Tendances européennes : passive et hypersaine (réservé)

Leur fils de quatre ans souffrant d’eczéma sévère et de toux irritante surtout durant la nuit et seulement dans leur maison, Romain et Sandra firent expertiser l’air de leur demeure luxembourgeoise. Selon les analyses de laboratoire, il était contaminé par des poussières de retardateurs de flamme organophosphorés nocifs. Celles-ci étaient émises par des panneaux isolants en polyuréthane (PU) au niveau du grenier, au-dessus des chambres, par de la mousse de PU giclée autour des portes et fenêtres et par une membrane de vinyle posée entre le parquet et la chape de béton. « Ces troubles de santé se sont d’ailleurs reproduits plus tard en vacances, aux îles Canaries, un soir où le petit s’était couché sur un matelas en PU contaminé au même retardateur de flamme contenant des triphosphates dérivés du gaz sarin qui, à forte concentration dans une arme chimique, bloquent l’influx nerveux au niveau du système respiratoire », explique le biologiste Ralph Baden qui a fait les prélèvements.

 

Cet article est réservé à nos abonnés !

Vous-voulez lire la suite ?

Connectez-vous!Abonnez-vous!
Si vous êtes déjà abonné, simplement vous connecter.

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Innovation : des murs et fondations en béton chaux-chanvre projeté (réservé)
Une deuxième conférence médicale sur les maladies associées à l’électrosmog
L’autoconstruction hypersaine de A à Z (réservé)
Lectures à l’heure de la pandémie (mars 2020)

Laisser un commentaire