Flirtez-vous avec la cyberdépendance ?, Manon R. Guérin,  Fidès, 184 pages, 2019. Préface de Tristan Demers, Postface de Joël Monzée.

Avez-vous l’impression de passer trop de temps en compagnie de votre cellulaire, de votre tablette, de la télé? Ce livre est pour vous. Difficile de ne pas se reconnaître dans le portrait que Manon R. Guérin trace d’elle-même et de la relation amour-haine qu’elle entretient avec la chose numérique. Pour la journaliste, il ne s’agit pas de bannir les écrans de nos vies. Il s’agit de se recentrer sur les aspects positifs de ceux-ci et d’en éliminer les effets pervers. Pour atteindre cet objectif, elle n’hésite pas à frapper à de nombreuses portes… Tour à tour, elle donne la parole à un spécialiste en neurosciences, une blogueuse, une mère de famille, un psychologue, une intervenante sociale… Pénétrez dans l’univers de personnes qui ont du mal à imaginer leur vie sans écrans, mais qui prennent les moyens pour atteindre un équilibre dans l’usage qu’ils en font.

Diplômée en communications (journalisme) de l’UQAM il y a 12 ans, Manon R. Guérin a écrit des centaines de textes dans sa jeune vie de rédactrice. Maman fois deux et photographe à ses heures, elle publiait en 2017 le livre Flirtez-vous avec le burn-out parental? aux Éditions Fides. Cette fois-ci, elle a choisi d’explorer le fascinant monde des écrans.

 

Un futur renouvelable – Tracer les contours de la transition énergétique, David Fridley et Richard Heinberg, Ecosociété, 264 pages, 2019. Préface de Matthieu Auzanneau | Traduit de l’anglais par Michel Durand

À L’HEURE OÙ LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES commencent sérieusement à faire sentir leurs effets, nous devons nous préparer à une profonde transformation dans la façon dont nous produisons et utilisons l’énergie à travers le monde. Le passage obligé des combustibles fossiles à des sources renouvelables entraînera un changement majeur dans notre façon de vivre. À quoi pourrait ressembler un avenir 100% renouvelable? Quelles technologies joueront un rôle crucial dans notre avenir énergétique? Quels défis allons-nous devoir affronter dans cette transition? Et comment pouvons-nous nous assurer que le nouveau système énergétique soit juste et équitable?

Dans Un futur renouvelable, Richard Heinberg et David Fridley explorent les défis et les opportunités que présente le passage aux énergies renouvelables. En brossant le portrait de notre système énergétique actuel, les auteurs examinent la question de l’offre et de la demande d’énergie dans des secteurs clés de l’économie: la production d’électricité, les transports, les bâtiments et la fabrication. Leur analyse détaillée permet d’identifier les problèmes cruciaux auxquels nous serons inévitablement confrontés, de l’intermittence des sources de combustible au stockage de l’énergie en passant par la refonte des réseaux de distribution.

Véritable travail de prospective pour nous aider à préfigurer ce dont demain sera fait, Un futur renouvelable est un ouvrage lucide et nécessaire pour planifier la transition énergétique à venir. Soyons prêts à relever le défi.

 

Les plates-bandes gourmandes – L’aménagement paysager comestibleAlbert Mondor, Les Éditions du Journal, 296 pages, 2019.

Les espaces disponibles pour cultiver un potager se font de plus en plus restreints, et ceux qui veulent aussi profiter d’arrangements élégants doivent faire preuve de beaucoup de créativité. Heureusement, Albert Mondor est là pour offrir des conseils sur la façon d’aménager des plates-bandes afin de créer des compositions aussi jolies que prolifiques. Plans à l’appui, il décrit les meilleurs regroupements de plantes comestibles, explique comment obtenir une floraison et une croissance optimales et présente plusieurs projets à réaliser, détaillés étape par étape.

