Les générateurs d’ions, ces incompris du traitement de l’air (réservé)

Chris Ives le jour où je l’ai rencontré, en 1990, au siège social de la SCHL, à Ottawa.

Chris Ives a souffert de rhinite allergique saisonnière et d’allergies à la poussière et au pollen pendant environ 35 ans avant de déménager en 1980 à Hudson, une banlieue à l’ouest de Montréal. C’était avant l’arrivée des épurateurs HEPA (High Efficiency Particulate Arrestor) à usage domestique abordables, la meilleure technologie pour capter les particules fines dans l’air.

« Ma seule façon d’obtenir un soulagement était soit de prendre une douche, de nager, ou de me placer à proximité d’un générateur d’ions négatifs », raconte celui qui était un chercheur principal à la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). En 1990, Chris fut le premier chercheur de la SCHL à me prendre sous son aile et à me faire découvrir les formidables publications du Centre de savoir sur le logement, la bibliothèque de la SCHL. C’est un peu grâce à lui si j’ai souvent collaboré avec l’organisme national responsable de l’habitation, notamment comme formateur des employés de Réno Dépôt en matière de rénovation saine, en 1998.

Ce diplômé en génie sait mieux que quiconque que pour assainir une maison, il faut avant tout en retirer les polluants à la source et bien la ventiler. Toutefois, dans certaines situations, il faut aussi traiter l’air. Par exemple, si vous souffrez de problèmes pulmonaires ou que l’air extérieur est pollué, comme dans les grandes villes, un épurateur HEPA, un ioniseur ou même un désinfectant aux ultraviolets de type C (UVC) pourrait vous aider. « La matière est composée de quatre états : solide, liquide, gazeux et plasma [la soupe d’électrons], explique Chris. Les systèmes de traitement de l’air classiques ne traitent pas le plasma, ce que font justement les ioniseurs. C’est l’erreur que commettent la plupart des scientifiques du bâtiment. »

 

Cet article est réservé à nos abonnés !

Vous-voulez lire la suite ?

Connectez-vous!Abonnez-vous!
Si vous êtes déjà abonné, simplement vous connecter.

Auteur

Dernières publications


Vous aimeriez aussi
Rénover sans s’intoxiquer

Laisser un commentaire