Chauffer aux granules intelligemment

 

Le poêle aux granules 958, de Piazzetta.

Le poêle aux granules 958, de Piazzetta.

Le chauffage aux granules est souvent présenté comme une solution aux changements climatiques, à la pollution de l’air et à la dépendance énergétique.

En effet, sa combustion n’émet pas plus de dioxyde de carbone que celui qui fut absorbé par la plante durant sa croissance, quoi qu’un feu l’émet immédiatement alors qu’il a fallu des années pour les arbres pour le stocker.

Vrai aussi qu’un poêle aux granules émet beaucoup moins de polluants qu’un poêle à bois (encore moins si celui-ci n’est pas sec) et que l’on n’est pas esclave d’un poêle qu’il faut alimenter plusieurs fois par jour.

Toutefois, selon le groupe écologiste américain Natural Resources Defense Council, le chauffage aux granules risque de devenir un désastre environnemental, car on coupe désormais des forêts à blanc pour satisfaire l’appétit insatiable des Européens pour ce type de chauffage. Quand on brûle du diesel pour le transport intercontinental des granules, on ne peut pas parler de chauffage carbone neutre. Assurez-vous que vos granules soient faits de biomasse forestière résiduelle et locale.

Le poêle Wiseway fonctionne par gravité, sans consommer d'électricité.

Le poêle Wiseway fonctionne par gravité, sans consommer d’électricité.

Un poêle autosuffisant en énergie

Si c’est le cas, voici un nouvel appareil américain fort intéressant.

Commercialisé il y a cinq ans après dix ans de développement, les poêles aux granules Wiseway sont les seuls homologués par l’Agence américaine de protection de l’environnement (US EPA) sans aucun moteur ni ventilateur consommant de l’électricité. Les granules stockés dans la trémie alimentent la boîte à feu uniquement par gravité plutôt qu’avec une vis sans fin électrique. Fini le bruit et le besoin d’une batterie en cas de panne de réseau!

Les divers modèles Wiseway permettent de produire entre 19 000 et 41 000 BTU (unités thermiques britanniques) pour chauffer – à la fois par convection et par radiation – des maisons de 850 à 2 400 pieds carrés (80 à 225 m2). Seule particularité, avant d’allumer les granules en hiver, il faut utiliser un chalumeau au propane pendant deux ou trois minutes afin de créer un appel d’air en le chauffant jusqu’à 150 ºF (65 ºC), explique Glen Wood, président de Wiseway Energy Solutions qui le distribue au Canada depuis 2013. Son site Internet présente d’excellentes vidéos explicatives sur son installation et son utilisation, dont la phase critique d’allumage qui est plus difficile en l’absence d’un ventilateur créant un appel d’air (« tire » ou effet de cheminée).

L’autonomie de chauffage avec 40 livres (18 kg) de granules dans la trémie varie de 10 à 14 heures à haut régime (530 ºF ou 277 ºC) et de 26 à 36 heures à bas régime (300 ºF ou 150 ºC). Ces appareils ne coûtent que de 2 325 $ à 2 860 $ (au lieu de 4 000 $ et plus pour un poêle aux granules classique) et émettent moins de deux grammes de particules fines à l’heure, selon l’US EPA.

En option, votre poêle peut être doté d’un échangeur de chaleur pour chauffer l’eau et même de roues pour le déplacer.

Après avoir lu ce texte, une lectrice, Jessica Durand, a commenté sur Facebook :  « Je me suis informée ici a Trois-Rivières et le vendeur me déconseille fortement cet appareil car même le représentant dit qu’il “bourre”, donc pas très efficace et peut être dangereux même! »

Vérification faite, le fabricant dit que le problème associé à certains granules a été réglé : « Oui, notre premier modèle, lorsqu’utilisé avec des granules de bois dur (plus denses) et mal installé, produisait plus de cendres, explique Gene Bradley, directeur de Wiseway Pellet Stoves. Nous avons agrandi la chambre de combustion secondaire et écrit un manuel d’installation et n’avons plus reçu aucune plainte à ce sujet depuis deux ans. Malheureusement, certains concessionnaires ne sont pas au courant de nos améliorations et n’ont vu notre nouveau modèle BBC ou notre réchaud de camping. Nous avons remporté le prix Best of Show et le prix du meilleur produit de sa catégorie au Salon des foyers et BBQ tenu pour notre industrie. C’était la première fois qu’un poêle à granulés a remporté le prix du meilleur produit de ce salon. »

Quant à son distributeur québécois depuis 2013, Martin Lambert d’ÉcoSolaris, précise que les granules de bois mou posent aussi problème : « Quelques problèmes dus au chauffage aux granules de bois ont été expérimentés l’an passé avec certains de nos clients sur différents modèles.  Il semble cependant que la majorité de ces problèmes ne viennent pas nécessairement des poêles eux mêmes mais bien de la qualité du granule.  En effet, s’il n’est pas de qualité de bois dur, mais de diverses essences de bois résineux qui contiennent un très fort taux d’humidité intérieure ou même parfois coupé avec de la cendre pour en augmenter le volume, il peux en résulter une combustion très inefficace du système qui ralentira la combustion de façon excessive. Cela pourrait produire un ralentissement sur l’alimentation des granules, voire un étouffement puisque les granules s’entassent dans la chambre à combustion sans avoir suffisamment d’oxygène pour brûler efficacement. Le pourcentage de cendres contenu dans les granules est contrôlé aux USA, mais pas encore vraiment au Canada, pas au Québec du moins. Cela fait beaucoup de différence dans la combustion des granules, évidemment.

« De plus, sur le poêle Wiseway, il semble que l’évacuation des gaz de combustion, bref la « tire » de la cheminée joue le rôle d’accélérateur de combustion dans le poêle de façon beaucoup plus importante.  L’interdépendance entre l’alimentation, la combustion et l’évacuation semble être beaucoup plus sensibles aux débalancements que sur d’autres poêles.  Comme aucun procédé mécanique n’entre en jeu pour accélérer le feu et qu’aucune ventilation n’est présente, on doit s’assurer que l’installation du poêle elle-même offre suffisamment de tire d’air pour favoriser la bonne combustion efficace.  Nous avons ainsi eu effectivement un client qui avait un Wiseway où le feu semblait constamment s’étouffer et où les granules s’entassaient dans la chambre à combustion jusqu’à étouffer le feu et créer beaucoup de fumée.  Après inspection de la cheminée, des longueurs additionnelles verticales étaient manquantes et ont été rajoutées. Le poêle atteint maintenant des températures très intéressantes et toutes traces d’étouffement sont disparues. »

M. Lambert précise qu’il distribue ce poêle chez tous les marchands du groupe BMR depuis 2014 et qu’il « est en démonstration avec échangeur de chaleur à notre boutique de St-Jérôme ».

Fabricant américain : wisewaypelletstove.com 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Foyers et poêles au gaz : parfois des risques de brûlures

Laisser un commentaire

Oui Non