Albert Mondor est horticulteur et biologiste. Passionné d’horticulture environnementale et d’agriculture urbaine, il conçoit et réalise des jardins et des aménagements paysagers depuis plus de trente ans. Auteur de nombreux ouvrages, il signe depuis 1999 une chronique hebdomadaire dans le cahier CASA du Journal de Montréal et du Journal de Québec et participe régulièrement à des émissions de radio et de télévision. Il tient également un blogue sur l’horticulture extrême : albertmondor.com

 

Le nouveau potager – Le jardin comestible pour tous les espaces, Albert Mondor, Les Éditions du Journal, 240 pages, 2019.

Vous rêvez de cultiver vos propres fruits, légumes et fines herbes. Mais sans un grand terrain, comment faire ? Le nouveau potager répond à cette question.
Contrairement à ce qu’on croit, la plupart des plantes potagères s’accommodent bien de la culture en pots, en bacs et dans d’autres contenants. Mieux que ça : avec les conseils d’un maître horticulteur, elles prospèrent ! Dans ce livre unique, Albert Mondor propose des solutions ingénieuses pour faire pousser une variété de plantes comestibles sur les balcons, les terrasses, les toits ou même les murs. Les nombreux projets à réaliser soi-même, illustrés étape par étape, permettront aux jardiniers novices ou aguerris de posséder un potager des plus productifs, qu’importe les contraintes de leur espace.

 

Planète Coeur – Santé cardiaque et environnementFrançois Reeves, Éditions du CHU Sainte-Justine, en coédition avec les Éditions MultiMondes, 200 pages, 2011.

Un classique qui gagnerait à être réédité pour tenir compte de la pollution électromagnétique. La dimension environnementale des maladies cardiovasculaires est largement méconnue des spécialistes et de la population. Pourtant, près de 500 études scientifiques récentes mettent en évidence les multiples liens entre environnement, biodiversité et maladie cardiovasculaire.

Dans ce livre accessible à tous, le cardiologue François Reeves pose un regard novateur et intégré sur ce sujet. Il apporte un éclairage nouveau à de nombreuses interrogations. Entre autres : Pourquoi l’Amérique du Nord a-t-elle vécu une explosion de maladie cardiovasculaire au milieu du 20e siècle? Pourquoi les Russes ont-ils un taux de mortalité cardiaque dix fois supérieur à celui des Français? Pourquoi la Chine, dont les habitants ont été jusqu’à maintenant protégés de la maladie vasculaire, aborde-t-elle le 21e siècle avec une violente montée d’infarctus? Pourquoi y-a-t-il plus de mortalité cardiovasculaire dans les centres-villes? Pourquoi le fait de vivre en milieu vert réduit-il de moitié la différence de mortalité cardiaque entre pauvres et riches?

Toutes ces questions et bien d’autres sont discutées et analysées dans Planète Coeur, un livre innovateur qui deviendra vite incontournable.

 

À côté de nous le déluge – La société d’externalisation et son prix, Stéphan Lessenich, Écosociété, 232 pages, 2019. Préface d’Arnaud Theurillat-Cloutier, Traduit de l’allemand par Raymond Roy (avec la collaboration de Simon Lanctôt).

Le déluge social et écologique est déjà là. Non pas après nous, mais à côté de nous. Ce phénomène ne concerne pas que les générations futures, il affecte déjà les pays pauvres du Sud. Or, en raison de notre position privilégiée au sein des sociétés riches du Nord, nous le percevons à peine. Bienvenue dans la société d’externalisation.

Depuis l’origine de l’industrialisation capitaliste, la stratégie des pays riches du Nord a toujours consisté à faire porter le poids de leur développement à d’autres. Ainsi, en regard de la question environnementale, le problème n’est pas tant que nous vivons au-dessus de nos moyens, mais que nous vivons au-dessus des moyens des autres. Si le concept des externalités n’est pas nouveau, Stephan Lessenich fait exploser ce cadre d’analyse et montre comment les changements climatiques et la crise des réfugiés rendent matériels et visibles la société d’externalisation et son prix, la société-monde n’ayant plus d’« en-dehors » pour se maintenir.

