Montréal veut verdir son règlement de construction

La Ville de Montréal étudie plusieurs mesures afin de favoriser la construction durable, mais le processus piétine, selon un document interne que nous avons obtenu. Cette note de service issue de la Division de la planification urbaine suggère des avenues intéressantes, comme le fait d’offrir des crédits de taxes foncières et des subventions pour favoriser la construction de bâtiments à haute efficacité énergétique.

Mais changer la règlementation montréalaise est un processus administratif lourd qui aura besoin d’une bonne dose de volonté politique.

Le triplex à consommation nette zéro Abondance Montréal: la ville songe à offrir des incitatifs (crédit de taxe foncière ou subventions) pour encourager la construction de bâtiments à haute efficacité énergétique.

Le triplex à consommation nette zéro Abondance Montréal: la ville songe à offrir des incitatifs (crédit de taxe foncière ou subventions) pour encourager la construction de bâtiments à haute efficacité énergétique.

« La démarche n’avance pas vite ni bien », selon une source qui résume ainsi le document ci-attaché :

–       La ville ne veut pas réglementer des appareils de plomberie à faible débit d’eau;

–       La douche froide de la Régie du bâtiment (RBQ) sur les toits verts (non reconnus par le Code national du bâtiment) semble ralentir les choses à la Ville avec cette idée de demande de mesures différentes… (quelle bureaucratie !). La Ville n’envisage pas d’exiger des structures pour des toits verts dans des nouvelles constructions.  En effet, la Ville ne veut rien exiger, mais plutôt « vouloir autoriser »;

–       La Ville préfère attendre que Québec agisse en matière d’efficacité énergétique;

–       En matière de qualité d’air intérieur, la Ville ne va pas développer de règlementation sur les composés organiques volatils et préfère encore à attendre que d’autres agissent à sa place;

–       J’ai hâte à voir ce que va pondre le Service de l’eau sur la rétention des eaux pluviales. »

Cliquez ici pour lire cette fameuse note de service.

Des pistes à l’aube d’élections historiques où tous les candidats seront pour la vertu et la transparence…

 

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Jardiniers urbains : les fermiers de demain?
L’Expo Manger Santé et Vivre Vert fête ses 20 ans ce mois-ci!
KnightsBridge : le constructeur de l’année

2 Responses

  1. Les grandes villes doivent commencer à se conformer à certaines règles environnementales. Les îlots de chaleurs, la génération massive de déchets et l’abondance de smog sont des facteurs que tous et toutes voyons à chaque jour. J’ai entendu parler que certaines personnes, propriétaires de condos, installaient des jardins sur leurs toits. Peut-être est-ce une bonne idée?

  2. agfauteux

    Bonne idée en effet, à condition de respecter la charge tolérée par la structure! Et oui, les villes n’ont pas le choix de s’adapter. Pour lutter contre l’étalement urbain et ses méfaits, les villes doivent être de plus en plus vivables. Malheureusement, au chapitre des micro-ondes émises par les antennes et les appareils sans fil, pour bien des gens elles ne le sont plus!

Laisser un commentaire