.

Le système complet est assorti d’un contrat de service de 180 $ par année. Ce prix forfaitaire comprend l’entretien complet de l’appareil, la main-d’œuvre et le déplacement. De plus, toutes les pièces sont garanties et changées au besoin.

Comme l’osmose inverse rend l’eau acide en captant la quasi-totalité des minéraux, M. Oligny  propose également une cartouche de reminéralisation qui alcalinise l’eau de consommation. Il en coûtera 85 $ pour ajouter cette cartouche lors de l’installation et 45 $ pour son remplacement lors de l’entretien annuel.

Pour les gens éprouvant des problèmes de peau sèche et de démangeaisons causées par un excès de chlore ou pour ceux qui savent qu’il n’est pas bon pour la santé de boire, de respirer ou d’absorber par la peau les sous-produits du chlore (chloroforme et autres trihalométhanes cancérogènes que l’on retrouve parfois en concentrations élevées dans l’eau municipale), il propose l’installation d’un filtre central au charbon activé sur l’entrée d’eau. Ce traitement de l’eau des bains et des douches vise l’élimination des polluants précédemment mentionnés (coût d’environ 1 650 $).

En terminant, Daniel Oligny offre depuis peu un ioniseur d’eau haut de gamme qui sépare, par électrolyse de l’eau, les minéraux alcalins bénéfiques des minéraux acides (chlore, fluor, etc.). « Cette technologie vise à alcaliniser l’organisme, à donner une eau extrêmement antioxydante, oxygénante et hydratante. Le système, de marque KANGEN, vendu à des dizaines de milliers d’exemplaires dans le monde depuis 1969 et utilisé dans certains hôpitaux japonais, est le seul ioniseur d’eau à détenir une certification ISO 13485 de dispositif médical », fait valoir M. Oligny.

purismeau.com

 

Produits Aqua Santé

eps-halifax

Éminé Piyalé-Sheard a investi près de 20 000 $ et consacré six mois de son temps pour tester plusieurs ioniseurs.

Titulaire d’une maîtrise en administration des affaires et d’une maîtrise en gestion de l’environnement, Éminé Piyalé-Sheard navigue en environnement depuis près de 25 ans, notamment à titre de consultante pour appuyer le développement et la commercialisation de produits et de technologies novateurs qui contribuent à la santé humaine et à la préservation de l’environnement.  

Un jour, sa belle-mère, une survivante du cancer, lui raconte qu’elle s’est procuré un ioniseur d’eau électrique, et que le fait de changer l’eau qu’elle consommait avait nettement amélioré sa qualité de vie. « J’étais un peu sceptique au départ, mais j’ai constaté de mes propres yeux que les deux chiens âgés de mon père, qui choisissaient systématiquement de boire de l’eau ionisée plutôt que l’eau non chlorée d’un puits lorsqu’on leur présentait les deux options, sont devenus moins arthritiques et avaient plus d’énergie, comme s’ils avaient rajeuni de quelques années. »

Cela a piqué sa curiosité : la préférence des chiens pour l’eau ionisée ne pouvait certainement pas être attribuée à l’effet placebo qu’elle soupçonnait chez sa belle-mère. Elle a donc commencé à faire des recherches plus approfondies au sujet de cette technologie, encore méconnue en Amérique du Nord mais commercialisée en Asie depuis plus de 40 ans. » Les recherches scientifiques, issues principalement d’universités asiatiques, démontraient les bienfaits pour la santé d’une eau vivante, antioxydante, structurée et alcaline dont les propriétés sont similaires à celles d’une eau de source à la source, dit-elle. L’eau ionisée aide à équilibrer le pH [potentiel hydrogène ou équilibre acido-basique] du corps, améliore l’hydratation et la détoxication des cellules et agit comme antioxydant puissant pour neutraliser les radicaux libres, étroitement liés à l’inflammation et à des maladies dégénératives comme le cancer. »

Éminé décide donc de se procurer un ioniseur en 2008 pour son usage personnel. Elle commence à partager son eau ionisée avec des personnes de son entourage qui souffrent de divers problèmes de santé, tels qu’arthrite, fibromyalgie, hypertension, reflux gastriques et autres problèmes liés à l’acidité et à la déshydratation du corps. Les améliorations qu’elle constate auprès de ces personnes l’incitent à fonder Produits Aqua Santé deux ans plus tard, en 2010, afin de faire connaître cette technologie au Québec et de sensibiliser les gens à l’importance d’une eau de qualité comme pilier de la santé. « L’eau, c’est tellement vital et important pour l’équilibre interne de notre corps, insiste-t-elle. Or, trois personnes sur quatre sont déshydratées sans même le savoir. »