Riche en exemples, À côté de nous le déluge ajoute donc aux théories de l’échange inégal et du rapport centre-périphérie une dimension écologique essentielle et un ancrage dans la vie quotidienne des citoyennes et citoyens du Nord à travers la consommation de masse. En dévoilant au grand jour la violence structurelle de la société d’externalisation – nous n’externalisons pas par méchanceté individuelle mais parce que la pratique sociale le permet –, Stephan Lessenich provoque une prise de conscience nécessaire, premier pas vers une indispensable remise en question globale du capitalisme.

 

Les savoirs vagabonds Une géopoétique de l’éducation, Thierry Pardo, Écosociété, 136 pages, 2019. Préface de Lucie Sauvé.

«Condamné au vagabondage pour manque de conformisme, j’ai appris les leçons silencieuses des environnements que j’ai fréquentés.»

Dans cet ouvrage autobiographique, Thierry Pardo raconte les voyages qui ont contribué à son éducation et à celle de ses deux enfants, hors des sentiers battus de l’école. Du Népal au Nunavik en passant par La Paz et Marrakech, il décrit comment les paysages naturels et humains lui ont appris bien plus que n’importe quelle institution scolaire. Le mystère des forêts, le tumulte des villes, le silence des déserts, l’ivresse des montagnes, la profondeur des mers… Tous les éléments sont convoqués pour incarner ce pouvoir de transformation que le voyageur recherche.

Il en ressort une méditation sur la condition humaine, le rapport à l’autre, la solitude et la liberté, mais aussi sur le tourisme de masse, les moyens de transport et la photographie. Rédigé en hommage au poète Kenneth White et inspiré d’auteurs tels que David Thoreau, Elisée Reclus ou Gaston Bachelard, cet ouvrage nous invite à retrouver notre intimité avec la nature et notre solidarité avec l’univers.

Comme le dit si bien l’auteur : « Le vagabondage est un cadeau que j’offre à mes enfants parce qu’au-delà des multiples apprentissages, de l’ouverture sur le monde et sa mosaïque de cultures, l’aventure au quotidien procure un rapport apaisé aux risques et aux aléas de la vie. »

« Cet ouvrage contribue à stimuler l’imaginaire pédagogique hors des sentiers de l’éducation formelle. »

– Lucie Sauvé, Directrice du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté

 

How to Find a Healthy Home, Jeromy Johnson, 80 pages, 2019.

Voici le meilleur livre sur l’électrosmog jamais publié, selon plusieurs sources dont la journaliste médicale Susan Foster. La pédiatre Toril Jelter, célèbre pour son protocole de sevrage électromagnétique atténuant les symptômes de l’autisme et du trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité, le recommande à toutes les familles.

Si vous êtes comme la plupart des gens, le sujet des champs électromagnétiques (CEM) peut sembler accablant. La surcharge d’informations et les avis contradictoires sont très fréquents. Cela peut vous empêcher de prendre les mesures nécessaires pour améliorer votre santé. Jeromy Johnson a connu la même chose lorsqu’il est devenu électrohypersensible en 2011. C’est pourquoi il a décidé d’écrire ce livre grand public sur comment trouver une maison saine ou assainir une maison existante qui serait le plus simple et le plus clair possible.

« Comment trouver un foyer sain » augmentera rapidement votre courbe d’apprentissage afin que vous ayez les connaissances nécessaires pour vous protéger, vous et votre famille. Il comprend :

  • Une introduction aux CEM pour vous donner une base solide
  • Les mythes courants sur les CEM
  • La vérité sur les dispositifs de protection personnelle
  • Un guide pratique pour trouver une maison à faible taux de CEM
  • Des dizaines de photos de sources de CEM courantes
  • Des moyens de réduire l’électrosmog dans votre demeure actuelle
  • Des suggestions pour réduire les CEM en rénovation et en construction
  • Les meilleurs lecteurs de CEM et comment les utiliser
  • Des conseils pour vous aider à trouver et à travailler avec un consultant en électrosmog

Ce petit livre vous aidera à comprendre en quelques heures ce qui a pris à Jeromy six années de recherches et d’essais et d’erreurs. Il devrait vous aidera à trouver et à créer une habitation à faible CEM qui améliore votre santé et celle de votre famille pour de nombreuses années.