Avant de lancer Produits Aqua Santé, Éminé effectue une étude de marché approfondie et constate qu’une des principales entreprises à offrir des ioniseurs au Québec utilise des techniques de vente en réseau comprenant de multiples paliers de commissions, ce qui peut faire augmenter le prix des appareils du simple au double et les rendre ainsi inaccessibles à la majorité du monde. En parlant avec des gens, elle constate aussi le manque de connaissances de certaines personnes qui se lancent dans la vente en réseau d’ioniseurs d’eau. « On ne peut pas devenir expert d’un sujet aussi complexe que l’eau et la santé du jour au lendemain. Or, tout acheteur de certaines marques d’ioniseurs peut devenir revendeur sans démontrer qu’il détient les bases nécessaires pour bien conseiller les clients. Pour ma part, je m’appuie sur de nombreuses années dans le domaine de l’environnement et sur mon intérêt marqué pour la santé holistique pour produire le contenu de mes articles, vidéos, conférences et webinaires et pour accompagner mes clients vers l’atteinte de leurs objectifs santé. »

Éminé a investi près de 20 000 $ et consacré six mois de son temps pour tester plusieurs ioniseurs afin de choisir le fabricant avec lequel elle ferait affaire pour s’assurer d’offrir un produit de qualité. « Ça ne me dérangeait pas de payer un peu plus cher pour un ioniseur fabriqué par une entreprise établie dont les produits ont démontré leur durabilité et leur fiabilité dans le temps. J’ai donc élagué en partant les entreprises qui démarraient dans ce créneau ainsi que les assembleurs de pièces qui n’ont pas le plein contrôle sur la qualité de leurs produits. Après ce tri initial, j’ai acheté plusieurs modèles d’ioniseurs de fabricants différents pour les évaluer dans ma cuisine sur un nombre de critères différents, un peu à la façon des tests effectués par le magazine Protégez-Vous. Je les ai même démontés — je suis très manuelle et patenteuse — pour évaluer la qualité des composantes internes. »

L'ioniseur Max Royale, de Chanson Water.

L’ioniseur MAX Royale, de Chanson Water.

C’est sur la base de ces tests qu’elle a choisi comme fournisseur principal Chanson Water, une entreprise taïwanaise à échelle humaine fondée en 1979 qui se spécialise dans la filtration et l’ionisation de l’eau. « Je les ai choisis pour leur leadership en tant qu’innovateurs dans le domaine de l’eau ionisée, la durabilité démontrée de leurs produits, la garantie à vie contre défauts de fabrication, leur expertise en matière de préfiltration, la faible consommation énergétique ainsi que le design et la fonctionnalité de leurs produits. D’autre part, le centre de services canadien de Chanson offre une qualité de service après-vente exceptionnelle, un atout non négligeable pour un investissement de cet ordre de grandeur, car on n’achète pas uniquement un ioniseur, mais le service après-vente pour les 15 à 20 prochaines années. »  Produits Aqua Santé propose quatre modèles d’ioniseurs électriques dont les prix varient de 1 495 $ à 3 095 $ et met à la disposition de ses clients par l’intermédiaire de son site web des vidéos pour l’installation, l’utilisation et l’entretien de ses produits.

Purificateurs d’eau BERKEY

Au fil des ans, Éminé a intégré d’autres technologies de traitement de l’eau à l’offre de Produits Aqua Santé, notamment une solution de rechange à l’osmose inverse. « L’osmose inverse crée une eau très pure, libre de contaminants, mais les gens ne savent pas qu’elle est « strippée » de toute sa vitalité. C’est une eau « morte », sans minéraux ni énergie, avec un pH très acide de 5. Il s’agit donc d’un solvant agressif qui contribue à l’acidification et à la déminéralisation du corps. Beaucoup d’entreprises vendent des systèmes d’osmose inverse par l’entremise de vendeurs à domicile, mais ces vendeurs ne sont généralement pas conscientisés quant à l’impact de cette eau sur la santé à long terme. Après des années à boire de l’eau osmosée, beaucoup de gens, qui en plus ne s’alimentent souvent pas de façon optimale, commencent à développer des problèmes d’acidité et d’inflammation qui contribuent à de multiples problèmes de santé à moyen et long terme. » Eminé, qui siège comme bénévole au conseil d’administration de la Coalition Eau Secours! pour une gestion responsable de l’eau, déplore aussi le gaspillage énorme d’eau potable associé à cette technologie. « Pour produire un litre d’eau osmosée, il y a de quatre à six litres servant à nettoyer la membrane d’osmose qui vont directement au drain! »

berkey-benelux-1

Les filtres Black Berkey produiraient de l’eau pure à moindre coût et de façon plus écoefficace.

C’est en cherchant d’autres technologies plus « écoefficaces » pour purifier l’eau qu’elle découvre les purificateurs d’eau Berkey. Conçus en Angleterre par Royal Doulton dans les années 1830 à la demande de la reine Victoria qui cherchait à enrayer les maladies causées par les bactéries présentes dans l’eau de la Tamise, les purificateurs Berkey sont des systèmes à deux réservoirs qui fonctionnent par gravité et  avec des éléments de purification brevetés à base de céramique et de charbon de noix de coco, notamment. « Les filtres Black Berkey sont extraordinaires, explique Éminé : tel que cela a été démontré par les résultats de tests d’un laboratoire indépendant, ils éliminent de 99 à 99,9 % des virus, bactéries, parasites, métaux lourds, hormones, produits chimiques, résidus pharmaceutiques et produits pétroliers présents dans l’eau. Ça assure l’accès à une eau complètement libre de contaminants, mais pas déminéralisée ni acide, et ce, que la source d’eau soit potable ou non. Par exemple, lorsqu’il y a eu un déversement accidentel de 28 000 litres de diesel dans le fleuve Saint-Laurent à Longueuil en janvier 2015, nos clients de la Rive-Sud qui avaient un Berkey pouvaient continuer à boire l’eau du robinet malgré les interdictions en vigueur, car leur purificateur se chargeait de retirer le diesel à 99,9 %. Même les gens qui avaient des systèmes d’osmose inverse ne pouvaient pas boire l’eau du robinet, car les produits pétroliers endommagent la membrane d’osmose faite en caoutchouc. »

Les filtres nettoyables rendent les systèmes Berkey encore plus intéressants. « D’un point de vue écologique, les Berkey produisent donc moins de déchets que tous les autres systèmes de filtration sur le marché, car des filtres usés, toutes marques confondues, contaminés par de multiples substances, ne sont pas recyclables. Lorsque le débit diminue, il suffit de frotter les éléments Black Berkey sous l’eau courante avec un tampon à récurer et le tour est joué. Et on ne s’intoxiquera jamais, car le système ne peut pas relarguer les polluants qui restent emprisonnés dans le médium filtrant. Au contraire, les filtres deviennent de plus en plus efficaces avec l’âge, mais aux dépens du débit qui finira par être si lent qu’il faudra éventuellement changer les filtres au coût de140 $ la paire. La durée de vie d’une paire d’éléments Black Berkey est d’environ 22 000 litres avec l’eau de l’aqueduc, comparativement à 150 litres pour un filtre Brita.  Ça fait en sorte que l’eau purifiée à 99,9 % par un Berkey, libre de polluants biologiques et anthropiques [créés par l’homme], revient moins cher par litre que l’eau d’un Brita qui ne retire que le chlore et une partie du plomb parfois retrouvé dans l’eau de l’aqueduc. On parle d’une eau de qualité pour moins de deux cents par litre. Pour une eau plus sédimenteuse provenant d’un lac ou d’une autre source non potable, la durée peut être moindre, car les filtres pourraient venir à boucher plus vite. »

Éminé avec son filtre portatif Go Berkey.

Éminé avec son filtre portatif Go Berkey.

Les purificateurs Berkey peuvent être utilisés en ville comme au chalet, en camping, en cas d’urgence ou en voyage dans des pays où la qualité de l’eau est douteuse. Éminé raconte : « Je me suis servi de mon Go Berkey Kit (format voyage) lors d’un séjour au Mexique l’an dernier. Je buvais l’eau directement du robinet et je n’ai pas eu la tourista. » En effet, les systèmes Berkey sont également utilisés par les organismes humanitaires tels que Médecins sans frontières, la Croix-Rouge et UNICEF dans des situations d’aide humanitaire où l’eau potable n’est pas disponible. Produits Aqua Santé a d’ailleurs offert dernièrement des systèmes Berkey à un orphelinat en Haïti qui peut dorénavant filtrer l’eau de pluie récupérée, évitant ainsi aux gens de parcourir plusieurs kilomètres quotidiennement pour s’approvisionner au puits le plus près.

Produits Aqua Santé ne s’est pas seulement donné comme mission de sensibiliser les gens à l’importance de boire une eau de qualité en quantité suffisante pour rester en santé, conclut-elle. « Nous encourageons aussi les gens à délaisser l’eau embouteillée, une commodité polluante qui finit par coûter très cher lorsqu’on additionne tous les petits montants semaine après semaine, au profit de technologies de traitement de l’eau plus efficaces, durables et écologiques. »

« Les ventes d’eau embouteillée ne cessent de croître année après année, car les grosses compagnies comme Nestlé et Coca Cola moussent leurs ventes en faisant peur aux gens, déplore Éminé. C’est vrai que l’eau municipale contient de plus en plus d’hormones et d’autres polluants non filtrés par les villes, mais les filtres Berkey enlèvent aussi tous ces polluants émergents. L’industrie de l’eau embouteillée est un vrai fléau de notre société au niveau environnemental, non seulement à cause des impacts liés aux gaz à effet de serre générés par la production du plastique et par le transport — environ un litre de produits pétroliers consommés par cinq à six litres d’eau embouteillée produits —, mais aussi à cause de l’énorme gaspillage d’eau de l’industrie, soit environ deux litres pour chaque litre d’eau embouteillée. »

www.produitsaquasante.com

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Fermeture de piscine : mode d’emploi et trucs écologiques
Récupérer l’eau : pluie on en a, pluie on en veut!
Comment assainir son lieu de vie et de travail
Collectivités viables : les modèles selon Emmanuel Cosgrove (réservé)

Laisser un commentaire