Le livre est présentement disponible seulement en version électronique mais il sera publié en livre de poche d’ici quelques mois. Vous pouvez lui écrire à info@emfanalysis.com pour en être averti. Si vous avez besoin d’une version papier dès aujourd’hui, vous pouvez transmettre le fichier PDF à Kinkos pour le faire imprimer et relier.

« Comment trouver un foyer sain devrait être dans la bibliothèque de toutes les familles avec de jeunes enfants. » – Dr. Toril Jelter, pédiatre, Walnut Creek, CA

« Pendant plus de 10 ans, j’ai étudié de nombreuses façons d’améliorer ma santé et celle de ma famille. En travaillant dans la Silicon Valley, les champs électromagnétiques ont été l’une des dernières choses que j’ai envisagées, mais elles ont eu l’impact positif le plus rapide et le plus spectaculaire. J’aurais aimé avoir lu ce livre il y a 10 ans. Comment trouver une maison saine décrit ce que vous devez comprendre et faire pour réduire l’exposition aux CEM et ses effets invisibles sur la santé. Cela peut être un sujet techniquement complexe et controversé, mais Jeromy parvient à présenter magistralement les informations de manière claire et non alarmante, en les rendant accessibles à tous. »- Peter Sullivan, Los Altos, Californie

« C’est le meilleur livre, sans exception, que j’ai lu sur ce sujet ou toute variante de celui-ci. Ma formation est médicale, donc la physique, les composants électriques et magnétiques sont un peu étrangers. Vous avez tout rendu facile à comprendre. Je sens maintenant que je peux améliorer mon environnement existant et que je saurai quoi rechercher en recherchant un environnement plus sûr grâce à la marche intrusive de la 5G. »
– Susan Foster, rédactrice médicale, conseillère américaine du Radiation Research Trust (Royaume-Uni)

 

Our Web of Inconvenient Truths – The Internet, Energy Use, Toxic Waste and Climate Change, Katie Singer, Rudolf Steiner Books, 184 pages, 2019.

Des équipes de scientifiques déclarent que nous devons éliminer la consommation de combustibles fossiles et les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 afin de limiter les phénomènes météorologiques extrêmes et liés au climat. Comment Internet s’inscrit-il dans cette image? Dans ce livre « Notre réseau de vérités qui dérangent: Internet, la consommation d’énergie, les déchets toxiques et les changements climatiques », Katie Singer explique la quantité d’énergie consommée par les réseaux d’accès et les centres de données d’Internet. Elle décrit l’énergie, les déchets toxiques et le COcontenus dans chaque appareil électronique et présente des moyens que les ménages, les municipalités, les écoles et les entreprises peuvent utiliser immédiatement pour réduire leur empreinte Internet. Une lecture incontournable pour quiconque souhaite participer à la résolution de nos crises énergétiques et climatiques. Voici ses explications et recommandations.

Internet est la plus grande chose que l’humanité ait construite. Chaque message texte, flux vidéo, publication Facebook, recherche Google, recherche GPS, achat ou autre activité en ligne fait appel à un réseau international de sites cellulaires et de centres de stockage de données qui consomment d’énormes quantités d’électricité dont la production émet des gaz à effet de serre. La fabrication de chaque tablette, téléphone « intelligent », frigo ou véhicule « zéro émission » connectés à l’Internet des objets commence par l’extraction de ressources naturelles telles que le charbon, le cuivre, le quartz, le coltan, le cobalt, le lithium, etc. le coke de pétrole et le gaz naturel fracturé. Chaque composant, appareil et infrastructure dépend des raffineries, des centrales émettrices de CO2, des centrales nucléaires, des usines chimiques, des aciéries, des fonderies de métaux, des copeaux de bois (pour les fonderies) et des usines de toutes sortes. Chaque opération consommant de l’énergie, des déchets toxiques et émettant des gaz à effet de serre dépend de toutes les autres. Ils sont reliés entre eux par un réseau de lignes électriques, de gazoducs, de cargos, de trains, de camions, de voies de navigation, de voies ferrées, d’autoroutes, de réseaux d’accès télécoms et de centres de stockage de données, formant ainsi une gigantesque super-usine.

Prendre conscience de ces vérités gênantes est une expérience personnelle. Réduire notre empreinte nécessite une action collective.

Le téléchargement d’une vidéo utilise plus de données et prend plus d’énergie que le téléchargement d’une photo. Transmettre une image prend plus d’énergie que du texte. Skyper utilise plus d’énergie que l’usage d’un téléphone filé. Avec l’Internet des objets (IdO, la communication entre machines), Internet se développe de manière exponentielle et les déchets électroniques augmentent. Choisisse de ne pas participer à l’IdO ni à la technologie 5G qui le propulsera.

Quels sont les principaux consommateurs d’énergie d’Internet?

  1. Réseaux d’accès : infrastructure mondiale comprenant des antennes, des émetteurs et des routeurs.
  2. Centres de données : Dotés d’ordinateurs stockant des sites Web, des GPS, des enregistrements, etc. et des systèmes de refroidissement, les émissions de CO2 des centres de données augmentent de 13 % par an.
  3. Énergie incorporée: Utilisée pour extraire les matières premières, fabriquer et expédier chaque article à son utilisateur final.

Comment pouvons-nous réduire l’empreinte d’Internet?

  • Attendez au moins quatre ans pour mettre à niveau (remplacer) les périphériques. Demander aux fabricants de fabriquer des appareils électroniques modulaires réparables, évolutifs.
  • Abroger la législation qui supprime l’autorité locale sur les installations de télécommunication et promeut les sites de «petites» cellules sans fil 5G sur les poteaux des services publics. Boudez la technologie sans fil qui utilise 10 fois plus d’énergie que le cuivre ou la fibre optique. Considérez la mobilité comme un luxe.
  • Sur les sites Web, minimisez les vidéos, les pop-ups et les diaporamas qui consomment beaucoup d’énergie et émettent beaucoup de CO2. Liez ou intégrez des vidéos dans vos textes, sans les poster à nouveau.
  • Retarder l’utilisation de l’électronique par les enfants jusqu’à ce qu’ils maîtrisent la lecture, l’écriture et les mathématiques sur papier.
  • Parrainez des cliniques de réparation et des cybercafés.
  • Définissez quel média est essentiel et utilisez beaucoup moins de tout le reste.

Journaliste médicale, Katie Singer travaille sur les politiques publiques auprès de l’EMR Policy Institute. Conférencière et enseignante au niveau international, elle a fait part de ses préoccupations concernant l’empreinte d’Internet au Forum 2018 des Nations Unies sur la science, la technologie et l’innovation. Ses autres livres incluent An Electronic Silent Spring, The Garden of Fertility (Avery, 2004), Honoring Our Cycles (New Trends, 2006) et Honoring Our Cycles in Africa (2007). Son roman,The Wholeness of a Broken Heart (Riverhead, 1999) fut sélectionné par le programme Discover Great New Writers de Barnes & Noble. 

Ses sites Web: http://www.electronicsilentspring.com, www.katiesinger.com et www.gardenoffertility.com

 

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
La dissimulation par l’OMS qui nous coûte la Terre
Courrier du lecteur (hiver 2020)
70 solutions préventives pour un bébé en santé
Nouveau front québécois contre la triade 5G/IdO/IA

Laisser un commentaire